#ShoutingBack et @EverydaySexism : lutter contre le sexisme au quotidien

Le Everyday Sexism Project vise à dénoncer et témoigner des actes sexistes dont sont victimes les femmes au quotidien, pour que personne ne puisse nier l'ampleur du problème.

Mise à jour, le 31 octobre 2013 - La version française d’Everyday Sexism est lancée ! Désormais, les non-anglophones pourront témoigner des actes de sexisme violent, des insultes ou plus globalement des expériences de sexisme ordinaire dont elles sont victimes. À noter qu’on peut également parler d’actes de ce type dont on a simplement été témoins.

Pour témoigner, tu peux te rendre directement sur le Tumblr de Sexisme Quotidien ou par mail. Tu choisis toi-même si tu souhaites rester anonyme ou pas, et la longueur du texte à fournir. Comme sa version anglaise, Sexisme Quotidien, également présent sur Twitter, a pour but de faire prendre conscience de la réalité du sexisme.

Le 20 juin 2013 - Je souhaite vous parler d’une initiative contre le sexisme quotidien initiée par la journaliste Laura Bates.

Après avoir été elle-même victime de harcèlement de rue, elle a lancé le compte twitter EverydaySexism accompagné du hashtag #shoutingback, et fondé le Everyday Sexism Project.

Le projet lancé en avril 2012 a recueilli d’innombrables témoignages de femmes qui ont été agressées sexuellement — plus de 30 000 histoires à ce jour. Le but est de créer une prise de conscience du sexisme quotidien subi par les femmes à travers le monde en relayant un maximum de témoignages.

Basé sur les nombreux tweets du hashtag #shoutingback, un court-métrage en association avec le mouvement « Chime for Change » a vu le jour :

Un de leurs slogans est « Changing the world one tweet at the time ! » (Changer le monde un tweet à la fois).

Quelques exemples de témoignages :

Sometimes the hardest thing about being a woman is the assumed right that people think they have to your body. (Parfois, ce qui est le plus dur dans le fait d’être une femme, c’est que les gens pensent avoir droit à votre corps.)

everyone says it’s my « duty » to dress modestly cos it’s « my responsibility » if boys won’t control themselves. (Tout le monde dit que c’est de mon « devoir » de m’habiller pudiquement car je serai « responsable » si les mecs n’arrivent pas à se contrôler.)

Walking home from my cat’s vet, a pack of men yelled « let’s rape her! » So scared the rest of the way. (En rentrant du véto pour mon chat, un groupe de mecs a crié « Violons-la ! »). J’ai été terrifiée tout le long du chemin.)

In primary school I got into trouble for trying to defend myself when boys held me down and simulated sex (En primaire, j’ai eu des ennuis pour m’être défendue contre des garçons qui me maintenaient au sol et simulaient un acte sexuel)

Vous pouvez soutenir financièrement ce projet ! Pour en savoir un peu plus, voici leur manifeste :

« Bienvenue dans le Everyday Sexism Poject (Projet « Sexisme Ordinaire »). Nous sommes en 2013 et les femmes dans les pays du monde entier attendent encore d’obtenir l’égalité. Elles sont sous-représentées dans à peu près toutes les couches du pouvoir politique et économique, elles sont marginalisées et réprimées, elles font l’expérience d’une violence fondée sur leur sexe et leurs voix sont réduites au silence. Chaque jour.

Ce site est simplement là pour recueillir l’expérience que font les femmes du déséquilibre entre les genres à tout niveau. Du plus mineur incident au plus sérieux. Pour prouver au monde combien le problème est grave et le nombre de femmes qu’il affecte chaque jour. Ajoutez votre histoire, celle de votre mère, celle de votre sœur ou votre amie. Dites aux autres d’ajouter les leurs. Et personne ne pourra plus nous empêcher d’en parler. »

Tous les articles Actu dans le Monde , Culture , Sur le web
Les autres papiers parlant de Féminisme , Harcèlement de rue , Sexisme , Twitter
ça vous a plu ?
partagez !
Big up
L'actu de mad
gratuitement dans vos mails !
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • Albany
    Albany, Le jeudi 20 juin 2013 à 21h07

    Magnifique ! Et encore une fois, on se prend une belle claque (mais sans surprise hélas..) du nombre de témoignages....

