Je ne veux pas d’enfants, et alors ?

Cette madmoiZelle ne veut pas d'enfants, et elle en a drôlement marre des réactions et des réflexions qu'ont les gens quand ils l'apprennent. En quoi c'est une obligation, d'avoir des gosses ?

Je ne veux pas d’enfants, et alors ?

— Publié initialement le 29 mai 2014

Je ne veux pas d’enfants. Voilà, c’est dit. J’ai lâché le dossier, me voilà devenue aux yeux du monde une vieille aigrie qui refuse de profiter du miracle de la vie, qui n’est pas capable de donner de l’amour ou de supporter quelqu’un plus de trois heures de suite.

« Je n’aime pas les enfants. Je n’aimais même pas les enfants quand j’étais enfant. »

Face à la multitude de réactions et de questions idiotes que je reçois, je ressens le besoin (tout aussi idiot, peut-être) de justifier une décision qui ne devrait pas avoir à l’être.

Je vais très bien, merci

Non, je n’ai pas eu une enfance malheureuse ou de mauvais parents, et je n’ai pas vécu dans un environnement dégueulasse. J’ai toujours été entourée de gens qui m’aimaient, d’une mère avec qui j’entretiens une relation fusionnelle et hyper positive, et d’un père qui parle peu mais toujours pour dire des trucs intelligents.

Non, je n’ai pas côtoyé d’enfants affreux ou méchants avec moi (un séjour dans une poubelle ça ne compte pas voyons, ça s’appelle se sociabiliser) : je n’ai donc pas été « dégoûtée » des gosses ; aussi loin que je me souvienne, je n’en ai simplement jamais voulu.

À lire aussi : J’ai été victime de harcèlement scolaire – Témoignage

Non, je ne me sens pas incapable de transmettre de l’amour ou de m’occuper de quelqu’un d’autre que de ma petite personne.

Non, je ne compte pas mourir seule dévorée par mes chats. Non, je ne pense pas que ne pas vouloir d’enfants soit le synonyme d’une vie seule, sans un charmant mari à mes côtés, à regretter de n’avoir jamais procréé. Non, je n’ai pas peur qu’ils soient moches et de ne pas les aimer pour cette raison (on juge pas, y’en a beaucoup pour qui c’est une vraie angoisse).

Je ne déteste pas les enfants, ils ne me dérangent pas, et je m’en occupe très bien.

Non, je ne déteste pas les enfants, et malgré une faible résistance au bruit causé par ces petites choses, je m’en occupe très bien. La plupart des mômes que j’ai eu l’occasion de garder ne se sont jamais plaint de ma présence, au contraire !

D’ailleurs, je fais souvent face à l’étonnement de mes proches quand j’avoue avoir fait, avec plaisir, des années de baby-sitting.

Remettons les choses en place ; la majorité des enfants ne me dérange pas (même si je n’aime pas les sales gosses, mais ça, c’est mon côté Super Nanny). Et non, je n’ai pas peur d’enfanter des mioches hurlants — ce qui justifierait mon envie d’aller envers et contre l’utilisation de mon utérus magique — car comme dirait ma mère, on a les gosses qu’on mérite.

Je ne déteste pas les enfants

Bref, ma « maladie » ne compte pas m’empêcher d’être marraine des gosses de mes copines, et encore moins de leur offrir des Converse miniatures, parce que ça, c’est vraiment TROP cool.

« Mais alors pourquoi tu veux pas d’enfants ? T’es stérile ? »

Me direz-vous. Non. Enfin, pas que je sache. J’en veux pas parce que je n’en veux pas et ça ne fait pas de moi une mauvaise personne, un prototype de femelle incapable de procréer ou une égoïste finie.

J’utilise précisément le mot « égoïste » parce qu’on me l’a souvent sorti, alors qu’au contraire, je trouve ma décision plutôt altruiste.

J’en veux pas et ça ne fait pas de moi une mauvaise personne, un prototype de femelle incapable de procréer ou une égoïste finie.

En quoi décider de ne pas suivre la norme juste pour la suivre et entraîner dans mon conformisme mal placé des petits êtres qui n’ont rien demandé à personne et qui se sentiraient non désirés toute leur vie est-il égoïste ?

Je ne veux pas d’enfants parce que c’est mon choix, comme dirait l’amie Evelyne Thomas.

Je ne veux pas d’enfants parce que je dispose de mon corps comme je l’entends, ainsi que de ma vie, et que j’ai envie que celle-ci soit composée d’un travail épanouissant, d’un homme avec qui je peux décider de partir au bout du monde sur un coup de tête sans avoir à trouver une bonne école française, d’amis dont j’aurais grand plaisir à garder et à gâter les gosses et de tout un tas d’autres plaisirs qu’on a tous appréciés avant de les condamner au profit d’une vie de famille.

Les enfants et les activités citées ci-dessus sont évidemment compatibles, et j’applaudis les femmes qui arrivent à tout combiner. Mais je ne m’en sens pas capable et je n’en ressens pas l’envie, point barre.

« Tu dis ça maintenant, t’es encore jeune, tu vas changer d’avis ! »

M’explique-t-on souvent à ce moment-là de mon argumentation. Peut-être, et peut-être pas. Si je change d’avis (et pourquoi pas, je ne l’exclus absolument pas), ça sera une décision mûrement réfléchie avec quelqu’un qui aura su me donner l’envie et le courage de sauter le pas.

Mais si je ne change pas d’avis ? Je serai à jamais une connasse égoïste à vos yeux ? C’est malheureux quand même.

Je veux être heureuse, et ne rendre personne malheureux

En le vivant assez régulièrement, j’ai l’impression que le refus d’avoir des enfants est un des derniers tabous concernant le corps et la vie de famille.

