Comment je suis devenue rédactrice cinéma/séries chez madmoiZelle

Kalindi a enchaîné les incertitudes, avant de trouver sa voie. Elle s'est gourée plusieurs fois mais exerce maintenant son métier avec passion. Découvre son parcours scolaire et professionnel.

Comment je suis devenue rédactrice cinéma/séries chez madmoiZelle
Nos parcours scolaires

L’équipe de madmoiZelle te raconte ce qui l’a menée à bosser dans le magazine ! De quoi t’inspirer pour ton propre parcours scolaire !


J’ai traversé l’enfance en me répétant une chose : quand je serai grande, je serai « actrice célèbre ».

Mais la réalité d’une vie sur les planches, racontée par les comédiens qui me donnaient cours, avait l’air abrupte et sans pitié. 

Le théâtre, ma première passion

C’est un « métier de requin », m’avait confié une fois mon prof Éric, au centre de théâtre de Levallois-Perret, où j’étudiais religieusement cet art qui me rendrait riche et heureuse.

Ma mère, elle-même ancienne comédienne, m’a toujours conseillé d’en faire ma profession, et ce depuis qu’elle m’a vue sur scène pour la première fois, quand j’avais 6 ans — j’étais le coq dans Delphine et Marinette.

Plus tard, elle m’a dit que je devais oser être plus qu’une amatrice, et qu’après 10 ans à passer mon temps libre en cours et sur scène, il fallait que je me donne les moyens de mes ambitions. 

Elle était prête à me payer des écoles, des stages, et à m’accompagner passer des castings. Mais… c’était trop de stress pour moi.

Alors j’ai décidé de continuer à faire du théâtre en amatrice au lycée, et même en-dehors, le samedi matin, pendant 4h.

Du coup, il fallait bien que je me trouve une autre voie, puisque ma passion me causait de la tachycardie.  Mais laquelle emprunter ?

Cette question m’a empêché de fermer l’œil pendant longtemps. 

Quelle voie emprunter ?

Une fois le lycée fini, ma mère, toujours à l’écoute, m’a suggéré de prendre une année sabbatique pour voyager, apprendre des langues, et expérimenter la vraie vie en-dehors des murs de notre appart.

Après avoir passé mon bac à 17 ans, je suis donc directement partie en Allemagne, à Munich, pendant 4 ou 5 mois je ne sais plus, pour continuer mon apprentissage de l’allemand.

Bien sûr, je n’allais pas souvent en cours puisque j’avais découvert quelque chose de plus intéressant : LA LIBERTÉ.

Celle de sortir quand je voulais, de manger tout ce qui me faisait envie, de ne prévenir personne de mon programme, de boire trop d’alcool et de m’endormir sur le sol de ma cuisine. 

Mon année sabbatique, plus de fêtes que de prises de décisions

Mon appartement, c’était un joyeux bordel un peu crade mais plein de l’amour que mes colocs et moi nous portions les uns les autres. En tout nous étions 4, parfois 5, et l’entente entre nous avait été quasi-immédiate.

Ces grosses semaines à vivre beaucoup pour moi et un peu pour eux font partie des plus belles de ma vie. 

Après Munich, je suis allée poursuivre mon apprentissage de l’anglais à New York.

Je devais rester 4 mois, je suis finalement rentrée bien plus tôt car je m’y suis sentie perdue, trop petite pour l’immensité des buildings, des rues et des ambitions des autres.

Je suis donc revenue, la queue un peu entre les jambes, à Paris, où ma mère m’a accueillie sans me blâmer.  J’avais essayé, je m’étais gourée, ça arrive. 

J’ai alors décidé de me trouver une école pour la rentrée de septembre.

On était en mai je crois, ou dans ces eaux-là, et il fallait que je m’y mette.

J’ai choisi une école sans grande conviction

J’ai passé plusieurs concours, notamment pour Sup de co et pour l’ISIT (une école privée assez élitiste). J’ai été acceptée aux deux mais finalement Sup de co ne m’intéressait plus, j’ai donc décliné l’invitation.

L’ISIT me tentait davantage, car c’était l’une des meilleures écoles de traduction et de communication de tout Paris.

Sa réputation, et le peu d’élus par rapport au nombre d’appelés, m’ont fait accepter — un peu par envie, beaucoup par fierté.

En attendant septembre, j’ai taffé dans une petite galerie d’art qui vendait des objets de sport reprisés des années 30.

Je me suis éclatée à jouer à la marchande, et j’ai passé un été fou, à draguer tous mes clients et à lire des livres dans ma petite boutique qui sentait la poussière et la vodka. 

Ensuite, j’ai passé 3 ans sur les bancs de l’ISIT à me demander ce que je foutais là. 3 années d’errance totale, à pleurer l’époque du lycée, et surtout ma liberté gagnée plus tôt, en Allemagne.

Mais bordel, j’ai tellement absorbé d’infos en 3 ans !

Je prenais des cours d’interprétation de conférence en anglais et en allemand, et même si j’étais nulle je m’accrochais très fort pour remonter mon niveau.  

Je me suis donnée à fond tout le temps, et ça m’a rendue fière.

Et puis j’ai fait plein de stages, notamment dans un showroom de prêt-à-porter haut de gamme où j’ai été harcelée par une boss instable.

