« L’image du jeune fait peur aux adultes »

Marie Choquet est psychologue, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle analyse depuis 1969 les comportements à risque des adolescents. Elle a aujourd’hui 65 ans, le moment de prendre sa retraite et fait le point sur ses recherches dans Le Monde Magazine. En quarante […]

« L’image du jeune fait peur aux adultes »

Marie Choquet est psychologue, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle analyse depuis 1969 les comportements à risque des adolescents. Elle a aujourd’hui 65 ans, le moment de prendre sa retraite et fait le point sur ses recherches dans Le Monde Magazine.

En quarante ans de carrière, qu’avez-vous appris sur les adolescents ?

Il faut comprendre qu’à une époque on ne les étudiait pas, on ne les voyait pas, alors que maintenant on les observe à la loupe. De ce fait, on perçoit des problèmes qu’on ne percevait pas auparavant. Avec comme conséquence le sentiment qu’ils sont nouveaux et que tout s’aggrave.

Je reste persuadée, au regard des données disponibles, que si des comportements comme la consommation de cannabis et la tentative de suicide ont certes augmenté, d’autres ont diminué (comme le tabagisme ou la consommation régulière d’alcool). On ne peut pas dire que tout va plus mal et que la jeunesse est de pire en pire. Seulement voilà, on met seulement l’accent sur ce qui s’aggrave…

Ce qui me choque le plus, c’est que l’on a construit une image du jeune qui fait peur aux adultes. Il y a une vraie dévalorisation des adolescents, ainsi que de leurs parents.

— L’intégralité de cet entretien ma foi passionnant est disponible derrière ce lien.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eleen
    Eleen, Le 14 août 2010 à 0h31

    Erika75;1670975
    Bien d'accord. Quand la peur est au centre des motivations pour aborder des questions sociales, la caricature n'est pas loin. D'ailleurs, c'est assez irrationnel de présenter les jeunes comme un corpus social homogène. Qu'y a-t-il de commun entre un jeune élevé dans la mouvance intégriste catholique et jeune élevé dans une famille monoparentale où la mère à joindre les deux bouts ?

    D'autre part, je rigole toujours sur les discours du genre les jeunes ne respectent plus la sexualité (on peut d'ailleurs faire l'exercice avec tout autre mot) : l'age du premier rapport sexuel na pas bougé ces vingt dernières années !
    Je suis complètement d'accord avec toi ! Certaines personnes ont beau avoir le même âge que moi, et donc être classées dans la même catégorie "jeunes" que moi, je ne me sens absolument pas proches d'elles.

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)