La société attend de tout être disposant d’ovaires qu’il définisse sa vie selon le projet à court ou à long terme de mettre bas. Nous avons la chance, après des années de lutte, d’avoir le droit de voter, d’avoir un compte bancaire et même, attention, de boire de l’alcool comme des trous normands – et ça, c’est cool.

Nous avons l’accès aux fonctions politiques, à la contraception et à la coupe menstruelle.

big-instant-putassier-pousse-grossesse

Ma réussite dans la vie ne dépendra pas de ma capacité à offrir une belle vie à ma progéniture mais à avoir atteint mes objectifs.

Ce sont des droits et non des devoirs, tout comme l’utilisation – ou non – de certaines de nos fonctions corporelles. Je compte avoir un boulot super trop cool, une relation amoureuse stable et un appart sympa, non pas pour pouvoir offrir un cadre de vie convenable à mes enfants, mais en tant que fin en soi.

Ma réussite dans la vie ne dépendra pas de ma capacité à offrir une belle vie à ma progéniture mais à avoir atteint mes objectifs.

En ce sens, on peut voir ça comme égoïste et autocentré, mais après tout, c’est seulement ma version de la vie dont je rêve, ça ne changera rien à votre vie mais beaucoup à la mienne. J’entends alors :

« Tu réalises que tu ne pourras jamais avoir de relation longue et sérieuse ? Et tes parents, t’y penses ? »

Oui j’y pense, et ils respectent mon choix, parce qu’ils m’aiment et que le fait de ne pas devenir grands-parents (en tout cas, par moi) ne les dérange pas.

Mon père a déjà la chance et l’honneur d’être grand-père et ça n’a pas l’air d’avoir changé sa vie, parce qu’en fait, au cas où vous l’auriez oublié, c’est quand même un peu personnel comme question.

Et si je n’ai pas envie d’avoir d’enfants, je ne changerai pas POUR quelqu’un, petit ami ou parent, pour la simple et bonne raison que ça reviendrait à décider d’enfanter pour le principe et prendre le risque de le regretter en voyant sa progéniture se coller des spaghettis sur la tête.

Nope.

Mieux vaut assumer de ne pas vouloir d’enfants, que d’avoir des enfants qu’on n’arrive pas à assumer.

Enfin, si je ne change pas d’avis, j’ose espérer qu’il existe au moins un homme sur cette planète qui compte aussi mettre ses spermatozoïdes en vacances permanentes (dans la mesure où il existe des sidérodromophiles – Google est ton ami –, ça devrait pouvoir se trouver), et ne pas sombrer dans la dépression éternelle infligée par le karma des blouses roses moralisatrices !

Ainsi, à celles et ceux qui s’acharnent à me juger et à me traiter d’égoïste et de solitaire, je n’ai qu’une chose à dire : mieux vaut assumer de ne pas vouloir d’enfants, que d’avoir des enfants qu’on n’arrive pas à assumer.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 435 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Magma36
    Magma36, Le 31 octobre 2016 à 11h09

    Bonjour,
    J'ai 37 ans et je n'ai pas d'enfant et un travail intéressant. J'ai un compagnon depuis 9 ans qui, lui a un désir d'enfant mais pas moi. Ce qui me choque dans tous les forums que j'ai pu lire, c'est l'intolérance qui existe entre les femmes qui en veulent et celles qui n'en veulent pas. La deuxième catégorie est toujours stigmatisée. Considérée comme superficielle et égoiste, on ne les estime plus en tant que personne. Je comprends les femmes qui souhaitent avoir des enfants plus que tout mais ce n'est pas mon cas. J'aime mon travail dont les horaires sont irréguliers, j'aime sortir boire un verre après une journée de travail, partir en weekend, au ciné ou au resto sur un coup de tête, penser à une possible mutation pour évoluer professionnellement. Alors certes, on me jugera égoïste. Mais égoïste de quoi au juste? D'apprécier ma vie telle qu'elle est et ne pas me "forcer" à me sacrifier pour un petit être qui ne commencera ses phrases que par "je veux ça et je veux ci", simplement parce que c'est la chose la plus naturelle du monde? Lorsque je vois mes amies déçues à chaque fois de ne pouvoir réaliser leurs rêves parce qu'elles ont un enfant, qu'elles ne peuvent plus sortir, accepter un travail qui ne coincideraient pas avec ceux de l'école ou d'autres devenues d'un ennui mortel, je pense que certaines femmes sont faites pour être mères (et je les admire beaucoup) et d'autres non. J'apprécie les enfants mais à petite dose, j'aime les garder mais j'adore pouvoir les rendre et faire ce que bon me semble. Le plus difficile c'est de devoir sans arrêt se justifier à ce sujet. Mon copain les adore, certes, et tout le monde me demande à quel moment je vais penser à son désir à lui. C'est un sujet que l'on a déjà abordé et il souhaiterait vivement que je change d'avis. La vérité, c'est qu'il aime jouer avec eux mais veut évoluer professionnellement, déteste se lever tôt, sort beaucoup avec ses copains. Donc, je devrai faire le sacrifice de mes envies pour qu'il puisse continuer son train de vie en ayant un enfant? Tous les couples que je connais qui en a eu se sont séparés, car dans chaque cas, l'un a forcé la main à l'autre et il en a bien conscience. Cependant, je lui ai toujours expliqué que si son envie était trop forte, je le laisserai partir, comme la plupart des témoignages que j'ai pu lire sur le forum. Je pense qu'une femme a le choix aujourd'hui d'enfanter ou non, choix qui doit être respecté tout simplement. Et je souhaite bon courage à celle qui, comme moi, doivent se résoudre à l'idée de se justifier sans cesse de ne pas envier les mères.

Lire l'intégralité des 435 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)