#TuPeuxJusteChanger… le corps des femmes dans tes dessins ? Diglee témoigne

Par  |  | 61 Commentaires

Sexualisé, mis à nu, normé... la représentation du corps féminin, c'est pas vraiment de la tarte. Diglee en a eu assez et nous raconte sa prise de conscience progressive et les mesures qu'elle tente de prendre pour contrer ce problème.

#TuPeuxJusteChanger… le corps des femmes dans tes dessins ? Diglee témoigne

Je dessine depuis toujours — en témoignent ma mère et ses dizaines de classeurs plastifiés qui recensent toutes mes œuvres d’art, de mes un à dix ans.

bébé-diglee

Et de mon premier gribouillis jusqu’à aujourd’hui, ce que j’ai toujouuurs préféré dessiner… c’est le corps humain (à part une mini phase « souris », mais passons). Alors, oui, ça a commencé à gros coups de princesses/princes, fées et sirènes magiques…

diglee-ariel-4-ans

Diglee, quatre ans, fan de la p’tite Sirène, admirez (on aime particulièrement la murène volante à droite, et le souci du détail pour le roseau)

Puis ça a évolué, et ça s’est un peu enrichi. Après quatre ans d’école de dessin, c’est devenu mon métier de faire des images.

À lire aussi : Nepsie, graphiste et dessinatrice freelance

Si on considère que j’ai été capable de tenir décemment un crayon vers l’âge de deux ans, je peux dire que je dessine depuis vingt-six ans, et depuis sept ans professionnellement. Et pourtant ce n’est qu’il y a quelques mois que j’ai réalisé un truc pas très cool.

Je me suis rendue compte que mes personnages étaient souvent conçus selon certains critères.

Je me suis rendue compte que mes personnages (que je pensais créer librement, pleine d’insouciance et de légèreté) étaient en fait souvent conçus selon certains… critères. Sans y penser, je dessinais en fait d’après certains modèles bien précis.

Le problème avec le dessin, c’est qu’on a vite envie de faire du « beau ». Dès que j’ai dessiné à peu près correctement, j’ai eu envie de faire « de beaux dessins ». Par extension, « de beaux personnages ».

Des femmes, essentiellement, par mimétisme (je n’ai su dessiner des hommes que quand j’en ai rencontrés, que quand j’en ai aimés). Sauf qu’assez vite, je n’ai dessiné presque que des femmes aux corps souvent très sexués, minces, attirants… blancs.

Il s’agissait de femmes qui ressemblaient à celles que je voyais partout dans les magazines, sur les affiches, à la télé, dans mes BD… des femmes que je pensais « parfaites » (c’est dur d’écrire ça, avec le recul) et qui, à mon niveau d’adolescente un peu ingrate, me faisaient rêver.

Il y avait une vraie satisfaction, une sorte de fascination à créer de « belles femmes ».

Dans les bandes dessinées que je lisais, les femmes étaient de ravissantes poupées sexuelles et très souvent érotisées. Toutes étaient là, la bouche en cœur et à demi nues…

Dans les bandes dessinées que je lisais à cette époque et que je prenais souvent comme modèles de dessin (de douze à seize ans), les femmes étaient de ravissantes poupées sexuelles, puissantes ou non mais trèèèès souvent érotisées : Mademoiselle Chiffre dans Le Petit Spirou, Marlysa, Atalante, Cixi dans Lanfeust, Natasha l’hôtesse de l’air, Navis de Sillage… Toutes étaient là, cambrées, bronzées, la bouche en cœur et à demi nues, face à des héros hommes souvent bien habillés, eux.

big-mirion-malle-interview

À lire aussi : Le problème de la représentation, expliqué par Mirion Malle

En petit mouton bien obéissant, donc, et sans piger ce que je répétais, je me suis vite calquée sur ce modèle de la « femme belle-érotisée », sans me poser de questions.

Voilà par exemple une page de recherche pour un personnage d’une bande dessinée que je faisais, vers seize ans (notons le naturel et la non sur-sexualisation du modèle).

dessin ado diglee 2

Ou encore ici, notre grand jeu favori en quatrième avec mes potesses.

Je dessinais des femmes quasi identiques par série de trois, et elles votaient pour la plus belle (j’en ai des cahiers entiers remplis…). J’avais treize ans.

dessin ado diglee

Ou encore ici : un extrait d’une bande dessinée de dix pages faite chez moi. J’étais en troisième.

dessins ado

Autre exemple encore, avec ma série de strips Pamela Anderson, dans lesquels je me moquais de sa débilité et de ses seins trop lourds (en PLEIN dans ma période slut-shaming, qui a dû coïncider avec le moment où j’ai réalisé que mes seins ne pousseraient jamais, et que j’ai été très jalouse).

