Pourquoi le 8ème tome de Lou ! est une réussite à tous les niveaux

Dans le tome 8 de sa saga, Julien Neel envoie Lou vers de nouvelles aventures. Très concrètement, l'héroïne voyage ; plus métaphoriquement, elle se frotte aux hostiles contrées de l'âge adulte...

Pourquoi le 8ème tome de Lou ! est une réussite à tous les niveaux

En partenariat avec Glénat (notre Manifeste)

Comme beaucoup de jeunes femmes, comme toi peut-être, j’ai grandi avec Lou !. Je l’ai vue s’épanouir, d’enfant sympathique à adolescente déboussolée, dans son monde si particulier.

Alors je suis d’autant plus fière que madmoiZelle soit partenaire du nouveau tome de son histoire !

Lou ! tome 8 : En route vers de nouvelles aventures

Après un film Lou ! Journal infime très réussi, Julien Neel offre à son héroïne un nouveau parcours dans ce tome 8 : Lou ! En route vers de nouvelles aventures, qui sort ce 21 novembre.

Dispo en librairie, à la FNAC et sur Amazon

Lou, qui a bien grandi, enfile son sac à dos et laisse derrière elle sa mère, Fulgor, le chat, sa ville, son appartement, bref : elle quitte tout.

En assouvissant son envie d’ailleurs, la jeune femme espère surtout se trouver elle-même.

Lou ! tome 8, à la rencontre de l’âge adulte

L’héroïne le confie à son journal, dans la fameuse double-page qui ouvre et clôt chaque album de Lou ! :

Est-ce que ce voyage va me permettre de répondre à mes questions existentielles ?

Ces questions existentielles, elles trouvent un écho en moi, et probablement en toi aussi.

Le voyage de Lou est physique, mais aussi et surtout initiatique.

Comme tant de jeunes adultes avant elle, l’héroïne enfile de bonnes chaussures de randonnée avant de tracer ses premiers pas vers la femme qu’elle deviendra.

Lou ! tome 8, ou l’art de faire écho à ma propre vie

Je n’ai jamais fait d’année en Erasmus, jamais tout plaqué pour partir à l’étranger ou faire le tour du monde, jamais eu le courage ni l’envie de voyager seule.

Pourtant, le périple de Lou m’a totalement parlé.

Le but de la jeune femme n’est pas de trouver un endroit où vivre, mais un sens à sa vie. Une raison de se lever le matin, une façon de ne pas tomber dans une routine qui, déjà, l’étouffe.

Lou rencontre de nombreuses personnes dans ce tome 8, comme autant de compagnons de route éphémères, mais chacun est au final un miroir tendu vers elle, lui demandant :

— Veux-tu être comme moi ? Est-ce ce que tu désires ?

Et lorsque la réponse n’est pas « oui », Lou reprend son sac à dos et se remet en chemin.

J’ai beaucoup erré moi aussi, dans ma tête, à défaut de sillonner le monde.

Je me suis beaucoup demandé quel genre de femme j’allais devenir, si j’aurais le courage de sauter sans filet, comment j’allais m’en sortir maintenant que j’étais, ô drame, une grande personne !

J’ai fini par comprendre que « l’âge adulte », c’est une arnaque, et que beaucoup de grandes personnes font comme moi : elles improvisent…

Lou ! tome 8 et ses rassurantes imperfections

Je sens se dessiner sous les traits délicats de Julien Neel ces préoccupations qui m’ont longtemps animée et m’animent encore aujourd’hui.

Comme d’habitude, l’auteur sait croquer une héroïne réaliste, qui me ressemble.

Lou rate ses rendez-vous parce qu’elle a trop fait la fête, se passionne pour un jeu vidéo au point d’y passer la nuit, n’ose pas dire « je t’aime » ni « j’ai peur »…

Ses défauts, ses failles et ses angoisses font sa force, me permettent de m’identifier à ce petit bout de femme qui n’est pas parfaite, mais se montre résolument humaine.

