Fantasy Life, un super RPG sur Nintendo 3DS

Fantasy Life, le petit dernier de Level 5, sorti récemment en France, a séduit Faye qui vous explique pourquoi il faut l'ajouter vite vite à votre collection de jeux 3DS !

Fantasy Life, un super RPG sur Nintendo 3DS

Même si Nintendo a assez peu communiqué dessus, Fantasy Life avait dès le début de très bons arguments : il est développé par Level 5 (la série des Professeur Layton, Dragon Quest 8 et 9, Ni no Kuni…), avec une bande-son signée Nobuo Uemastu (celui-qu’a-fait-la-musique-de-FinalFantasy) et un chara-design par Yoshitaka Amano (celui-qu’a-dessiné-les-personnages-de-FinalFantasy), et accompagné d’un concept innovant que présente bien ce chouette trailer :

Une histoire sans fin

Tu l’auras compris, l’originalité de Fantasy Life ne vient pas du scénario, qui consiste plutôt en un prétexte !

Ton personnage évolue dans un monde merveilleux et magique, tout plein de couleurs chatoyantes, de PNJ rigolos et de petits animaux mignons… quand soudain, de gros cailloux démoniaques se mettent à tomber du ciel dans un fracas terrible et transforment par sorcellerie diabolique les gentils monstres en créatures sanguinaires, assoiffées de meurtres sadiques de bébés chats et de destruction totale de toute forme de bonheur.

« Agrougrou je suis très très méchant et vilain bouuuuuuh »

Bon d’accord, j’en rajoute un peu, mais c’est pour donner une dimension plus épique au scénario qui, disons-le honnêtement, est aussi poussif que niais. Il n’y a pas de « méchant(s) » : tout se règle grâce au pouvoir de l’amour et de l’amitié et les dialogues sont leeeeeeeeents et cucul au possible.

Oscar de la meilleure vanne 2014.

On parcourt donc le monde de Rêveria (qui, malgré son nom tout pourri est un vrai bonheur à explorer, de par la diversité des ambiances, des décors et des ressources), accompagné-e de divers PNJ à l’intellect plus que limité et aussi écœurants que des Bisounours gavés de cassonade…

Heureusement, il est possible d’expédier la quête principale en quelques heures seulement pour se concentrer sur ce qui fait tout l’intérêt du jeu : l’apprentissage des métiers !

« Qu’est-ce que tu veux faire quand tu s’ras grand ? »

La grande force de Fantasy Life réside en effet dans son système de jeu libre, à la frontière entre Animal Crossing et Harvest Moon.

À lire aussi : « Animal Crossing New Leaf » sur 3DS — Le test !

On peut dès le début du jeu personnaliser son avatar de manière assez poussée et lui choisir une carrière parmi douze (DOUZE) possibilités, puis changer de métier aussi souvent qu’on le désire, en conservant les compétences acquises !

Par exemple, j’ai d’abord choisi le métier de chasseur, que j’ai monté au niveau expert en réussissant les défis proposés par mon maître de carrière ; le plus souvent il s’agit d’éliminer un ou plusieurs types de monstres, la difficulté augmentant bien sûr en fonction de son niveau. J’ai ensuite commencé une carrière de cuisinier mais en gardant mes attaques et équipements de chasseuse, ce qui m’a permis d’aller chercher les ressources nécessaires à la préparation de mes recettes plus facilement.

Cyril Lignac peut retourner croquer des piments d’Espelette dans sa jalousie. #swag

Il existe trois types de carrières basées sur les combats (chasseur, mercenaire, paladin et sorcier), les ressources (pêcheur, bûcheron ou mineur) et l’artisanat, ou craft (cuisinier, alchimiste, menuisier, forgeron ou tailleur). Il est logiquement plus intéressant de commencer par une carrière de combattant pour pouvoir évoluer facilement dans toutes les zones du jeu, puis de connaître au moins les bases de tous les métiers de récoltes pour pouvoir être efficace en tant qu’artisan… maisFantasy Life nous laisse vraiment libres de faire ce qu’on veut et de changer de carrière aussi souvent qu’on le désire.

C’est l’heure du du-du-du-DUEL !

Les phases de combat sont relativement simples : il suffit de maltraiter la touche A (ou X pour les coups spéciaux) pour tabasser les monstres. J’ai néanmoins regretté que pendant les phases d’exploration, la touche d’attaque soit la même que la touche de récolte, car il suffit de n’être pas exactement devant l’objet à ramasser pour que le personnage passe en mode berserk…

Si c’est un peu lourd quand on est tout seul, à cause de la lenteur des animations, ça devient carrément problématique quand on est en groupe parce que les PNJ se mettent à attaquer la cible la plus proche : pour peu qu’il s’agisse d’un boss ou d’un monstre trop puissant, tu as vite fait de te faire pouiller la tronche ou de devoir vider ton stock de potions pour éviter de crever bêtement.

