Kit de transition pour devenir végane tout en douceur

Par  |  | 36 Commentaires

Envie de devenir végane, mais difficile de se passer de certaines textures, du crémeux, des fromages ? Ce kit de transition est fait pour toi!

Kit de transition pour devenir végane tout en douceur

Cet article a été publié dans le cadre d’un partenariat avec boutique vegan.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Le véganisme est un mode de vie qui consiste à ne consommer aucun produit d’origine animale. Pourquoi ? Pour une multitude de raison, qui varient selon les véganes !

Personnellement, c’est d’abord pour des raisons de santé que j’ai sauté le pas : la viande et les produits laitiers me faisaient autant de mal qu’une bonne cuite.

Mais c’est aussi une volonté de réduire mon empreinte écologique qui motive mes nouveaux choix de consommation. En effet, l’élevage intensif est une source de pollution très importante, je n’ai aucune envie de contribuer à un système d’exploitation que je désapprouve.

Sauf que j’ai été élevée dans une culture et dans une société où la consommation de produits animaux est si « normale » qu’il peut être très difficile de s’en passer.

D’abord, d’un point de vue très pragmatique : je ne peux plus m’acheter un sandwich dans une boulangerie pour déjeuner sur le pouce, par exemple.

Mon régime végétalien me demande un minimum d’organisation, mais comme je le pointais dans « mon véganisme expliqué aux sceptiques », c’est surtout « manger équilibré » qui demande de l’organisation et de la vigilance !

À lire aussi : L-214 lance « Vegan Pratique », pour changer ses habitudes à coups de fourchette

Manger est un plaisir et doit le rester

Au final, après 5 ans de véganisme, je constate que l’aspect « pratique » est vite dépassé. C’est juste un changement d’habitudes !

En revanche, ce qui m’a posé question plus longtemps, c’est la notion de plaisir, et elle est loin d’être négligeable.

On parle bien de « plaisir de la table » pour désigner la culture du repas, parce que c’est effectivement le cas : manger n’est pas qu’un acte de subsistance, c’est aussi un véritable moment de plaisir. Devenir végane ne doit pas amener à sacrifier cet aspect !

Vade retro épinards bouillis, salsifis à la vapeur et autres tofu fadasse ! Un autre monde végane est possible, y compris pour celles et ceux qui « aiment trop la viande » ou « ne peuvent pas se passer de fromage ».

À lire aussi : J’ai testé pour vous : des produits véganes qui m’étaient inconnus, étranges ou surprenants

Le simili-carné, quel est cet animal ?

Si ce que tu aimes tant dans la viande, c’est le coeur fondant et saignant d’un tournedos, j’ai une mauvaise nouvelle : il n’existe pas de substitut végane à ton péché gourmand.

Mais en même temps, si c’est ça ton kif, tu n’es sans doute pas prêt·e à te tourner vers le véganisme.

En revanche, si, comme énormément de gens j’imagine, tu ne te vois pas éliminer complètement la viande de tous tes repas, j’ai sans doute des solutions pour toi.

LE truc qui m’a manqué quand j’ai arrêté de mettre des steak hachés dans mon assiette, ce n’est pas le goût de la viande, c’est sa texture.

Manger uniquement des légumes et des céréales me donnait l’impression de manger « un repas mou ».

Les steaks de légumes, achetés ou faits-maison à base de haricots rouges ou de lentilles ne me permettaient pas de retrouver la sensation extrêmement satisfaisante de mordre et de mâcher un aliment SOLIDE.

Vraiment solide. Qui résiste en bouche, pas qui fond comme un navet trop cuit. Heureusement, le simili-carné a été inventé.

Le simili-carné : qui est-il, quel goût a-t-il ?

Un simili-carné, c’est un produit végétal conçu pour imiter la texture de la viande, et ses apports nutritionnels. Ce sont donc des produits résistants sous la dent, consistants, et riches en protéines (comme une viande, la différence est qu’ils ne contiennent ni cholestérol, ni toutes les matières pas spécialement top pour la santé que contiennent les viandes).

Le simili-carné est donc devenu le meilleur allié de ma transition végane. Steak-frites-petits-pois sans steak, ça donne un plat triste et pas équilibré ? Je substitue mon steak haché par un simili-carné.

