Les fantasmagoriques maisons du futur de Gonzalo V. Martínez

Comment seront nos maisons dans le futur ? Modernes ? Différentes ? Ce qu’on a déjà en mieux, quoi ? Eh bien l’étudiant en architecture Gonzalo Vaíllo Martínez, lui, est sorti des sentiers battus...

On a tendance à s’imaginer notre futur comme une version améliorée de ce qu’on a déjà, pas vraiment différente. Nos voitures seront des voitures, sauf qu’elles voleront. Nos téléphones présenteront les mêmes fonctionnalités, mais sur des supports plus réduits.

C’est la même chose avec nos maisons : les imaginer plus modernes, plus pratiques, avec plein de services intégrés tous plus fous les uns que les autres, oui. Mais remettre en cause le principe le plus basique du toit au-dessus de la tête et des pièces à vivre séparées par des murs, non. En même temps, ce serait pour mettre quoi à la place ?

C’est la question que s’est posée un certain Gonzalo Vaíllo Martínez, étudiant en architecture, dans le cadre de son projet intitulé sobrement 2217 NPL. Se détachant des schémas traditionnels, il a imaginé une « maison du futur » qui, sur les simulations, ressemble à tout sauf à une habitation.

J’avoue, si le Huffington Post n’avait pas précisé dès le titre de son article qu’il s’agissait d’une maison, ça n’aurait pas été ma première déduction. On dirait une espèce de gribouillis semi-réel, comme un monstre informe ou une rature invraisemblable dans notre réalité, digne des romans les plus inquiétants de Stephen King.

Déjà, par où on rentre ? Où sont les portes, et surtout, où sont les toilettes ? Peut-on seulement vivre dans cette chose ?

Une simulation en vidéo – dont le fond sonore n’arrange pas vraiment l’ambiance, si je puis me permettre – permet de mieux comprendre le concept :

Est-ce qu’on ne dirait pas une chose vivante, dont les membranes s’ouvrent ou se distendent comme elle l’entend ? Eh bien, vivante, elle l’est d’une certaine manière, puisque ce prototype de maison s’appuie sur la biogénétique, ou l’utilisation de micro-organismes, dans le but d’en faire une habitation « fluide ». Elle comporterait notamment un système de stores étudiés pour laisser passer l’air et la lumière de façon intuitive, qui remplaceraient les fenêtres et les murs classiques.

Je trouve assez formidable cette capacité à s’éloigner des sentiers battus, à défier l’imagination collective établie pour pousser la réflexion encore plus loin. Il y a bien plus de façons de percevoir le monde qui nous entoure que ce qu’on croit. D’autant que nous ne sommes pas très loin d’avoir toutes les connaissances nécessaires à la concrétisation de cette entité habitable, selon Gonzalo Martínez !

Alors certes, la chose ne paraît pas très chaleureuse. Elle est même un peu effrayante. Mais est-ce que le concept même n’est pas fascinant ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • PetitPlat
    PetitPlat, Le 28 avril 2014 à 12h23

    Bon, c'est peut-être parce que je suis architecte mais...

    je trouve pas ça méga original. Sur le concept ça ressemble un peu à un brouillon mal léché de Zaha Hadid.

    C'est juste une maison organique, mais au lieu de partir en version accueillante visuellement, et de s'intégrer au paysage, elle part dans un imaginaire inspiré de la science-fiction extra-terrestre.

    D'ailleurs des (vraies) utopies architecturales existent depuis longtemps. Le plus vieux que j'ai en tête (donc euh peut-être pas le plus vieux connu) est la tour de babylone.

    Et quand je dis "vraies", je veux dire "innovatives", je vais pas vous faire un cours d'architecture, j'ai trouvé cet article http://io9.com/10-failed-utopian-cities-that-influenced-the-future-1511695279

    C'est un sujet passionnant d'ailleurs.

    Enfin voilà.

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)