Pourquoi j’ai couché avec 3 hommes en 24h

Par un étrange alignement de planètes, cette madmoiZelle a eu l'envie et l'occasion d'avoir trois partenaires différents en peu de temps... Et alors ?

Pourquoi j’ai couché avec 3 hommes en 24h

Le week-end dernier, j’étais plutôt excitée…

Parce que les femmes aussi ont envie de sexe

Je m’y attendais, à cette poussée de désir.

J’ai repéré depuis quelques cycles que la fin de mes règles sonne avec fracas le retour de ma libido. 

Célibataire de mon état, je m’étais même mise à chercher un plan cul sur une appli dès le premier jour de mes menstrues pour ne pas me retrouver dépourvue quand la grosse dalle fut venue.

Mais mes investigations virtuelles n’avaient abouti à aucun rendez-vous.

Une semaine plus tard (mes règles sont longues, bordel), j’avais comme prévu le feu au slip, mais pas d’amant consentant en vue…

Je m’arrête un instant sur cet état de fait : mon corps RÉCLAMAIT le sexe, comme une faim qui ne quittait pas mon esprit.

J’insiste parce que j’ai longtemps gobé le discours misogyne selon lequel les filles aiment moins le sexe, ou en tout cas qu’elles ne devraient pas trop aimer ça au risque d’être « salies » !

Moi qui avais toujours plutôt apprécié cette activité sympathique, je cachais une partie de mes aventures sexuelles par honte, par peur d’être jugée, même par mes amies.

Ce cliché selon lequel les femmes qui aiment le sexe ont une moindre valeur est tenace.

Ce week-end, justement, je regardais sur Netflix un documentaire sur Amy Winehouse, qui aimait bien avoir des expériences sexuelles, paraît-il.

Son pathétique ex-mari Blake Fielder-Civil supputait dans une interview que si elle avait, je cite, « une sexualité d’homme », c’était forcément lié à un traumatisme dans son enfance.

Donc puisqu’en 2019 il semble toujours utile de le rappeler, je vais le faire ici : avoir envie de sexe n’est pas un apanage masculin !

Je crois aujourd’hui fermement que les comportements sexuels selon les genres sont acquis et non innés, et j’ai décidé il y a plusieurs années maintenant que j’aurai la sexualité que je veux, point barre.

Le week-end dernier, j’étais toujours une femme, j’étais toujours intelligente, drôle et bien élevée et je vous garantis que j’avais ENVIE DE BAISER.

Parce que je m’en fous d’être « une salope »

À partir de combien de partenaires est-on une salope exactement ?

Le nombre de gens avec lesquels on couche ne signifie rien en soi. Il ne dit rien de la fréquence des rapports, de leur qualité, de leur durée ou de leur « moralité ».

La seule conséquence d’avoir des partenaires multiples est un risque plus élevé de transmission d’Infections Sexuellement Transmissibles (IST).

À part ça, je veux avoir le droit de faire exactement tout ce qui est socialement admis pour un homme hétéro, et je l’exerce.

Ce week-end mouvementé en est un bel exemple. Il commença vendredi soir, alors que ma libido décollait la tapisserie et qu’un vieux plan cul un peu con était la seule personne disponible…

Parce que chaque fois est différente

Ok, ce mec n’est pas une lumière mais notre entente physique est garantie 100% délicieuse à chaque fois. Après une nuit agréable, il a quitté mon appart samedi matin en me laissant sur ma faim…

Un peu frustrée, je suis allée boire un café en terrasse. J’y ai rencontré un mec tout à fait à mon goût qui sortait d’after et j’ai usé de mon charme et de mon esprit pour le ramener chez moi.

En fin d’après-midi, une conversation engagée il y a quelques jours sur une appli débouche sur une proposition de date

J’ai toujours faim de sexe, et j’accepte, même si une part de moi, tenace, me juge. Que voulez-vous, on ne se déconstruit pas en un jour.

Chacun de ces trois partenaires et de ses parties de jambes en l’air étaient très différents.

Même si elles se sont enchaînées sur un court laps de temps, chacune de ces expériences est isolée, elles ne viennent pas s’ajouter les unes aux autres comme on empilerait des Lego !

Un peu comme les polyamoureux, je crois qu’il est possible de vivre sur différentes « timelines » émotionnelles et sexuelles, sans que les relations n’interfèrent entre elles, se déroulant en parallèle.

Ce sont des moments dans le temps, que j’ai vécus intensément à chaque fois.

Parce qu’on a qu’une vie et que le sexe c’est pas sale

En conclusion, j’ai passé une bien bonne nuit et journée…

Je ne vous détaille pas les sessions de sexe, car c’est surtout leur enchainement qui m’a fait m’interroger. Mais pour résumer, chacun avait ses points forts et ses points faibles, au niveau technique comme dans la capacité à communiquer et à m’écouter.

Je ne dis pas que tout le monde doit coucher avec le plus de gens possible pour accéder au bonheur.

Mais sapristi, on a qu’une vie. J’estime que si l’envie, l’occasion, le consentement sont là, pourquoi se faire des nœuds ?

Je n’ai jamais eu de mal à nouer rapidement une complicité et à partager mon intimité. Je fais partie de ces gens qui aimeraient qu’il soit socialement accepté de poster comme statut Facebook :

Qui veut niquer ce soir ?

Je suis jeune, je n’ai pas de mal à pécho, le sexe c’est bon : pourquoi se priver ? 

Parce que j’aime le sexe, deal with it

Aujourd’hui pour moi, écouter mes désirs relève presque du militantisme.

Oui, j’aime mater les beaux mecs sur Instagram et draguer au bar. Oui, j’ai une sexualité active, fréquente, avec des partenaires nombreux. Limite agressive, j’avoue, mais j’aime à me raconter que c’est ma façon de renverser le rapport de force.

Cependant, même si les hommes hétéros sont réputés insatiables, j’imagine qu’un individu mâle s’exposerait également à des critiques en avouant 3 conquêtes en 24h : le côté frénétique, presque consommateur…

À celles et ceux qui aurait une soudaine envie de juger, je rappelle que, quelque soit le genre de la personne qui le pratique, le sexe n’est pas sale.

Faire l’amour un peu, beaucoup ou pas du tout ne dit rien de la valeur d’une personne.

Alors personnellement, je vais arrêter de m’évaluer à l’aune d’une morale largement dépassée, et je vais continuer à kiffer !

Et toi, tu arrives à assumer tes envies ou tes non-envies sexuelles ? 

À lire aussi : 6 leçons que j’ai apprises en couchant avec 60 mecs

Une madmoiZelle

Une madmoiZelle


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!