Certaines imitations sont si bien épicées qu’elles peuvent permettre de tromper un·e pote carniste ! Et oui, parce que les steak hachés surgelés aux oignons, qu’on achète par dix, ils n’ont pas « le goût » d’un muscle de vache. Ce sont les exhausteurs de goût (et surtout beaucoup de sel) que les industriels y ajoutent qui leur donnent toute leur saveur.

Le simili-carné est cuisiné et épicé avec des arômes naturels (tu peux lire la composition sur l’étiquette), et ils arrivent à très bien imiter le goût des viandes transformées.

Sélection de simili-carnés, contre le « repas mou »

Si l’aventure végane te tente, voici une sélection de simili-carnés tout à fait arbitraire, réalisée par Tifaine.

Des steaks pour tes burgers, tes menus « steak-purée-haricots-verts » du jeudi soir, mais aussi des hot dogs vraiment bluffants, il n’y a que l’embarras du choix sur boutique vegan !

1. Haché végétal à base de pois à 6,49€
2. Haché végétal à base de soja à 6,49€
3. Végé’steak haché à 3,49€
4. Saucisses végétales « fumées » à 2,19€
5. Végé’steak de Seitan à 2,69€
6. Saucisses végétales « weenies » à 13,89€

« J’aime trop le fromage pour pouvoir m’en passer »

Ah ! Comme dirait Denis Brognart. J’ai connu ce problème.

J’ai personnellement défoncé deux à trois bûches de chèvre en moyenne, du collège à l’université, donc ne me cherche pas sur ce terrain Maurice.

Oui, le fromage est addictif. Il est littéralement addictif, à cause de la caséine qu’il contient : c’est un dérivé de la morphine, contenu dans le lait maternel de la vache, dont l’effet a pour but de renforcer l’attachement du veau à sa mère.

Donc si tu as la sensation d’être vraiment « accroc au fromage », tu es probablement réellement sensible à cet effet addictif. Comme c’est pas non plus de l’héroïne, il est possible de s’en affranchir avec un peu de volonté et une période de sevrage.

Reste tout de même un autre problème de taille : le fromage, c’est vachement bon. C’est doux, c’est gras, c’est crémeux. Ça cale, ça réconforte, bref, c’est difficile de s’en passer du jour au lendemain.

Heureusement, comme pour la texture de la viande, les dieux du véganisme ont su nous développer des substituts imitant la texture crémeuse et le goût gras-salé du fromage.

Eh ouais René. Le futur, c’est maintenant.

Le crémeux, gras et salé des produits laitiers version végane

C’était mon deuxième énorme manque lorsque j’ai pris la décision de bannir les produits laitiers de mon alimentation : LE CREAMY. Tu sais, cette texture douce, fondante, « fluffy » dirais-je même pour agacer Mymy qui déteste l’emploi d’anglicismes superflus dans les articles.

Je hurle mon amour du crémeux, et je déplore son absence à chaque fin de repas… Mais ça, c’était avant que je ne découvre les produits de boutique vegan.

Parce que des substituts crémeux, j’en avais déjà goûtés. Tu penses peut-être instinctivement aux yaourts « Sojasun » qui ont fait leur apparition dans la plupart des supermarchés ces dernières années.

Tu en as peut-être même goûtés, te disant, mi-déçu·e mi-révulsé·e : eurk, je ne pourrais décidément pas me passer de produits laitiers.

Si c’est pourtant ton envie, (et je témoigne ici pour te dire que ma peau et mon estomac me remercient quotidiennement pour ce choix), ne désespère pas !

D’autres types de substituts laitiers existent !

À lire aussi : Comment (sur)vivre sans produits laitiers ?

Sélections de produits crémeux pour fondre de plaisir

Cette sélection, toujours signée Tifaine, te présente quelques exemples de produits imitants habilement les textures des laits, yaourts et fromages courants.