    "Darlene 2013-05-28 14:24
    When I was only 18, working as a cashier at a major downtown record store, the assistant manager said something that has stayed with me nearly 40 years.
    "If I were you I'd be travelling the world. You've got the greatest plane ticket there is between your legs"
    "

    Traduction:

    "A 18 ans, je travaillais en tant que caissière dans un grand magasin de disques du centre-ville, l'assistant du manager m'a dit quelque chose que je n'ai pas oublié en 40 ans. "Si j'étais toi, je parcourerais le monde, ton meilleur billet d'avion est entre tes jambes".

    :sick2:

  • Alien-or
    Alien-or, Le jeudi 20 juin 2013 à 21h44

    Je vois que la BBC a relayé l'information aussi !
    Le nombre d'abonnés est à plus de 66 000 maintenant. J'avais beau me douter que les témoignages afflueraient, il n'en reste pas moins que ça reste effarant. Sans compter toutes ces voix qui restent encore silencieuses malgré l'incitation.
    C'est dingue cette banalisation. Quand on voit le nombre de témoignages on se demande où sont tous ces mecs (je dis mecs car c'est le cas la plupart du temps pour le harcèlement de rue ). C'est comme pour le viol, on ne peut plus se contenter de penser au sinistre inconnu dans la rue, de même qu'ici on ne peut plus tout faire reposer sur les méchantes racailles ou les ouvriers dans la rue, ce qu'on m'a sorti à chaque fois que j'essayais d'apporter un témoignage.

    Pourquoi est-ce qu'on en arrive à considérer ça comme normal, pourquoi se résigne-t-on ainsi? Je sais que ce n'est qu'une des conséquences de notre (non?) éducation et de la structure de rapports humains aujourd'hui, mais fuck quoi.
    Il y a la peur, les tentatives de communication (essayer d'en parler), laquelle échoue le plus souvent : la parole est minimisée, moquée par des hommes comme par des femmes, de manière différente (tu exagères, tu affabules, il te faut pas grand chose, tu devrais être flattée, t'as vu tes fringues, j'en passe et des meilleures.) Alors on oublie, notre parole est d'autant plus invisible que notre corps est exposé. On se dit qu'il y a plus grave, on reprend les mots et les termes de l'entourage pour se faire une raison, même quand ça se répète. Jusqu'au jour où...

  • Clarybulle
    Clarybulle, Le vendredi 21 juin 2013 à 00h21

    Il n'y a pas que sur Twitter que vous pouvez agir puisque le Everyday Sexism Project a aussi son groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/391256930892127/

    Le groupe est fermé mais il accepte tous les nouveaux membres. Vous verrez chaque jour tous les témoignages, toutes les dénonciations de trucs plus sexistes les uns que les autres... D'un côté c'est super démoralisant mais de l'autre c'est encourageant de voir tous-tes ceux-celles qui s'indignent et qui se battent contre le sexisme (qui vise les femmes et les hommes).

    (J'espère que j'ai le droit de mettre des liens Facebook... si ce n'est pas le cas je m'en excuse !)

  • Lemon Curd
    Lemon Curd, Le jeudi 31 octobre 2013 à 16h04

    :sick2:

    Dernière en date, tiens : la municipalité de ma ville a publié des conseils aux "conductrices", parce que les femmes ne savent pas conduire, c'est bien connu.

    Enfin pour ce qui est d'ici, s'il n'y avait que les femmes qui ne savent pas conduire...

  • Madouc
    Madouc, Le jeudi 31 octobre 2013 à 22h56

    Je suis bien contente* d'avoir enfin une alternative à "Viedemeuf" qui a quand même des critères de sélection qui me dépassent - et qui en a beaucoup.




    * au figuré, évidemment, j'aimerais mieux qu'on n'en ait pas besoin.

  • Djouls
    Djouls, Le vendredi 1 novembre 2013 à 14h25

    C'est tellement, tellement triste.
    Tellement triste.

  • Vitany
    Vitany, Le vendredi 1 novembre 2013 à 14h31

    J'ai rajouté pleins de trucs... :danser:

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)