Une héroïne de guerre parle de sa transidentité

Un héros de guerre américain a choisi de taire son genre et de ne révéler son identité sexuelle qu'une fois retraité. Dans Warrior Princess, Kristin Beck raconte tout.

Pendant vingt ans, Chris Beck a travaillé aux côtés de l’équipe SEAL (la principale force spéciale de la marine de guerre des Zétazuni), s’est notamment battu en Afghanistan, s’est comporté en marin d’élite exemplaire. À l’heure de la retraite, Chris a fait son coming-out : elle est une femme (dans un corps d’homme, certes, mais elle est une femme) et s’appelle Kristin.

Ne demande rien, ne dis rien non plus

En effet, l’identité sexuelle de Chris (pour plus de clarté, on utilise son prénom officiel de l’époque) était déjà féminine : elle se sentait femme, mais n’en a jamais dit un mot à ses collègues en appliquant le Don’t ask don’t tell (ne demandez rien, n’en parlez pas).

Cette doctrine a été en vigueur de 1993 à 2010 et concernait directement les homosexuel-le-s dans l’armée. Ça paraît fou, mais en réalité, c’était à l’époque un pas en avant (aussi lâche soit-il) : alors qu’auparavant, les gays et lesbiennes n’étaient pas accepté au sein de l’armée, le Don’t ask don’t tell demandait aux autorités de ne pas se renseigner sur l’orientation sexuelle des candidat-e-s. En revanche, les homosexuel-le-s ne devaient pas parler de leur préférence sexuelle. À noter que si la loi a été abolie en 2010, permettant aux gays et lesbiennes de servir ouvertement dans l’armée, les transsexuel-le-s n’ont toujours pas obtenu le droit d’être recruté-e-s.

Warrior Princess, où Kristin raconte son coming out

Conformément à la loi, Kristin a donc choisi de taire son identité sexuelle et ce n’est qu’en 2011 qu’elle a fait son coming-out en postant une photo d’elle devant un drapeau américain, comme le note le blog Big BrowserUn traitement hormonal plus tard, Kristin sort Warrior Princess, un livre qu’elle a écrit avec la psychologue Anne Speckhard. Une biographie dans laquelle elle raconte ses années à cacher qui elle était dans l’armée, mais aussi son épanouissement personnel.

Un livre qui, on l’espère, fera peut-être réfléchir les autorités martiales américaines pour éventuellement abolir l’interdiction aux transexuel-le-s de s’engager dans l’armée.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MamieCaro
    MamieCaro, Le 11 juin 2013 à 20h40

    Je plussoie vivement ce qui a été dit au-dessus : il faut fissa mettre tout l'article au féminin ! Surtout qu'il est dit texto qu'elle se sentait femme pendant qu'elle était dans l'armée.

    C'est vraiment super important de donner l'exemple sur ce genre de sujet !

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)