J’ai 15 ans, et je veux devenir militante écologiste

Par  |  | 49 Commentaires

Rachel a 15 ans, et elle se sent très concernée par l'écologie. Elle t'explique comment elle est devenue militante écologiste, et t'invite à suivre son exemple !

J’ai 15 ans, et je veux devenir militante écologiste

Le dimanche 22 avril, c’est la journée mondiale de la Terre. Pour l’occasion, nous partageons cet article sur le militantisme écologique.

Je m’appelle Rachel, j’ai 15 ans et je me pose beaucoup de questions sur le monde et sur mon avenir…

Une question que je ressasse souvent c’est: comment on va faire face au réchauffement climatique ?

Cette question m’est apparue après avoir regardé de nombreux documentaires alarmants sur le climat, comme Une suite qui dérange ou Avant le déluge. Ils m’ont ouvert les yeux sur ce problème.

sad caricatura GIF

Je sais que c’est une question que tout le monde (surtout des personnes de mon âge) ne se pose pas souvent. On se dit toutes et tous qu’il faut laisser répondre les grands, les dirigeants des pays, que c’est à eux de s’en préoccuper.

Comment j’ai eu le déclic de sauver ma planète

Je voyais pas trop les choses avancer, chez moi, dans mon quotidien. Il n’y a pas grand monde qui s’intéresse à l’écologie

J’en ai parlé à mes amis (au lycée) : ils s’en fichaient un peu, ils ne se sentaient pas concernés.

Mais moi j’ai trouvé ça bizarre qu’ils ne s’en soucient pas, alors que plus tard, c’est notre génération qui sera confrontée aux enjeux du changement climatique (les migrations, les températures instables, le niveau de la mer, les phénomènes climatiques qui augmentent avec les tempêtes, les tsunamis…).

Perso, j’ai la frousse des conséquences que ça pourrait entraîner.


Ainsi, je voulais trouver le moyen pour qu’ils se rendent compte du danger, parce que tous les discours alarmistes, ceux des médias ou des documentaires, n’étaient pas efficaces.

Comment je me suis progressivement engagée dans le militantisme écologique

J’ai décidé de me renseigner de mon côté, sur internet et auprès de mon entourage, afin de voir ce que je pouvais faire pour apporter ma pierre à l’édifice et réduire ce changement.

Puis j’ai découvert pleins d’organismes (Greenpeace, Alternatiba, L214…) qui sont engagés dans le militantisme écologique.

À lire aussi : Militer pour le climat, c’est danser sur le fil entre espoir et désespoir

Avec des gestes simples on peut aider à ce que ça change. Par exemple dans mon entourage, ma sœur est devenue vegan, elle a participé à des manifestations, des actions non-violentes…

Aux sceptiques qui pensent qu’il faudrait que le monde entier soit vegan pour que la situation change, parce qu’autrement ça ne sera jamais le cas (donc pas la peine d’essayer), j’ai envie de répondre que si tu ne t’y mets pas, c’est sûr que le monde entier ne s’y mettra jamais.

vegan cooking GIF by Mauro Gatti

J’ai voulu en savoir davantage sur ces personnes qui y mettaient du leur. J’en ai même fait le sujet d’un de mes devoirs de cours: mon TGE. C’est un peu comme les TPE en première sauf que là c’est pour la seconde.

Je me dis que ça me permettrait de sensibiliser mes camarades de classe, pour commencer.

Bref je me suis dit : pourquoi ne pas aller à la rencontre de ces personnes ? Et peut-être même les interviewer. M’inspirer d’elles et de leur engagement.

Viens m’aider à changer le monde !

Peut-être qu’en devenant moi-même militante écologiste, je pourrais donner envie à mes ami•es de devenir à leur tour militant•es. Et comme ça, ensemble, on pourra changer le monde !!! :D

Alors toi aussi, si tu lis cet article, viens nous aider à combattre le réchauffement climatique !

Partout autour de toi, renseigne-toi sur ce que tu peux faire pour contribuer à la protection de la planète. Aidons les générations future à vivre dans un monde meilleur. C’est pas très difficile, et puis c’est mieux que rester chez toi à regarder des séries dans ton lit, non ?

Et plus tard tu pourras te dire que : waouh, grâce à moi des millions de gens vivront heureux !

Alors plus de raison de ne pas le faire !

À lire aussi : Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? La réponse de Maude, notre stagiaire de 3ème

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Lucie Kosmala


Tous ses articles

Commentaires
  • Jeannedarkh
    Jeannedarkh, Le 14 avril 2018 à 11h34

    @The Trve Freyja je me plante peut-être mais je pense pas ce que ça te concerne le message d' @AFRO INSOLENTE au vu des tiens justement ;)