1. Râpé gourmet végane façon mozzarella à 4,99€
2. Délice de coco pêche et fruits de la passion à 1,89€
3. Alternative au fromage classique râpé à 5,99€
4. Fromage à tartiner nature à 2,99€
5. Fromage à tartiner goût herbes de provence à 9,99€
6. Yaourt au soja nature à 1,69€

Si tu es un ou une aspirante végane, et que tu ne trouves pas ton bonheur gustatif malgré plusieurs essais de substituts laitiers, je te conseillerais de ne pas désespérer, et de réessayer dans quelques mois.

En effet, voilà plusieurs années maintenant que les fabricant·es développent des simili-carnés végétaliens. Or, la production des simili-laitiers est beaucoup plus récente ! Certains produits, notamment les essais de fromages, sont très, très nouveaux !

Les recettes sont vouées à évoluer, à être affinées, améliorées avec l’expérience.

Les premières imitations de fromages que j’avais pu goûter il y a quelques années m’avaient laissée plutôt indifférente. Or cette année, j’ai défoncé le Happy Cheeze aux herbes (N°5 sur la sélec) à la cuillère.

J’aime le creamy mais je ne suis pas Crésus

Certes, ces produits sont un peu plus chers que les simili-carnés, et que leurs pendants classiques, au lait de vache.

Deux choses, à ce propos : la première, c’est que ces prix s’expliquent en partie par la nouveauté de ces produits (ce que je disais juste avant !). La deuxième, c’est qu’en réalité, ce sont les laits et fromages classiques qui devraient être beaucoup plus chers.

L’élevage et l’exploitation animale sont aujourd’hui largement subventionnés, ce qui permet de maintenir des prix très bas. Ce n’est pas le cas des filières de production de ces substituts végétaux.

En résumé, tu as l’impression qu’un fromage de vache n’est pas cher, parce que le prix que tu paies ne correspond pas à son coût réel.

En attendant que la tendance ne s’inverse (ça dépendra des politiques publiques), j’ai bien peur que le prix des fromages végétaux reste supérieur à celui des fromages animaux.

« Jamais je ne pourrais me passer de [insérez plat doudou] »

Tout le monde a ses plats doudous, réconforts, spécial « lendemain de cuite » ou encore « souvenirs d’enfance ».

Et généralement, aucun de ces plats n’est végane, ce qui est logique. J’ai jamais eu envie d’une salade de kale aux graines de courge un lendemain de soirée trop arrosée.

Les repas de famille de ma jeunesse n’ont jamais consisté à réhydrater des protéines de soja texturées pour en faire une sauce bolognaise maison.

Je sais, le véganisme ressemble fort à une négation pure et simple de toute mon éducation gustative, de tout mon patrimoine culinaire.

Que nenni, voyons. La plupart de tes « madeleines de Proust » peuvent être recréées en version végane !

Encore une fois, si ton plat doudou, c’est l’andouillette, le boudin, ou les tripes à la mode de Caen, je ne peux rien pour toi. (Mais en même temps, j’imagine que tu ne t’en tapes pas une assiette tous les dimanches. Tu peux peut-être adopter un régime végétalien sans renoncer à ton petit plaisir de temps en temps.)

On a hacké toutes tes recettes de grand-mère

Maintenant, si ta madeleine de Proust, c’est justement les madeleines de Commercy, la tarte aux myrtilles cueillies dans les Vosges en famille, le chocolat chaud fumant qui réchauffe tes doigts à l’heure du goûter en hiver, j’ai une solution pour toi.

Des substituts véganes existent, pour te permettre de recréer tes recettes préférées, sans avoir besoin de produits animaux.

J’ai réussi à faire une quiche lorraine végane qui a trompé mon frère (il s’est rendu compte que c’était pas « une vraie » quiche en me voyant en manger). C’est te dire si le goût est proche.

Je te sens sceptique. D’accord. Je relève le défi.

MON plat nostalgique par excellence, c’est les spaghettis carbonara. C’est donc :

  • des spaghettis (ok genius)
  • des oeufs
  • des lardons
  • du parmesan
  • de la crème, si tu tiens à relancer un débat douloureux entre casse-couilles puristes et terroristes esprits inventifs en cuisine.
  • du sel et du poivre (pas de panique, c’est végane).
  • de l’huile d’olive (si tu ne mets pas de crème) (je juge pas) (mais toute l’Italie, oui.)

À lire aussi : Recette de la « carbonara » végétarienne, n’en déplaise aux puristes !

