J’aurais voulu être un type bien – Marc Villard

Par  |  | Aucun Commentaire

J’aurais voulu être un type bien, dans la forme, pourrait être considéré comme un recueil de nouvelles lambda s’il n’était pas sorti de la plume de Marc Villard, poète, scénariste mais surtout maître incontesté du polar français. Le fait que l’auteur évolue dans le registre autobiographique aurait pu être rébarbatif venant d’un écrivain soucieux de […]

J’aurais voulu être un type bien, dans la forme, pourrait être considéré comme un recueil de nouvelles lambda s’il n’était pas sorti de la plume de Marc Villard, poète, scénariste mais surtout maître incontesté du polar français. Le fait que l’auteur évolue dans le registre autobiographique aurait pu être rébarbatif venant d’un écrivain soucieux de son image de grand cultivé (et/ou, en gros, – ne mâchons point nos mots -, d’un mec péteux), mais ici, que nenni. Villard est humain et touchant dans son côté jme-trouve-minable-et-je-l’assume-pas-vraiment : Il admet ses erreurs, ses fautes, sans jamais tomber dans le pathos, sans jamais basculer dans le déjà-vu. Il reste pudique, plein d’autodérision et a un regard sincèrement peu confiant sur lui-même, si bien que, parfois, on croirait du Woody Allen sur papier.
Quand on ouvre J’aurais voulu être un type bien, la première chose qu’on lit (à part les dédicaces et la biographie, hein, non mais j’dis ça, j’dis rien, j’précise juste), c’est une citation de Kerouac, plantant le décor. C’est un peu comme si ton bouquin se mettait à te parler et te disait viens copine, tourne les pages et va à la découverte d’un homme, certes intellectuel, mais au final, fondamentalement comme les autres. Alors t’es une gentille fifille, tu tournes les pages, tu découvres, et t’approuves.

Ce qui fait l’originalité de ce recueil, c’est qu’on n’assiste pas à une analyse aussi publique que soporifique d’un écrivain sur lui-même. En fait, c’est comme un album-photos, un peu, des instants pris ça et là tout au long de sa vie. Instants parfois dérisoires (comme dans Adieu ma jolie) ou beaucoup plus marquants, voir traumatisants. Sa réaction lorsque sa mère lui annonce son cancer, par exemple (cf Dimanche).

Valeur : + de 35€
18.90€ + 4€ de livraison

Sophie Riche

Eh, salut toi ! Avant, mon pseudo, c'était Sophie-Pierre Pernaut, mais comme c'était un peu long et que j'aime bien mon vrai nom, j'ai repris mon blaz. Mais bon, tu peux m'appeler Sophie-Pierre Pernaut ou Sophie-Pierre ou SPP ou même dauphin. C'est toi qui choisis. Sinon J'ai 25 ans jusqu'à ce que j'en ai 26, puis 27 et ainsi de suite jusqu'à ce que je meurs ; tu connais le principe.

Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Gestion des cookies

Partages sur les réseaux sociaux

Grâce à ces cookies, nos articles peuvent être directement partagé sur les réseaux sociaux via des boutons de partages. Ces cookies sont gérés par l'éditeur de chaque réseau social.

Facebook, Twitter, Pinterest, Whatsapp
facebook
twitter
pinterest
whatsapp

Mesures d'audience

Nous mesurons les visites de manière anonyme sur les différents articles pour comprendre les intérêts de nos lectrices.

_ga, _gaq, _gid,
_ga, _gaq, _gid
cb

Stream

Nous faisons parfois des lives sur Youtube ou Facebook. On utilise ce cookie pour ne pas afficher les streams si tu ne souhaites pas les voir sur le site.

hideStream

Publicitaires

Ces cookies sont déposés par Smart AdServer et DFP, les outils que nous utilisons pour afficher des publicités sur le site. Ces publicités servent au financement de madmoiZelle et sa rédaction.

smartadserver, doubleclick
smartadserver
doubleclick

Close your account?

Your account will be closed and all data will be permanently deleted and cannot be recovered. Are you sure?