Une héroïne de guerre parle de sa transidentité

Pondu par Sophie-Pierre Pernaut le 6 juin 2013     

Un héros de guerre américain a choisi de taire son genre et de ne révéler son identité sexuelle qu’une fois retraité. Dans Warrior Princess, Kristin Beck raconte tout.

Pendant vingt ans, Chris Beck a travaillé aux côtés de l’équipe SEAL (la principale force spéciale de la marine de guerre des Zétazuni), s’est notamment battu en Afghanistan, s’est comporté en marin d’élite exemplaire. À l’heure de la retraite, Chris a fait son coming-out : elle est une femme (dans un corps d’homme, certes, mais elle est une femme) et s’appelle Kristin.

Ne demande rien, ne dis rien non plus

En effet, l’identité sexuelle de Chris (pour plus de clarté, on utilise son prénom officiel de l’époque) était déjà féminine : elle se sentait femme, mais n’en a jamais dit un mot à ses collègues en appliquant le Don’t ask don’t tell (ne demandez rien, n’en parlez pas).

Cette doctrine a été en vigueur de 1993 à 2010 et concernait directement les homosexuel-le-s dans l’armée. Ça paraît fou, mais en réalité, c’était à l’époque un pas en avant (aussi lâche soit-il) : alors qu’auparavant, les gays et lesbiennes n’étaient pas accepté au sein de l’armée, le Don’t ask don’t tell demandait aux autorités de ne pas se renseigner sur l’orientation sexuelle des candidat-e-s. En revanche, les homosexuel-le-s ne devaient pas parler de leur préférence sexuelle. À noter que si la loi a été abolie en 2010, permettant aux gays et lesbiennes de servir ouvertement dans l’armée, les transsexuel-le-s n’ont toujours pas obtenu le droit d’être recruté-e-s.

Warrior Princess, où Kristin raconte son coming out

Conformément à la loi, Kristin a donc choisi de taire son identité sexuelle et ce n’est qu’en 2011 qu’elle a fait son coming-out en postant une photo d’elle devant un drapeau américain, comme le note le blog Big BrowserUn traitement hormonal plus tard, Kristin sort Warrior Princess, un livre qu’elle a écrit avec la psychologue Anne Speckhard. Une biographie dans laquelle elle raconte ses années à cacher qui elle était dans l’armée, mais aussi son épanouissement personnel.

Un livre qui, on l’espère, fera peut-être réfléchir les autorités martiales américaines pour éventuellement abolir l’interdiction aux transexuel-le-s de s’engager dans l’armée.

Ça vous a plu ? Partagez !

51 BIG UP
 

Cet article a été pondu par Sophie-Pierre Pernaut - Tous ses articles

Sophie-Pierre Pernaut (dite SPP, dite Sophie) écrit pour madmoiZelle depuis l'an 2011. Elle s'est donnée pour mission de vous informer, de vous divertir et d'éventuellement vous faire rigoler avec son humour somme toute assez crétin. Elle aime la tartiflette et les chèques en blanc.

Plus de Sophie-Pierre Pernaut sur le web :

Tous les articles Actu dans le Monde, Culture, Sexe et aussi Société
Les autres papiers parlant de , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. freakyzimefreakyzime

    Le 06 juin 2013 à 21:30

    Merci pour l'article j'avais pas vu l'info (je suis une ourse qui vit dans sa grotte).
    Attention captain obvious : on parle pas assez de transidentité/sexualité/genrisme dans les médias !! Bouh !!
    Je trouve ça cool d'avoir un exemple connu et respecté, reconnu en fait (surtout au états-unis où le terme héros de guerre prend tout son sens j'ai l'impression).
  2. clarybulleclarybulle

    Le 06 juin 2013 à 21:47

    Il n'y a pas si longtemps les homosexuel-le-s n'étaient pas accepté-e-s pour servir l'armée américaine? Mais c'est abusé !! S'ils ont maintenant le droit de s'engager, ça a l'air quand même assez récent, espérons que ça relance le débat pour que les transsexuels aient également ce droit là. Ou alors, j'ai mal lu/compris l'article.
  3. TroisTrois

