Le viol dans les campus ciblé par la Maison Blanche, qui relance « It’s on us »

« It's on us » (« C'est notre responsabilité ») est une campagne de sensibilisation de la Maison Blanche. L'idée est de rappeler à tout le monde qu'il est possible d'agir si on est témoin d'une agression sexuelle ou d'un viol.

Le viol dans les campus ciblé par la Maison Blanche, qui relance « It’s on us »

Mise à jour du 3 septembre 2015 — En 2014, la Maison Blanche avait lancé la campagne It’s on us  C’est notre responsabilité ») pour dénoncer le viol et sensibiliser chaque Américain•e à ce fléau. Cette campagne a pour but de responsabiliser les témoins des agressions sexuelles et de pousser à chaque individu à rester vigilant sur les comportements suspects ou sur les violences constatées au sein de leur entourage.

Des personnalités américaines se sont réunies dans un nouveau spot publicitaire afin de lutter contre les viols dans les campus, des agressions malheureusement très répandues au sein des universités.

Cette fois-ci, des stars comme l’actrice Zoe Saldana ou les acteurs Matt McGorry (Orange is the New Black) et Josh Hutcherson (Hunger Games) ont participé à ce court clip où chacun d’entre eux délivre un message fort pour réveiller les consciences.

À lire aussi : #WhoWillYouHelp, une campagne intelligente contre les agressions sexuelles

En 2014, The Guardian déclarait qu’une Américaine sur cinq est violée durant son parcours universitaire. Un chiffre déjà fou, mais qui devient quasiment irréel quand on le met en parallèle avec une autre statistique qui dit seulement 12% de ces agressions sont dénoncées.

Article initialement publié le 13 novembre 2014 :

La Maison Blanche continue sa campagne de sensibilisation baptisée It’s on us, que l’on peut traduire par C’est notre responsabilité. L’idée est qu’en plus de sensibiliser le grand public à la culture du viol, d’accompagner les victimes, et de punir plus efficacement les coupables, il est également important de rappeler à tout le monde qu’il est possible d’agir lorsqu’on est témoin d’une agression sexuelle, d’un comportement violent ou tout simplement qu’on a un doute sur les actions ou les intentions d’autres personnes.

Dans un premier spot diffusé en septembre, de nombreuses personnalités prenaient la parole :

C’est notre responsabilité de mettre fin aux agressions sexuelles.
De nous interposer avant que ça n’arrive.
De ramener un•e amie à la maison, en sécurité.
De ne pas blâmer la victime.
C’est notre responsabilité.
De faire attention aux autres.
De ne pas détourner le regard.
C’est notre responsabilité de tenir tête.
De faire un pas en avant.
De prendre nos responsabilités.
C’est notre responsabilité à tous.
De mettre fin aux agressions sexuelles.

Dans ce nouveau spot de pub, Jon Hamm (a.k.a. Don Draper), en charge de la voix-off, déclare :

Ceci n’est pas un message sur les agressions sexuelles.
Ceci parle de devenir le mec qui les empêche.

Après la campagne 1 is 2 many, blindée de stars, on est ici dans un environnement plus familier pour le grand public : une soirée étudiante. Rappelons que les viols ne sont pas rares sur les campus aux États-Unis… et qu’ils sont loin d’être considérés avec la gravité requise.

À lire aussi : « À Nos Fils », un poème sur les dommages collatéraux de la culture du viol

Selon Jezebel, qui relaie la campagne, ce spot sera diffusé avant des matchs universitaires, dans certains cinémas, sur le réseau Xbox ainsi que les réseaux sociaux. Le site mentionne aussi les propos de Valerie Jarrett, qui fait partie de l’équipe de Barack Obama derrière It’s on us :

Nous pensons qu’en faisant de ce sujet la responsabilité de tout le monde, cela allègera la responsabilité qui pèse sur les épaules des femmes, et permettra un changement culturel. Il y a des limites à ce qu’on peut faire, des régulations, des lois. La seule façon de changer pour de bon les comportements, c’est de modifier quels comportements sont vus, culturellement, comme acceptables ou non.