Refaire ses plats « nostalgie » version végane : challenge accepted

Les spaghettis, c’est facile : il suffit de lire l’étiquette, vérifier qu’ils ne contiennent pas d’oeuf. Toutes les pâtes ne contiennent pas d’oeuf. Respire.

Les lardons, c’est facile aussi : des petits dés de tofu fumé, qu’on fait revenir dans un filet d’huile d’olive, avec pourquoi pas des oignons caramélisés à la sauce soja, oh mes aïeux.

Pour la crème, c’est encore facile : et bah tu prends de la crème végétale, y a quoi ? C’est meilleur si tu verses la crème végétale de ton choix sur tes pâtes, quand elles ont été égouttées et remises dans la casserole ou dans une poêle. Ça permet de cuire un peu la crème, je trouve ça meilleur. C’est peut-être dans ma tête.

Que manque-t-il ? L’oeuf. Mais qui a besoin d’oeuf ? Ça sert à rien. Voilà, ajoute tes dés de tofu grillés, et une bonne dose de prosociano râpé, c’est comme un parmesan mais version végétale.

Voilà, c’est prêt.

À lire aussi : Recette des spaghettis véganes au sésame et au tofu fumé #PastaWeek

« Mais c’est quand même pas pareil, voyons »

Alors non, clairement, je vais pas réussir à faire passer ce plat pour une assiette de spaghettis carbonara. Tout le monde verra la supercherie, c’est certain.

Mais le but de l’opération n’est pas forcément de réaliser l’exact même plat, c’est de retrouver les sensations, les saveurs qui me réconfortent.

Plot twist : mon attache émotionnelle à ces recettes ne tient pas au goût des produits animaux. Elle tient dans le temps et la préparation que j’investis, le choix de mes ingrédients, le moment que je passe à cuisiner mon plat.

Et c’est ça, la leçon essentielle de cette dernière partie : la charge émotionnelle de tes souvenirs n’est pas contenue DANS la bouffe. Elle est dans ta tête, dans ta mémoire, et elle est activée par ton rapport à certaines bouffes.

Bah il suffit de re-câbler ces doux souvenirs sur les versions véganes de tes recettes. C’est possible, j’ai réussi !

À lire aussi : Spaghettis aux boulettes véganes — Recette savoureuse

Sélections de produits malins pour reproduire tes recettes doudou

1. Cacao en poudre à 2,19€
2. Cacao en poudre « Super-Cacao » à 13,99€
3. Boisson d’amande-matcha à 4,99€
4. Koko Original à 2,59€
5. Tofu soyeux ferme à 2,99€
6. Tofu « Forêt Noire » à 2,79€
7. Substitut d’oeufs à 9,99€
8. Crème universelle à 3,99€

Je prends toujours autant de plaisir à humer les vapeurs de mon chocolat chaud lorsque les derniers rayons du soleil de décembre caressent le ciel gris.

Je passe toujours autant de bons moments à me remémorer mes dîners d’écolières en famille, à chaque fois que je me fais péter le bide avec des spaghettis façon carbonara au tofu.

Et je sais trouver ou refaire pratiquement toutes les pâtisseries et gâteaux qui me faisaient craquer, tous les desserts que j’attendais avec impatience à la fin des repas, grâce aux substituts d’oeufs, de laits, de gélatine, et autres ingrédients malins et croquants.

Sauf les îles flottantes. Je sais pas faire des îles flottantes véganes. Mais je trouvais pas ça ouf de toute façon.

Voilà, ainsi s’achèvent mes 3 conseils pour réussir ta transition végane à ton rythme, à ton goût, sans sacrifier ton plaisir gustatif ni trop changer tes habitudes culinaires, au fond.

Bon appétit !

À lire aussi : Mon véganisme, de mon assiette… à mon travail !

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Commentaires
  • Aconitia
    Aconitia, Le 25 janvier 2018 à 11h09

    Sauf les îles flottantes. Je sais pas faire des îles flottantes véganes. Mais je trouvais pas ça ouf de toute façon.
    @Clemence Bodoc c'est cadeau, tu n'as plus d'excuse pour ne pas faire d'îles flottantes vegan :P

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?