    Le 06 juin 2013 à 21:57

    Idem que @Heäthers, le fait qu'une partie de l'article soit écrit au masculin m'a un peu gênée =/
    En tous cas je trouve l'histoire de Kristin super intéressante et émouvante ! J'irai ptêt jeter un oeil au bouquin, il a l'air vraiment intéressant. Merci pour l'info ~
  4. Lilli-PuceLilli-Puce

    Le 06 juin 2013 à 23:04

    Y'a un truc que j'ai pas trop compris dans l'article? Quand est-ce que Chris est devenu Kristin? Après l'armée? Ou pendant? Attention je ne fais aucune critique, je suis juste un peu perturbée par le timing.
  5. Cheesy MaoCheesy Mao

    Le 06 juin 2013 à 23:42

    même réaction que plusieurs Madz… pour bien faire, il aurait déjà fallu titrer "Une héroïne de guerre parle de sa transsexualité".
  6. JeySilenceJeySilence

    Le 06 juin 2013 à 23:55

    Posté par pikanyan
    Il n'y a pas si longtemps les homosexuel-le-s n'étaient pas accepté-e-s pour servir l'armée américaine? Mais c'est abusé !! S'ils ont maintenant le droit de s'engager, ça a l'air quand même assez récent, espérons que ça relance le débat pour que les transsexuels aient également ce droit là. Ou alors, j'ai mal lu/compris l'article.


    Le "don't ask don't tell" auquel fait référence l'article est une loi de l'armée américaine, qui exigeait que les soldats n'ont pas à s'interroger entre eux là dessus, par tabou de l'homosexualité. en gros, si un soldat a des doutes, il demande pas, si un soldat est gay, il n'en parle pas. Ca a été mis en place par Clinton, qui avait fait campagne en 93 pour que les homosexuel-lles (et les bisesxuel-lles aussi je suppose même si on en parlait probablement moins) puissent être dans l'armée.

    C'était la minute institution américaine du soir!
  7. clarybulleclarybulle

    Le 07 juin 2013 à 11:19

    Posté par jeysilence
    Le "don't ask don't tell" auquel fait référence l'article est une loi de l'armée américaine, qui exigeait que les soldats n'ont pas à s'interroger entre eux là dessus, par tabou de l'homosexualité. en gros, si un soldat a des doutes, il demande pas, si un soldat est gay, il n'en parle pas. Ca a été mis en place par Clinton, qui avait fait campagne en 93 pour que les homosexuel-lles (et les bisesxuel-lles aussi je suppose même si on en parlait probablement moins) puissent être dans l'armée.

    C'était la minute institution américaine du soir!


    Merci pour tes renseignements ! :)
  8. super-fluesuper-flue

    Le 07 juin 2013 à 19:26

    J'y connais rien en transsexualité, pardon d'avance si ya maladresse.
    Mais je trouve ça très intéressant. Pour moi, on se sentait femme dans un corps d'homme ou inversement quand on s'identifiait aux attributs d'un des genres qui n'était pas le nôtre biologiquement. Moi, par exemple, je ne me sens pas femme particulièrement, sans me sentir homme non plus, je me ressens comme assez neutre, avec une apparence de femme.

    Du coup, qu'elle (Kristin Beck) se sente femme en étant dans la US Navy SEAL (ce qui est une orientation professionnelle identifiée comme masculine, même si tu es une femme dans l'armée ça sera a priori vu comme quelque chose de masculin) ça me questionne et j'ai envie d'en savori plus sur les divers ressentis possibles des transsexuels.
  9. MymyMymy

    Le 07 juin 2013 à 20:04

    Posté par super-flue
    j'ai envie d'en savori plus sur les divers ressentis possibles des transsexuels.

    Tu peux aller voir le super Topic des transgenres et de la transsexualité ! :fleurs:
  10. MamieCaroMamieCaro

    Le 11 juin 2013 à 18:40

    Je plussoie vivement ce qui a été dit au-dessus : il faut fissa mettre tout l'article au féminin ! Surtout qu'il est dit texto qu'elle se sentait femme pendant qu'elle était dans l'armée.

    C'est vraiment super important de donner l'exemple sur ce genre de sujet !

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !