Kiki de Montparnasse (Catel et Bocquet )

Ce siècle avait un an, quand Kiki vit le jour. Née Alice Prin en 1901, de père inconnu et de mère démissionnaire, elle est élevée avec ses cousins dans le giron aimant mais miséreux de sa grand-mère bourguignonne. A 12 ans, la jeune Alice rejoint sa mère à Paris, pour se faire une éducation. Elle […]

Kiki de Montparnasse (Catel et Bocquet )

Ce siècle avait un an, quand Kiki vit le jour.

Née Alice Prin en 1901, de père inconnu et de mère démissionnaire, elle est élevée avec ses cousins dans le giron aimant mais miséreux de sa grand-mère bourguignonne.
A 12 ans, la jeune Alice rejoint sa mère à Paris, pour se faire une éducation. Elle va à l’école, un peu, puis travaille, beaucoup. Mais son caractère impétueux et son brin de folie la poussent très vite à rendre son tablier. Chassée par sa mère, sans le sou, elle pose alors pour son premier sculpteur.

Commence alors pour Alice la vie de bohème, la vraie : dans le Montparnasse de 1918, elle fréquente peintres, artistes désargentés et filles de joie, pose nue dans des mansardes d’artistes, et montre ses fesses en poussant la chansonnette dans les bars libertins. Au détour d’un bistrot, elle rencontre Modigliani et Utrillo, et tombe amoureuse du peintre polonais Maurice Mendjisky, qui la baptise Kiki.

Kiki sera toujours Kiki

Ainsi née l’une des figures les plus célèbres des années folles parisiennes.

Sous la plume de Bocquet et le trait de Catel, Kiki de Montparnasse nous raconte la vie exceptionnelle de cette femme, aujourd’hui tombée dans l’oubli, qui a pourtant croisé la route des plus grands artistes de l’entre-deux-guerres : Modigliani, Kisling, Satine, Desnos, Cocteau, Rocher… Et surtout, Man Ray qui deviendra son compagnon et la propulsera au sommet. Ces artistes, dont on admire les œuvres dans les plus grands musées du monde, ont laissé d’elle des peintures, des croquis, des photos (dont le célèbre Violon d’Ingres de Man Ray).
Au fil des pages, c’est tout un mouvement artistique qui nous est conté, celui du dadaïsme et du surréalisme. Mais c’est aussi et surtout le portrait sensible et attachant d’une femme étonnamment libérée, indéniablement délurée, à la fois muse et artiste. Une femme née dans un petit ruisseau de Bourgogne et qui conquit le sommet des nuits parisiennes jusqu’à être sacrée « Reine de Montparnasse ».

Kiki de Montparnasse, par Catel et Bocquet aux éditions Casterman, collection Ecritures.
Cet ouvrage vient de faire l’objet d’une réédition en volume cartonné, augmenté d’une vingtaine de pages (biographie de Kiki et portraits des grands artistes qui ont croisé son chemin).

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 2 décembre 2009 à 15h45

    Magnifique! J'avais commencé à lire le début et j'avais adoré, les dessins, la fraîcheur des traits qui correspond à l'image de Kiki, l'histoire. J'étais emballée. Je vais essayer de remettre la main dessus!

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)