« Fais pas l’con, Michel, reviens ! »

Toujours dans les combats, et notamment pour ceux à distance, j’ai été plusieurs fois confrontée au manque de ténacité des monstres, qui ont une « zone d’aggro » toute minuscule et abandonnent donc le combat super facilement pour aller vérifier s’ils ont bien fermé le gaz et appelé Mémé pour son anniversaire.

Ça devient très frustrant quand tu as attendu plusieurs secondes pour charger une attaque puissante… qui va alors se perdre dans le décor et la tristesse.

Une durée de vie impressionnante

Le but ultime étant de passer maître dans toutes les disciplines et donc de devenir ultra-balèze mais aussi de fabriquer ses propres objets et de les vendre pour se faire un max de thunes, il a de quoi s’occuper tout au long du jeu.

Fantasy Life propose trois manières de gagner de l’expérience, et donc d’augmenter la force de son personnage :

  • La quête principale, qui donne à la fois de l’XP, de l’argent et des points de liesse (qui apportent de nouveaux bonus comme un plus grand sac, la possibilité de monter un cheval, une tortue ou un chameau, changer de coiffure, changer les choses avec un bouquet de roses etc.)

HUE DADA

  • Les quêtes de carrière qui augmentent les capacités du personnages et permettent de fabriquer ses propres objets (nourriture, armes, armures, accessoires, meubles, potions…)
  • Les quêtes secondaires, données par les PNJ, qui peuvent demander l’élimination de monstres dans une certaine zone ou la fabrication de divers trucs contre de l’argent ou d’autres objets rares. Notez qu’un même PNJ peut donner plusieurs quêtes, de plus en plus difficiles, et qu’on ne peut accepter que trente quêtes à la fois.

Si on ajoute à tout ça la possibilité d’avoir une maison dans presque toutes les villes du jeu, de la décorer, de collectionner des vêtements et d’adopter des animaux, on comprend que la durée de vie devient vraiment très intéressante. 

L’annonce disait « un cottage chaleureux et authentique »…

Une très jolie réalisation

Rêveria est une vraie réussite : les décors sont superbes et assez diversifiés pour ne pas lasser le joueur, on y découvre une galerie de personnages adorables et soignés, et la musique qui accompagne le tout est agréable et relativement discrète — exceptée celle de Flotillon (le sidekick relou de tout bon RPG japonais) qui me vrille les oreilles, mais ça, c’est personnel.

Baloo a bien changé.

Même si je me moque un peu du scénario et de ses PNJ concons au début de l’article, je tiens quand même à saluer la présence de nombreux personnages féminins très forts tout au long du jeu : certaines jeunes filles s’émancipent de leurs pères un brin surprotecteur, bien loin des clichés de la demoiselle en détresse, et on assiste plutôt à une réflexion (légère, certes, mais qui existe) sur la famille, l’amitié et l’accomplissement de soi.

À lire aussi : Anita Sarkeesian : les femmes dans les jeux vidéo, épisode 1

Sur ce point, le seul détail qui m’a un tout petit peu gonflée c’est ça…

OH NON MON VAGIN EST TROP GROS POUR QUE JE PUISSE ENFILER UN PANTALON AMPLE :(

…mais ce n’est franchement pas très grave.

En conclusion, Fantasy Life est un très bon jeu qui mêle la simulation de vie et le RPG de manière efficace et intelligente. Même si l’histoire ne casse pas franchement des briquettes, elle a le mérite de mettre en avant de nombreux personnages féminins à fort caractère, et le jeu se rattrape de toute façon largement par son superbe monde ouvert et les centaines de quêtes qu’il propose.

Si tu as l’occasion de te le procurer, n’hésite pas, c’est un très bon investissement pour faire chauffer ta 3DS pendant de longues heures !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Williie
    Williie, Le 2 octobre 2014 à 1h53

    Merci pour cette article !!

    J'ai vraiment envie de jouer à ce jeu, là, maintenant, tout de suite D8. Mais ce n'est pas possible. Alors pourquoi pas le demander pour mon anniversaire(c'est en février mais bon comme j'ai déjà demandé le nouveau remake de Pokemon pour noël... *Q* POKEMON SAPHIRRRRRRRRRRRR ihfwydgbvwd <3) Hm. HM. Pardon.

    J'aime beaucoup les RPGs en général mais pas trop les jeux types animal crossing ou harvest moon =/ Mais la mixité existant visiblement dans l'univers m'attire irrésistiblement.
    Un titre à ajouter à ma liste.

    Après pour celles et ceux qui aime les Rpgs je ne peux en effet que conseiller les 3 fire emblem (4 si on compte le remake sur Ds) sortis sur console portable. (le dernier est absolument fabuleux, rien que les graphismes et la fluidité des combats... Je bave.) mais aussi si vous arrivez à vous le procurer à un prix décent, Suikoden Tierkreis sur DS qui est très riche puisque vous avez un total de 108 personnages à trouver... (Ce n'est pas une obligation. Ce jeu à de très multiple atout.)
    Et après sur console de salon, mon préféré reste Tales Of symphonia. Je crois que je ne me lasserai jamais de ce jeu ^^

    Mais brefouille. J'ai hâte de tester Fantasy Life !!

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)