À lire aussi : Je veux comprendre… le slut-shaming

Là encore, j’étais encore au collège, j’avais treize-quatorze ans.

dessins ado 1

J’en ai des malles entières, ça pourrait durer des heures. Le sexy, partout, tout le temps, le corps féminin ultra érotisé comme leitmotiv. (NDLR : cette injonction voudrait que les filles soient toujours jolies, qui plus est en dessin, je ne l’invente pas, comme le montre bien cet article sur la similitude des visages féminins chez Disney.)

Ensuite à dix-sept ans, je suis arrivée en école d’art. Et là, je me suis mise à faire du modèle vivant. Chamboulement dans les chaumières. J’ai découvert avec surprise et fascination la pluralité des corps.

J’ai vu des gens jeunes, vieux, minces, gros, beaux, étranges, fripés, lisses, musclés, galbés, poilus, épilés, rougeauds, bronzés, athlétiques, voluptueux… de tout.

big-underneath-we-are-women-diversite-corps-photos

Pas assez de gens de couleur, c’est mon seul regret. Mais c’était déjà énorme, à dix-sept ans, d’avoir accès à cette réalité, à cette beauté sans codes, sans mode, atemporelle qu’est celle du corps nu !

C’est devenu un sujet d’étude comme un autre, et mes idées de « perfection » et de critères de beauté référents en ont pris un sacré coup.

Ça a été l’une des expériences les plus libératrices qui soit pour m’apprendre à être plus tendre avec mon propre corps : l’étudier, le sonder comme un objet neutre, et le faire selon mes critères, qui sont ceux de la dessinatrice et pas ceux de la jeune femme pleine de complexes et d’angoisses. Ça a été une immense liberté.

big-lettre-ouverte-corps

À lire aussi : Nique tes complexes et participe à la Seinte Fresque !

Et voir la beauté dans tous ces corps différents, ça a évidemment élargi mon panel de références. J’ai idolâtré des femmes jugées grosses, fait mes meilleurs croquis avec des corps que je ne voyais nulle part ailleurs. Aujourd’hui, je continue d’en faire autant que possible, et j’ai de chouettes amies qui se dévouent pour poser la fesse libre sur mon canapé !

Quand il s’agissait de mon personnage, je me lâchais : poils, cellulite, vergetures, sale caractère, gaffes, je ne m’épargnais pas grand-chose.

Assez vite, quand je me suis mise en scène sur mon blog, alors étudiante, j’ai choisi le ton de la caricature et du cynisme. Quand il s’agissait de mon personnage, je me lâchais : poils, cellulite, vergetures, sale caractère, gaffes, je ne m’épargnais pas grand-chose. Tout l’esprit du blog était basé sur l’auto-dérision.

diglee-cuisses-copie

(archive 2010)

Facile de se moquer de soi-même ! Mais dès qu’il s’agissait de dessiner les autres, ou de créer de nouveaux personnages… je retombais dans le piège. Je faisais des « belles nanas ». Encore. Toujours. Soit je dessinais des ami•es, et je n’osais pas trop les caricaturer, de peur de les vexer, soit il s’agissait de créations libres, et je n’y pensais pas : je me faisais « juste plaisir ».

Dans mes agendas, mes commandes pub, partout hors de mon blog : j’ai eu tendance à faire beaucoup de nanas minces et « belles » (j’insiste sur les guillemets, parce que ma notion du beau a biiiiiiien évolué, depuis…).

Puis plus tard, avec du recul, j’ai réalisé que quand même… pas mal de commandes étaient un peu « orientées » par certains clients.

Pas mal de commandes étaient un peu « orientées » par certains clients.

Une des toutes premières commandes importantes que j’ai eue, étudiante, concernait un livre pour pré-ados (dix-quinze ans). Je devais dessiner des adolescentes dans des couleurs punchy et des situations de la vie quotidienne : le premier job de rêve.

L’un des premiers retours éditeur sur mes croquis a été :

« Veille à bien leur faire de grandes jambes minces. »

À lire aussi : Une mannequin au corps longiligne jugée trop grosse par les agences

À dix-neuf ans, sans me poser de question, j’ai allongé les gambettes de mon personnage. Plus tard, ça a été pour une couverture de roman :

« Quand même, tu pourrais lui réduire la cuisse, là, elle paraît engoncée dans sa robe. »

Puis pour une commande pub :

« Elle doit être une bonne vivante et aimer manger, mais elle ne fait pas plus d’un 38. »

Puis une autre :

« Tu peux juste lui raboter la hanche ? Elle est trop marquée »

« Tu peux juste gommer la culotte de cheval ? »

« Tu peux juste atténuer le déhanché ? »

« Tu peux juste la faire plus féminine ? »

Le « Tu peux juste la… » était devenu un refrain quotidien.

À lire aussi : Victoria’s Secret répond (vaguement) à la polémique autour de sa campagne « The Perfect Body »

Mais comme il est de notoriété publique qu’en pub, on a toujours mille retouches à faire, je prenais mon mal en patience et j’exécutais ce qu’on me demandait, sans franchement y réfléchir. C’étaient mes clients, j’avais une mission à remplir : les satisfaire.

