Interview de Marc Lévy (Les enfants de la liberté)

madmoiZelle.com : En quelques mots, de quoi parle Les enfants de la Liberté, votre dernier roman ? Marc Levy : C’est l’histoire de vingt jeunes garçons et jeunes filles qui vont se réunir et créer un réseau de résistance pendant la guerre. L’histoire, qui se situe à Toulouse, raconte leurs combats, leurs missions, leurs amours, […]

Interview de Marc Lévy (Les enfants de la liberté)

madmoiZelle.com : En quelques mots, de quoi parle Les enfants de la Liberté, votre dernier roman ?
Marc Levy :
C’est l’histoire de vingt jeunes garçons et jeunes filles qui vont se réunir et créer un réseau de résistance pendant la guerre. L’histoire, qui se situe à Toulouse, raconte leurs combats, leurs missions, leurs amours, leur espoirs, la façon dont ils sont poursuivis et dont ils se cachent. C’est un roman d’aventure dans tous les sens du terme.

madmoiZelle.com : Une partie de votre famille s’est engagée dans la résistance. Quelle est la part de votre histoire familiale dans Les enfants de la liberté ?
Marc Levy :
L’un de ces jeunes hommes, Jeannot, était mon père.

madmoiZelle.com : Comment avez-vous appris son passé de résistant ?
Marc Levy :
Par hasard. Mon père n’en parlait jamais, comme presque tous les résistants. Il a voulu peupler notre enfance d’une autre que la sienne. Mais la vraie réponse se trouve dans le roman…

madmoizelle.com : Avez-vous eu des échos de la part de résistants toulousains qui auraient pu se reconnaître dans les personnages de votre dernier roman ?
Marc Levy :
Oui, et j’en ai été très touché. C’est bien la première fois qu’une héroïne de mon roman me téléphone… Damira (dans le livre, Damira est le personnage dont Jeannot est terriblement amoureux, ndlr) m’a appelé pour me dire que le roman l’avait ému. Elle m’a confié avoir retrouvé des copains qu’elle n’espérait jamais retrouver, puisque hélas plusieurs d’entre eux y ont laissé leur vie.

madmoiZelle.com : En lisant Les enfants de la liberté, j’ai vraiment eu l’impression de lire le travail d’un historien. Quelles sources avez-vous utilisé pour construire le roman et lui assurer un côté historique fiable ?
Marc Levy :
Même si tout dans ce roman est vrai, et il m’a fallu beaucoup me documenter, c’est pour moi surtout un roman d’aventures dans tous les sens du terme. Je n’ai pas eu envie d’écrire un roman historique, mais un roman sur des jeunes qui vivent des choses tellement incroyables, des personnages qui portent tellement d’espoir en eux.

madmoiZelle.com : « On est tous l’étranger de quelqu’un », cette phrase est diré de votre roman. Aujourd’hui, nous sommes face à une réelle crise identitaire en France. Avez-vous songé au contexte actuel à l’écriture de votre roman ?
Marc Levy : Bien sûr ! Et la réponse que donnent ces jeunes femmes et ces jeunes hommes est tellement magique !

madmoiZelle.com : Face à un roman très différent des précédents, comment a réagi votre public ?
Marc Levy :
Je suis tellement heureux que les lecteurs aient aimé ce roman. Je reçois tous les jours beaucoup de mails de mes lecteurs qui me disent avoir trouvé là un roman qu’ils préfèrent à Et si c’était vrai. Certains m’avouent avoir eu peur du sujet au départ, mais c’est normal. Ce roman est écrit avec la même voix que les précédents, et comme dans les précédents, ce sont les personnages qui font l’histoire et non l’histoire qui fait les personnages. Alors je suis heureux et touché que ce roman plaise aux lecteurs car c’est celui qui me tient le plus à cœur.

madmoiZelle.com : Ce qui ressort de vos romans, c’est le caractère libre de vos personnages. Que ce soit en amour ou dans une situation de guerre, malgré les risques, ils font ce qui leur semble bon. Est-ce une volonté de votre part de mettre en scène de tels personnages ? Ou est-ce que ça s’est imposé pendant l’écriture, sans que vous ne vous en rendiez compte ?
Marc Levy
: Les deux. Etrangement, c’était une volonté de ma part dans tous les autres romans. Mais, cette fois, ce sont les personnages qui me l’ont imposés tant ils sont ainsi. Ce n’est pas pour rien que le roman s’intitule Les enfants de la liberté.

madmoiZelle.com : Comment expliquez-vous votre succès ? Qu’est-ce que les lecteurs trouvent dans vos romans qui suscite un tel engouement ?
Marc Lévy :
Je n’en ai aucune idée, je crois que j’ai eu beaucoup de chance et que cette chance je la dois aux lecteurs. Je n’oublierai jamais ce que je leur dois. Alors je travaille beaucoup pour mériter ce cadeau qu’ils me font.

madmoiZelle.com : Votre dernier roman se passe en grande partie à Toulouse, ville dont vous semblez connaître les moindres recoins. Qu’est ce qui vous a donné envie de baser l’action dans notre chère ville rose ?
Marc Levy :
Simplement parce que l’histoire de ces jeunes gens est une histoire vraie, et s’est donc réellement déroulée à Toulouse. Tous les lieux décrits dans le roman sont vrais aussi.

madmoiZelle.com : Quels sont vos endroits préférés à Toulouse ?
Marc Levy : J’aime marcher le long du Canal, flâner à la librairie Privat et me promener dans la vieille ville.

madmoizelle.com : Un dernier mot pour les madmoizelles ?
Marc Levy :
Merci à vous toutes, merci de vos lectures, merci de m’avoir lu. Que l’année vous soit belle.

Les enfants de la liberté, Marc Lévy
Aux éditions Robert Laffont
21 euros, 433 p.

Le site de Marc Lévy

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • One Day
    One Day, Le 17 octobre 2007 à 1h07

    Les Marc Levi dès qu'ils sortent je les achète, je regarde même pas de quoi ça parle!
    Avec celui-ci j'ai fait pareil mais j'avoue qu'au debut de la lecture ça m'a un peu rebuter, j'aime pas toutes les histoires de la seconde guerre mondiale :s

    Mais au fur et à mesure je suis restée scotchée au bouquin (comme à chaque fois dailleurs) et franchement quelle merveille!! C'est tellement bien écrit et tellement émouvant. Puis c'est "marrant" mais même si on connait deja le sort du personnage on continue à espérer et à trembler pour lui.

    En gros je l'ai adoré! Et c'est même le deuxième pour lequel j'ai pleuré

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)