Fables, de Bill Willingham

Fables, c’est le genre de bd, et plus exactement de comics, qui t’attire d’abord par sa couverture, dessinée par le plus que talentueux James Jean (attention par contre, ce n’est pas lui qui dessine à l’intérieur. Dans l’univers du comics il est fréquent de faire appel à des ‘cover artist’ qui ne s’occupent que d’illustrer […]

Fables, de Bill Willingham

Fables, c’est le genre de bd, et plus exactement de comics, qui t’attire d’abord par sa couverture, dessinée par le plus que talentueux James Jean (attention par contre, ce n’est pas lui qui dessine à l’intérieur. Dans l’univers du comics il est fréquent de faire appel à des ‘cover artist’ qui ne s’occupent que d’illustrer les couvertures). Et ce titre mérite vraiment qu’on y jette un œil. Bill Willingham, le scénariste, a su créer un univers génial, complètement dingue et en même temps très cohérent. La série a connu pas mal de dessinateurs, certains sur la durée, d’autre ayant rejoint la série le temps d’une histoire. Aux Etats-Unis, les comics sortent sous la forme de fascicules mensuels regroupant un chapitre voir une courte histoire à chaque fois, puis sont ensuite publiés sous la forme de livres reliés, comme on les connait en France, tous les 5 ou 6 chapitres.

Bienvenue à Fableville

L’histoire se situe dans l’Amérique d’aujourd’hui, sans que notre présent ait une grande incidence sur l’histoire qui nous est racontée. En fait, un ennemi destructeur a envahi petit à petit le monde des Fables, obligeant tous les personnages qui ont bercés notre enfance à fuir leurs pays, et à trouver refuge dans un monde que l’ennemi ne semble pas encore connaître, celui des communs (nous). C’est ainsi que Blanche Neige, le Grand Méchant Loup, La Belle et la Bête, Barbe Rouge, et bien d’autres, vivent désormais tous ensemble, dans une petite communauté, installée à New York, qui essaie d’être assez normale pour ne pas se faire remarquer par les humains, et ont organisé un mini Gouvernement qui leur est propre, et fait autorité sur chaque Fable réfugié là. Mais la vie qu’ils mènent désormais est loin du conte de fée, entre les meurtres et autres mystères qui se succèdent, les révoltes qui commencent à éclore, pour soulever le pouvoir en place, et les relations internationales (que ce soit avec ceux qui sont encore dans le monde des Fables, ou les communautés de Fables du reste du monde). Et ce sera surtout à Blanche Neige (adjointe au Maire) et à Bigby Wolf (aka le Grand Méchant Loup, enquêteur officiel de Fableville) de régler toutes ses affaires, avec plus ou moins de succès.

Retour en enfance

Fables nous fait éprouver ce bonheur régressif de retrouver au détour d’une case les héros de notre enfance, mais c’est en même temps bien plus que ça. Et c’est comme un nouveau plaisir de gamin que de découvrir la réécriture que Bill Willingham nous propose (le Prince Charmant, c’est le même pour toutes ces princesses, juste un beau parleur multi-divorcé qu’on a très vite envie de frapper, Boucle d’Or a une relation pas nette-nette avec son frangin ours, etc…Je te laisse le plaisir de découvrir tous ces petits détails qui font l’originalité de Fables). Cette série gère donc avec brio son idée de départ (placer tous les personnages des contes et fables dans notre monde), mais ne se contente pas de se faire un gros délire sur ce concept. Chaque tome est une vraie histoire (ça se termine à chaque fois), et les auteurs jouent avec tous les styles (le polar, l’aventure, la romance…) et développent la psychologie des personnages à tel point que ton avis va pas mal changer sur tes héros préférés.

Aux États-Unis, la série a un tel succès que certains des personnages secondaires ont désormais leur propre série (entre autre Jack -celui du haricot, mais de tous les autres contes qui comporte un Jack aussi- et maintenant Cendrillon -ses histoires débutent juste aux États-Unis, il faudra encore un peu de temps pour qu’elles arrivent en France-), il existe aussi une histoire complète, intitulée 1001 nuits de neige, qui est un hommage aux contes des 1001 nuits.

Fables fait sans conteste partie de mes séries préférées, en place d’honneur sur mes étagères (ne serait-ce que pour les sublimes couvertures), que je lis et relis avec plaisir, tant les histoires sont géniales, les personnages attachants, et les petits détails et clins d’œil délicieux. A découvrir absolument !

Fables, Tome 1 : Légendes en exil sur Amazon

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Luschka
    Luschka, Le 16 mai 2010 à 21h15

    ça y est, terminé, depuis un moment déjà (en fait, le jour même, hum hum...)

    Déjà, j'ai été agréablement surprise par le format du comic (première fois que j'en lisais un) : plus dense qu'une bd (bah oui, une bd c'est cher et trop court!), mais tout en couleur (pas comme les mangas), bref, j'ai eu la sensation d'en avoir eu pour mon argent!
    L'histoire est sympa, même si des fois j'ai trouvé qu'elle se traînait un peu.
    Les couleurs ne m'ont pas paru fades mais si vous dîtes que ça s'améliore après, tant mieux!

    Bref sans arriver à faire une critique aussi pointue que Yana, je dirai simplement que j'ai assez aimé pour voir envie d'acheter le tome 2! Par contre mon copain a lui A-DO-RÉ! et me l'a piqué tout de suite :raie: et un point de plus pour la réputation de Madmoizelle auprès de la gent masculine, un!

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)