    Et sinon, j'avoue que je sais pas forcément bien où t'es pas d’accord avec mon message, mais je pense avoir une idée ^^
    "C'est pour ces mêmes raisons que j'ai des envies de meurtres (mais rassurez vous je me retiens) quand je vois des gens jeter pépouze leurs récipients en verre à la poubelle classique ou laisser leurs déchets après un pique-nique en milieu naturel (c'est pas mieux en milieu urbain, mais ça me choque d'avantage dans la mesure où il n'y a pas de nettoyage organisé par un service communal).
    Dire : "ça sert à rien" j'ai l'impression que ça nous dédouane de se préoccuper sérieusement de ces problèmes et de continuer à surconsommer et polluer quand on part de zéro.
    Et aussi que ça sert justement la cause des climato-septiques..
    ."
    Genre là ? Parce que tu dis justement : "Je ne suis pas là pour donner des leçons de choses à mes contemporains. Je ne cherche pas à tout prix à "sensibiliser" ou "convaincre" les gens qui ont une opinion différente de la mienne. Cela s'appelle du prosélytisme et c'est relou. "
    Bah déjà globalement, j'arrêterai pas je pense de dire aux gens de ramasser leur déchets quand ils polluent des espaces verts ou naturels, c'est pas pour faire du prosélytisme, c'est juste du bon sens IMO. Chaipa, après tout, c'est puni par une amende de jeter ses déchets, puis qui est-ce qui va les ramasser du coup hein ? C'est bibi.
    Pour le tri, j'avoue, je parlais en fait d'une expérience perso : une ex-pote, qui jetait ses bouteilles en verre dans sa mini-poubelle. Bon déjà, on était de sacrées soiffardes, donc y'avait du débit. Et sa poubelle était remplie en une soirée. Au début j'ai juste dit "tiens c'est dommage, et vu que t'es une grosse radine économe, tu achèterai moins de sacs poubelles si tu triais, tiens je vais le faire. C'est où ta poubelle de verre la plus proche?" Et quand elle m'a dit que la poubelle de verre c'était en bas de son immeuble, DANS son immeuble, j'avoue j'étais choquée. Je lui ai pas fait un sermon, mais quand même j'ai pas bien capté, donc je le lui ai dit.
    Puis c'est le genre de personne qui en société, entourée d'écolos babos -à mon instar- voulait se faire mousser par ces gens avec des "j'aimerais bien acheter bio, mais c'est trop cher haaaan". Et je suis assez d'accord : oui le bio c'est plus cher (on peut en débattre si vous voulez, d'ailleurs j'ouvre une parenthèse ci-dessous).

    Spoiler: Aparté
    MAIS elle achetait que des produits alimentaires de marque dans des supermarché réputés chers, et clairement, elle payait autant que si avait fait ses courses ali là-bas. Puis elle préférait garder ses sous pour acheter du make-up de luxe et des sapes de prêt à porter onéreuses. Oui, je juge, parce que j'aime pas cette posture hypocrite : "c'est trop cher, sinon je le ferai", alors qu'en vrai on peut. C'est un choix, j'ai aucun problème avec les gens qui assument ne pas le faire, mais les autres :angry:
    Et sinon, je fais une distinction entre sensibilisation et vouloir convaincre. Sensibiliser, selon moi, c'est expliquer pourquoi on fait ci et ça. Sans chercher à convaincre donc, et surtout l'expliquer SI on te l'a demandé. Après, c'est peut-être que mon avis très subjectif :dunno: Et oui je suis de l'avis d'afro-insolente "En soi, miser tout sur l'individu, c'est pas plus débile que de miser tout sur un nouveau gouvernement ou président.", même si hélas on arrive rarement à mobiliser beaucoup de personnes autour de ces sujets.
    Et enfin ta phrase : les"(...)action collective, engagement citoyen et militantisme politique de l'autre (d'ailleurs ces derniers dépassent l'écologie mais j'inclus celle-ci dans mes revendications) " :worthy:
    J'avoue que l'écologie en soit, c'est un sujet qui me tient à cœur, mais je suis d'avantage touchée par l'aspect social des choses (suis-je claire? Des fois je suis vraiment pourrie pour m'expliquer) et par la pollution visuelle (aka la pub). Pour ça que les actions de désobéissance civile semblent correspondre assez bien à mes valeurs. Et que je cherche encore désespérément une asso qui se préoccupe de obsolescence programmée en incluant aussi l'humain comme un être parfois sensible étou étou donc en prenant pas Mme Michu pour une terroriste parce qu'elle achète du Aïephone et Cie et se fiche de l'écologie. Jusqu'ici c'était pas bien le cas, donc j'ai choisi de pas adhérer à ces assos...

    Et @Annaïck la désobéissance civile "(...)je trouve le concept cool car pacifique mais le fait de désobéir aux lois qui sont censées garantir le vivre ensemble peut être mal interprété, comme une certaine prétention à être au-dessus des lois."
    Marf, je vois ça plutôt comme désobéir à des lois absurdes, justement comme tu l'évoques à juste titre celles concernant le droit d'asile des migrants ou simplement l'assistance à personne en danger même pour des migrants donc. Et vu que ce sont des actions non-violentes (je dirai pas pacifiques, car dans le fond c'est bien une lutte) c'est exprimer sa désapprobation tout en resectant (à peu près) la Loi. J'avoue avoir aussi été tentée par le cyber hacktivisme, mais je trouve encore cela trop "violent". Même si parfois je me dis qu'il mettre un coup de pied dans la fourmilière, j'ai pas envie justement de le faire, plutôt aller dans le sens inverse de la marche suivi par la plupart des fourmis pour essayer de la faire bouger.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!