Lou ! tome 8, nouvelle plongée dans un monde parallèle

J’ai toujours été fascinée par le monde dans lequel évolue Lou.

Il n’est pas si différent du mien, mais il me semble bien plus accueillant. Les bâtiments sont en béton, mais gagnés par la verdure. Les fenêtres y sont rondes. Les couleurs chaudes.

C’est peut-être ce que le dessinateur Boulet appelle le Formicapunk, cette nostalgie de la déco et de l’énergie des années 90 ?

En tout cas, dans ce tome 8 de Lou !, j’ai été gâtée.

En voyageant, l’héroïne ouvre le trait de Julien Neel à de nouveaux paysages, qui prennent vie et me donnent envie de plonger dans les pages de cette magnifique BD.

L’univers de Lou ! reste délicieusement décalé, une sorte de dimension parallèle privée de télécommunications par de mystérieux cristaux musicaux…

Le temps semble y passer un peu plus lentement, la nature y être plus harmonieuse, les gens plus épanouis.

Au final, en 8 tomes, rien n’a changé : j’ai toujours envie d’escalader un immeuble avec Lou, de m’y installer au soleil et de l’écouter me raconter ses aventures.

Merci à Julien Neel pour ces 14 ans aux côtés d’une héroïne qui m’a tant apporté. J’ai hâte de voir (un jour) ce que l’avenir lui réserve !

Dispo en librairie, à la FNAC et sur Amazon

Mymy

Mymy

Mymy est la rédac chef adjointe de madmoiZelle et c'est elle qui gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

sinae

@Flopidou : j'approuve pour les cristaux roses. Honnêtement j'ai rien compris de ce que ça signifie, j'ai toujours pensé que c'était un genre de métaphore pour dire que Lou avait la tête ailleurs, mais honnêtement ça m'a plus perdu qu'autre chose :hesite:.

J'ai adoré les 3 premiers volumes pour pleins de raisons : c'est hyper drôle (le chat, la grand-mère et son clément fifrelin, la mère), le fait que Lou ait un caractère fort (elle est directe, a des passions originales (fabriquer ses habits), son amitié avec mina et son amour de jeunesse (qui se cure le nez XD),et les petits moments dramatiques qui font avancer l'histoire (la rencontre de ses parents, la jeunesse de sa mère...).

J'ai eu un peu de mal avec le 4ème tome (parce que les histoires d'amour et trahison ça m'interesse pas des masses XD). Mais bon, ça restait drôle.

Et j'ai eu de plus en plus de mal au fur et à mesure des tomes. Je n'arrive toujours pas à savoir c'est quoi le délire avec le prénom du petit frère. Et bordel, pourquoi avoir fait partir Richard?? Il était cool ! Et les amourettes entre le trio lou-tristan-paul et mina-jean-jean j'ai trouvé ça lourd honnêtement (ils font que se prendre la tête).

Les seuls personnages qui m'intéressent encore c'est preston et manolo, karine et mr raisin, et marie-emilie et ... voilà. Je trouve que depuis le tome 5 on ne sait plus trop ce que veux Lou (oui je sais, c'est genre l'adolescence c'est compliqué, mais bon c'est pas intéressant de faire trainer ça sur plusieurs volumes).

J'aimerais beaucoup que ce tome 8 se rapproche de l'humour des 1ers tomes, mais je n'y crois pas. (Je lirais sans doute ce volume aussi, parce que voilà, mais je sais bien que les trucs que j'attends n'arriveront pas). J'aime beaucoup le style graphique des derniers volumes mais ça ne doit pas passer avant l'histoire (et c'est ce qui est pourtant fait).

Comme mes predecesseuses, oui la pose de la couverture est pas terrible.
Mais c'est ce qui avait commencé à me gêner (les poses de certains personnages) à partir du tome 4 ( il me semble que mina en particulier l'est, alors que les 3 autres filles pas vraiment), je n'ai plus le livre sous les yeux alors bon c'est des vieux souvenirs tout ça XD.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!