Je suis une robe, quand un père intolérant se repent avec tendresse

Par  |  | 8 Commentaires

Un père face à la différence de son enfant, une robe rouge, et l'espoir d'une réconciliation : c'est la jolie proposition de Charles Grammare, à l'occasion du Nikon Film Festival.

Je suis une robe, quand un père intolérant se repent avec tendresse

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec le Nikon Film Festival.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Certaines images tapent dans le mille et surtout en plein coeur. Il n’en faut parfois pas beaucoup pour délivrer un message. Et ça, Charles l’a bien compris.

Sans fioritures, il aborde un sujet primordial, et allie savamment fait de société et fait d’amour…

Je suis une robe, le court-métrage sur la repentance

Clique sur l’image pour découvrir le film !

« Je pense que vous avez suffisamment merdé comme ça, n’en rajoutez pas ».

Les mots sont cinglants, mais ils sont peut-être mérités.

Un père est là, qui attend en face d’une porte, que la réconciliation ait lieu. Avec qui ?

Avec son enfant, qui acceptera ou non la robe qui lui est offerte pour ses 18 ans, en signe de repentance.

Charles Grammare, diplômé de l’ESRA Bretagne, a posé sa caméra sur le visage d’un homme soucieux de renouer avec un membre de sa famille.

Rien n’est dit mais tout est suggéré. J’imagine aisément que ce père n’a pas su accepter la différence de son enfant…

Des thématiques sensibles sont abordées avec délicatesse et appuyées par un regard amoureux de l’image.

Charles Grammare réalise donc un court-métrage aux enjeux modernes, et inscrit immédiatement son travail dans la liste des œuvres nécessaires, et même essentielles !

Tu participes au Nikon Film Festival 2018 ? Envoie-nous ton court-métrage à jaifaitca[at]madmoizelle.com avec pour objet « Nikon Film Festival 2018 » !

À lire aussi : « Je suis une de plus » : elles tombent le masque de la honte et du tabou grâce à #MeToo

6 surprises utiles et équivalant à + de 50€
18.90€ + 4€ de livraison

Commentaires
  • Tu as raison
    Tu as raison, Le 16 décembre 2017 à 19h34

    @VertCarotte
    Je vois ce que tu veux dire mais j'aurai tendance à penser qu'appuyer ainsi sur le parent maltraitant est significatif de comment on aborde ce type de situation socialement. Ce n'est pas lui qui est important et le chantage émotionnel au pardon des parents toxiques de la part de ces mêmes parents (qui par miracle se rendent compte qu'ils ont merdé) est malheureusement une réalité bien trop présente.
    Je ne peux m'empêcher, en général, de me demander quelle fausse excuse va être dite pour justifier au manquement :dunno:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!