LaShawn Merritt voulait doper sa vitesse, mais pas que

LaShawn Merritt est un coureur américain de 200m et 400m d’à peine 24 ans. Il décroche l’or Olympique en 2008 à Pékin en gambadant le 400m en moins de 44 secondes (on a 7 mois d’écart et moi je cours le 60m en 1’32, je suis si faible). Il sera également champion du monde de […]

LaShawn Merritt voulait doper sa vitesse, mais pas que

LaShawn Merritt est un coureur américain de 200m et 400m d’à peine 24 ans. Il décroche l’or Olympique en 2008 à Pékin en gambadant le 400m en moins de 44 secondes (on a 7 mois d’écart et moi je cours le 60m en 1’32, je suis si faible). Il sera également champion du monde de la distance quelques mois plus tard à Berlin.

Jusque là tout va bien pour lui. Sauf que pas plus tard qu’hier, le drame s’abat un fois de plus sur le monde de l’athlétisme : Merritt est contrôlé positif au DHEA lors de prélèvements en Octobre, Décembre et Janvier dernier (hors compétition donc).

Alors comment cette DHEA a bien pu atterrir dans le corps de l’athlète, même lui s’en étonne (mais ça ne nous étonne plus que les dopés s’en étonnent, les stéroïdes arrivent toujours par l’opération du Saint-Esprit  dans le sang). Jusqu’à ce qu’il fasse le rapprochement avec un médicament qu’il prend depuis fin 2009 comme de par hasard, un médicament en vente libre, un médicament qui… fait grandir le pénis.

LaShawn Merritt est donc dopé au grossisseur de zizi. Adieu le bon temps où les sportifs se faisaient faire des pikouzes avec des seringues dégueu par des médecins véreux. Son médicament miracle contient donc effectivement une petite dose de DHEA, considérée comme étant un produit dopant. C’est son avocat qui a eu la difficile tache d’annoncer ça au monde sportif, suivi par une déclaration de Merritt :

J’espère que mes sponsors, ma famille, mes amis et mon sport me pardonneront pour avoir fait une erreur aussi idiote, immature et égoïste. Aucune sanction ne masquera l’embarras et l’humiliation que je ressens.

C’est l’USADA (la super agence anti-dopage internationale) qui va trancher sur le sort du pauvre athlète : car en effet, le fait qu’il ait pris un produit à « usage personnel » (hinhinhin) et non à usage dopant sème le trouble. Il devrait quand même être privé de saison 2010, mais assure continuer à s’entrainer régulièrement pour son diplôme universitaire et la suite de sa carrière.

C’est son rival de toujours, Jeremy Wariner qui doit être heureux : il peut espérer briller lors des prochaines compétitions quand Merritt lui piquait la vedette depuis plus d’un an. Jeremy, sache que si tu es dopé aux médocs contre la chute des cheveux, ma foi en l’esprit sportif sera à jamais détruite.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Van_elodie
    Van_elodie, Le 24 avril 2010 à 1h38

    oups j'avais pas vu le com de la madz avant moi autant pour moi
    comme on dit les grands esprits se rencontrent

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)