Sauf qu’au fil de mon engagement féministe, il a été compliqué de poursuivre certaines commandes.

C’est ce qui s’est passé il y a quelques semaines, avec cette jeune femme qui m’a été refusée en couverture parce que je n’ai pas voulu l’amincir (je détaille l’anecdote sur mon blog). L’éditrice la décrivait « tout en formes » et « pulpeuse », « aux formes féminines très marquées »… et pourtant ce dessin n’est pas passé.

diglee couv refusee

« Tu la maigris ou tu perds le job. »

J’ai été extrêmement déçue de ne pas parvenir à faire aimer ce personnage à l’éditeur. J’avais adoré la dessiner, et j’étais sûre de son potentiel. Mais je n’ai pas pu m’imposer. C’était grosso modo « Tu la maigris, ou tu perds le job ». J’ai perdu le job.

big-jemm-vos-criteres-de-beaute-mannequin-grandes-tailles

Comme on se l’imagine bien, ces exigences quotidiennes dans le milieu de l’édition ne s’arrêtent pas aux femmes, ni au poids (on m’a refusé un homme roux il y a six ans en campagne d’affichage, parce que, je cite : « Ça ne fait pas bien envie »). La couleur de peau est aussi un grooos tabou.

Perso, je n’ai encore JAMAIS réussi à imposer un homme ou une femme noir•e dans une commande de pub qui ne l’aurait pas spécifié dans le brief.

big-sexisme-publicite-denoncer-condamner

À lire aussi : Le sexisme de la publicité, cible prioritaire du gouvernement pour 2016

Voilà. Tout ça pour vous dire quoi?

Toutes les images que j’ai consommées ado ont influencé la perception que j’avais de la beauté ou de la « norme »

Eh bien, juste pour réfléchir à propos de tout ça avec vous : aujourd’hui, avec quelques années de métier, je réalise que, tout comme les images que j’ai consommées ado ont pu me marquer visuellement, influencer mes dessins ET la perception que j’avais de la beauté ou de la « norme », celles que je crée aujourd’hui peuvent avoir cette même force, ce même impact tacite sur mon lectorat.

Même si j’illustre des choses légères et humoristiques, eh bien… mes images ont un poids. Ça devient difficile de l’ignorer. Et j’ai mis du temps à le comprendre.

Alors tant que je peux, et à l’aide d’éditeurs à l’écoute, complices et investis (comme j’en connais beaucoup, heureusement), je peux essayer d’y faire un peu gaffe. Sans être dans la parano et le combat, mais plutôt en laissant leur chance à d’autres « modèles » que ceux que l’on voit partout d’être mis en lumière !

Je l’avais dit, 2016 sera l’année de la tolérance et de l’acceptation de soi.

En tout cas, j’y travaille.

happy2016-diglee-blog

#TuPeuxJusteChanger… les choses, en témoignant !

À vous de témoigner ! On lance le hashtag #TuPeuxJusteChanger pour relayer tout ce que des client•es ont pu vous dire concernant un personnage que vous avez créé. Par exemple :

— #TuPeuxJusteChanger ses mensurations ?
— #TuPeuxJusteChanger sa couleur de peau ?
— #TuPeuxJusteChanger son look ?

N’hésitez pas à réagir sur les réseaux sociaux et à détailler les « motivations » revendiquées pour « juste changer »… toujours les mêmes éléments, bizarrement !

Retrouvez Diglee sur son blog, sur Facebook, sur Twitter mais aussi sur madmoiZelle !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!

Voici le dernier commentaire
  • Enimo
    Enimo, Le 3 avril 2017 à 10h49

    Merci Diglee !!

    Déjà parce que je me sens moins seule à pas savoir dessiner des hommes ^^

    Et surtout parce que depuis quelques temps je me heurte à cette énorme difficulté qu'est le fait de dessiner autre chose que des personnages-réflexe stéréotypés (avouons-le, des jolies filles blanches et minces).
    Parce que depuis quelques temps j'en peux plus de ces modèles de "beauté" qu'on voit absolument partout. J'aime beaucoup la bd et les mangas mais j'ai de plus en plus de mal à en lire parce que ça m'épuise et me révolte de voir que les personnages féminins sont quasi-systématiquement représentés avec des morphologies, UNE morphologie même, hyper sexualisée, avec tout ce qu'il faut là où il faut etc etc... Les comics j'en parle pas, j'ai toujours eu du mal avec ce style...
    Et en tant que dessinatrice, même si j'ai pris conscience que j'ai tendance à faire la même chose (les gros seins en moins), c'est quand même super dur de se détacher d'influences qui nous suivent partout tout le temps.

    Voilà, du love pour tout les monde ^^

LA MADBOX DE JUILLET

  • 8 cadeaux personnalisés
  • par la rédac
  • 18.90€
  • Sans engagement