La lutte contre les mutilations génitales féminine continue, y compris en France !

Par  |  | 3 Commentaires

Les mutilations génitales féminines sont toujours un fléau pour des filles et des femmes du monde entier. Ce 6 février 2018, une journée est dédiée à la lutte pour leur éradication – bien que celle-ci doive se poursuivre chaque jour.

La lutte contre les mutilations génitales féminine continue, y compris en France !

Ce 6 février se tient comme chaque année la Journée mondiale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines.

Une journée pour continuer de sensibiliser aux différentes formes de mutilations génitales féminines.

Journée mondiale de tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines : 200 millions de victimes

L’ONU rappelle aujourd’hui des chiffres qui font froid dans le dos :

« 200 millions de femmes et de filles dans le monde ont subi l’une ou l’autre forme de mutilation génitale féminine.

Si cette tendance perdure, 3 millions de jeunes filles risquent de subir des mutilations génitales féminines chaque année. »

RFI fait le point sur la situation dans différents pays, comme la Côte d’Ivoire ou le Tchad, mais rappelle également que les mutilations génitales féminines n’ont pas lieu seulement sur le continent africain.

Christine Beynis, infirmière en Guinée puis en France précise en effet que les mutilations génitales féminines sont très répandues en Indonésie, au Yémen, en Iraq, et dans d’autres pays encore.

L’excision, en France aussi il faut sensibiliser

Dans un second article RFI aborde la mobilisation d’associations françaises, telle qu’Excision, parlons-en ! qui milite pour sensibiliser les jeunes femmes vivant en France.

À lire aussi : « Excision : parlons-en ! » – journée de lutte contre les mutilations sexuelles

Leur campagne Alerte Excision s’adresse en particulier aux jeunes femmes de 12 à 18 ans qui pourraient être victime de mutilations génitales féminines au cours d’un voyage dans le pays d’origine de leurs parents par exemple.

Selon elles, 3 jeunes filles sur 10 sont potentiellement à risque.

Pour sensibiliser ces dernières et leur fournir l’aide appropriée, l’association a ouvert un partenariat avec une autre association dont on vous a déjà parlé sur madmoiZelle : En avant toutes !

En avant toutes ! dispose en effet d’un chat pour que les jeunes femmes victimes de violences sexistes et sexuelles puissent trouver de l’aide, et leurs écoutantes ont cette année été formées pour informer sur les mutilations sexuelles féminines.

À lire aussi : Des drapeaux occidentaux mutilés… pour dénoncer l’excision

7 surprises valant + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • CaraNougat
    CaraNougat, Le 6 février 2018 à 18h22

    Je n'ai pas bien compris ce que l'association Excision, parlons-en! peut faire pour les personnes qui pensent qu'on leur fera subir une excision pendant les vacances. Comment protége-t-elle les potentielles victimes dans ce type de situation ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!