L’Instant Putassier #21 – La musique de merde

Strings à grelots et coca éventé, quoi de plus déstabilisant que quelqu’un qui vous dit : « T’écoutes vraiment de la musique de merde » ? Combien de fois cette phrase désagréable a-t-elle résonné dans nos oreilles, entraînant une tachycardie plus pénible encore qu’un morceau de makina ? Cet article aurait pu s’intituler « l’élitisme […]

L’Instant Putassier #21 – La musique de merde

Strings à grelots et coca éventé, quoi de plus déstabilisant que quelqu’un qui vous dit : « T’écoutes vraiment de la musique de merde » ? Combien de fois cette phrase désagréable a-t-elle résonné dans nos oreilles, entraînant une tachycardie plus pénible encore qu’un morceau de makina ? Cet article aurait pu s’intituler « l’élitisme musical » : aujourd’hui nous allons parler du droit fondamental qu’est notre droit à écouter de la musique de merde.

Pour étayer mon propos, prenons ce fabuleux article 5 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 :

« La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas. »

Pendant la Révolution Française, des hommes ont donné leur vie pour que nous soyons libres de faire ce qui nous plait à la seule condition que cela ne porte pas atteinte à autrui. Près de 220 ans plus tard, le site Threadless.com mets en vente des tee-shirts affichant ce slogan :

Traduction : « J’écoute des groupes qui n’existent même pas encore »

Si la phrase se veut bien évidemment humoristique, il n’en reste pas moins qu’elle révèle cette tendance au mandarinat, i.e cette tendance qu’ont certains groupes de personnes à se croire supérieurs de par la musique qu’ils écoutent.

De la musique de merde, ok, mais pas que…

La volonté d’être original et de se démarquer du troupeau peut être vicieuse : on se met à qualifier tout chanteur dont le clip passe sur MTV, tout groupe signé chez une major, de « musique de merde », croyant alors être plus matûre et surtout plus ouvert que le pecno lambda qui écoute NRJ. Or, c’est là qu’est l’erreur : dénigrer la musique de merde, c’est en réalité être fermé d’esprit et ne posséder que la croyance (fausse) qu’on détient le monopole du bon goût.

Le problème majeur, ce n’est pas tant écouter de la musique de merde que de n’écouter QUE de la musique de merde. Le plus grave est de se cantonner à un seul genre musical en le proclamant comme étant le seul valable, ou pire, de ne pas avoir la soif de découvrir d’autres choses.

Une ouverture d’esprit qui peut sauver la mise

Nous avons le droit de lire de temps en temps des magazines de merde, d’aller sur des sites de merde et de regarder des émissions de merde, je ne vois pas en quoi ce serait gênant d’écouter du Britney Spears sous prétexte que ce n’est pas de la musique « inventive » ou « subtile » ou peu importe comment l’intelligentsia la définit. La culture gé, c’est justement de connaître ces trucs dits « populaires » parce que si vous êtes suffisamment curieux, alors cela vous amènera à d’autres courants culturels, plus pointus ou moins connus, qui vous apporteront autant de plaisir.

Et puis imaginez que dans quelques années vous vous retrouviez dans un bar à jouer à un blind test impliquant un voyage aux Bahamas, vous serez bien content de vous rappeler qui chantait Don’t Cha (les Pussycat Dolls) pendant que les autres seront dégoutés de ne pas avoir à deviner la face B du 3ème single des Smiths. A vrai dire, ceux qui le savent parce qu’ils sont réellement passionnés ne s’en servent pas pour le sortir nonchalamment histoire d’appuyer leur érudition en la matière.

La culture mainstream peut en cacher une autre

Les parents pensent régulièrement à nous rappeler, quand nous sommes petits, à dire « merci » et « s’il-vous-plait » mais la politesse réside également dans le fait de ne pas affirmer « t’écoutes vraiment de la merde » mais « je n’aime pas cette musique ».

Admettons, par exemple, que vous disiez un jour à quelqu’un qui lit du Marc Lévy en vacances : « Tu lis vraiment de la merde », si le mec est fan de Sartre ou qu’il a lu tout Bukowski par exemple, c’est vous qui aurez l’air con, parce qu’il sera très au courant qu’il lit de la merde, mais p’tet que justement il aime ça, lire de la merde de temps à autre. Peut-être que ça le détend.

Sans compter que la plupart désigne des films, séries, mensuels et musiques comme étant inintéressantes et s’adressant à la plèbe ignare sans les connaître, juste parce que ces éléments correspondent à leur idée du médiocre.

Il serait inacceptable de se contenter de la culture mainstream, mais ce serait vraiment stupide de ne pas vouloir y toucher sous couvert d’élitisme rampant.

La prochaine fois, je vous raconterai comment les mecs qui écoutent la musique sur leur portable en activant la fonction « haut-parleur » dans les lieux publics me donnent envie de me transformer en Hellboy, juste pour son poing imposant.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 38 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • What the Fuck !
    What the Fuck !, Le 27 avril 2013 à 19h17

    Pardon de faire remonter un sujet aussi vieux, mais personnellement ce serait plutôt l'inverse, soit des personnes écoutant de la musique de masse ( que je ne qualifie pas de musique de merde, en me contenant profondément, je peux accepter de temps en temps ) qualifiant ma musique jazz et classique de musique de merde et pour les vieux.

    ( après treize ans d'études musicales, je peux confirmer que Beethoven ou Cole Porter, ce n'est pas exactement ce qu'on peut appeler de la musique de merde, je m'en contenterai merci )

    Pour moi, les gens devraient écouter ce qui leur plait, musique de masse, variété, rap, métal, rock indépendant, pop, rock, classique, jazz, mais n'ont en tout cas pas le droit d'imposer un genre musical comme style unique et acceptable. ( si on me demandait mon avis, je dirais certainement que ce n'est pas mon style, mais il sera très rare que je qualifie une musique de musique de merde )

Lire l'intégralité des 38 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)