Tout le monde en parle à présent. J’ai plusieurs amis qui ont des enfants dans différentes classes au lycée. Tous les parents demandent « Cette fac où tu veux aller, quelle est sa position à propos des agressions sexuelles ? ». Quand ma propre fille est allée à l’université, il y a dix ans, cette question ne m’est jamais venue à l’esprit.

La vidéo est liée à un site, ItsOnUs.org, qui comporte des conseils dans sa partie Tools :

 

  1. Parlez à vos amis de la violence sexuelle, avec honnêteté et de façon directe.
  2. Ne soyez pas simple témoin : si vous voyez quelque chose, essayez d’agir d’une façon ou d’une autre.
  3. Faites confiance à votre instinct. Si quelque chose ressemble à une situation bizarre, mauvaise, ça l’est probablement.
  4. Soyez direct•e. Si quelqu’un a l’air d’avoir besoin d’aide, demandez-lui si tout va bien.
  5. Si vous voyez quelque chose, faites en sorte que quelqu’un vous aide : l’hôte, un ami, un autre témoin.
  6. Gardez un oeil sur les personnes qui ont trop bu.
  7. Si vous voyez une personne trop ivre pour consentir, parlez à ses ami•e•s pour qu’elle retourne chez elle en toute sécurité.
  8. Si quelqu’un vous dit prévoir « cibler » une personne lors d’une fête, prenez conscience du danger potentiel.
  9. Faites attention si quelqu’un essaie délibérément de faire boire, d’isoler ou de coincer une autre personne.
  10. Interposez-vous en créant une distraction, en attirant l’attention, en les séparant.
  11. Comprenez que si quelqu’un n’est pas en capacité de consentir, alors c’est un viol.
  12. Ne blâmez jamais la victime.

On peut aussi entrer son nom et son adresse pour rejoindre les signataires d’un beau « serment ».

its-on-us-pledge

Ce serment est un engagement personnel pour aider les femmes comme les hommes à être protégé•e•s des agressions sexuelles. C’est une promesse : ne plus être témoin du problème, mais plutôt faire partie de la solution.

Je fais le serment…

  • De RECONNAÎTRE que le sexe sans consentement est une agression sexuelle.
  • D’IDENTIFIER les situations dans lesquelles peuvent se dérouler les agressions sexuelles.
  • D’INTERVENIR lors de situations dans lesquelles le consentement n’a pas été, ou ne peut être donné.
  • De CRÉER un environnement dans lequel les agressions sexuelles sont inacceptables et dans lequel les personnes y ayant survécu sont soutenues.

Avoir peur d’intervenir, c’est normal, mais il faut quantifier les choses : si on se trompe sur la situation, ce n’est pas grave, on a fait une erreur. Par contre, si on ne dit rien et qu’on avait raison, alors quelqu’un a été agressé, et personne n’a rien fait pour l’empêcher. Si vous avez un doute sur une relation, sur le consentement d’un•e invité•e par exemple, même si vous ne le/la connaissez pas, n’hésitez pas à poser des questions, à le/la prendre à part pour lui demander si tout va bien. Ensemble, nous pouvons nous protéger mutuellement.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’aimerais énormément voir le gouvernement français se saisir du problème de façon aussi claire et directe. Parce qu’en France, comme partout dans le monde, malheureusement, on fait trop souvent peser la responsabilité sur les victimes, on nie trop souvent les violences sexuelles, et trop de crimes restent impunis.

À lire aussi : Messieurs, l’égalité hommes-femmes ne se fera pas sans vous

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 5 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Nanapunk
    Nanapunk, Le 3 septembre 2015 à 15h11

    moi j'ai failli me faire violer dans un appartement avec une amie à moi par deux mec étudiants en erasmus qui nous ont "gentiment" hébergé chez eux une nuit.
    bah j'ai eu la peur de ma vie et j'ai réussie à leur tenir tête et m'échapper, finalement je n'ai rien eu et mon amie non plus dieu merci mais je suis encore très choquée ... la prochaine fois je ferai plus attention, sa ma servis de leçon. seul soucie les flics ne font rien je l'ai avait appelé et ils s'en foutaient royalement. il faut que les choses bouge sa deviens urgents ...

Lire l'intégralité des 5 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)