J’en ai fait plusieurs autres, et surtout un en Afrique, où je me suis occupée pendant plusieurs semaines d’animaux sauvages : des guépards, des vautours, des léopards, des lions, des mangoustes et des ratels. 

L’expérience la plus dingue de toute ma vie !

J’ai appris la rigueur, la discipline (dont je manquais cruellement avant), j’ai appris à savoir ce que je ne voulais plus. Et ce que je ne voulais plus justement, c’était l’ISIT.

Mon Erasmus, un moment formidable

Pourtant, j’ai encore de beaux souvenirs de ces quelques années, notamment de mon Erasmus FANTASTIQUE de 6 mois à Munich.

Là-bas, je vivais en coloc avec un type un peu fou, qui à seulement 42 ans avait eu 7 enfants de 6 femmes différentes.

Malheureusement pour moi, ses plus jeunes mômes étaient souvent dans notre maison… tout comme ses ex avec qui je suis devenue pote au point de partir avec elles en week-end !

Notre baraque était dans un coin paisible de la ville qui ressemblait à Wisteria Lane. Il n’y avait jamais de bruit, sauf quand mon coloc et moi organisions des fêtes, lors desquelles sa fille aînée dansait la samba pendant des heures.

Moi qui flippais de ne pas me faire de potes une fois sur place, ça a été tout l’inverse !

J’ai rencontré un groupe d’Italiens qui nous ont tout de suite intégré, mon amie Laura et moi-même, dans leur bande.

Tous étaient fêtard. Pendant 6 mois, j’ai peu dormi. Pendant 6 mois, j’ai peu étudié.

En rentrant, j’ai quitté l’ISIT pour de bon et me suis retrouvée dans le flou.

Que faire après l’ISIT ?

Que faire désormais ? Reprendre le théâtre ?  C’était ça qui me faisait vibrer profondément…

Je tentais un oeil à des écoles spécialisées, mais j’étais toujours tétanisée par les enjeux.  Si j’échouais à devenir une vraie comédienne, je ne m’en remettrais pas.

Il était donc plus simple de continuer à faire quelque chose qui me tenait moins à coeur, pour ne pas en mourir si jamais je ratais.

J’ai fini par me rappeler de mon amour pour l’écriture, qui m’avait valu plusieurs prix au lycée, notamment celui de la meilleure critique de théâtre pour Oncle Vania, d’Anton Tchekhov. 

Une école de journalisme, la solution évidente

Je décidais donc de tenter ma chance en école de journalisme.

Mon choix s’est porté sur l’ESJ, et j’y suis entrée directement, après un long entretien avec le directeur.

Je lui avouais être passionnée par l’écriture mais aussi par les voyages, et lui confiais qu’apprendre à écrire et réaliser des documentaires m’intéressait beaucoup.

Il m’a acceptée dans son école.

Je me suis donc retrouvée à faire un Master de JRI (Journaliste Reporter d’Images), où j’ai appris à écrire un sujet, le tourner, le monter, en parler etc.

Bref, toutes les facettes du métier de journaliste.

Et bien sûr, j’ai détesté ça. J’étais nulle avec la caméra, je ne pouvais pas blairer le montage.

Là où je me révélais, c’était en cours d’écriture de documentaires, où je construisais de belles notes d’intention, que je lisais volontairement au reste de ma classe.

En parallèle de ma formation à l’ESJ, j’avais également des cours à l’EICAR, une école de cinéma hyper cool. 

Après l’école, les stages

Au sortir de ce double Master, les choses étaient plus nettes. Je ne ferai pas de télé comme mes camarades, mais je serai journaliste — et peut-être même écrivain, si je me donnais le courage de mes ambitions. 

Mais il fallait que je me trouve des stages, pour me faire une plume !

J’ai eu la chance d’être acceptée à Toute La Culture, un site hyper pointu qui traite de toute l’actualité culturelle, de la danse contemporaine au théâtre en passant par le chant lyrique.

Là-bas, j’étais heureuse. J’écrivais sur les spectacles que j’aimais, j’allais au théâtre plusieurs fois par semaine, j’étais libre d’écrire comme je le souhaitais, j’allais en festival…

Bref, la vie rêvée.

J’y suis restée quelques mois, et puis j’ai intégré un site spécialisé dans le cinéma. Mais mes fonctions ne correspondaient pas à ce qu’on m’avait vendu en entretien. 

J’ai passé, en parallèle, un entretien pour être stagiaire au Elle.fr, à la rubrique culture, où je restais quelques longs et beaux mois après avoir démissionné de mon stage mensonger.

Quand mon contrat a pris fin, j’étais inconsolable.

Après les stages, le grand bain

J’aimais tellement mon métier que j’avais peur de ne plus pouvoir l’exercer faute de places disponibles sur le marché.

J’ai donc un peu pigé pour quelques médias, notamment le blog de Jardiland ainsi que Paulette, où je signais mon premier article pour un magazine papier.

En attendant de trouver un job dans ma filière, j’ai bossé 8 mois au moins (je n’ai plus les dates en tête) au Bon Marché, un grand magasin huppé.

Ça n’était pas compliqué pour moi car j’avais déjà taffé au Printemps (une grosse galerie marchande parisienne) en parallèle de mes stages précédents, et j’avais même tenu la petite boutique de bijoux Sylvia Toledano à côté de la Place Vendôme !

D’ailleurs j’avais sympathisé avec la créatrice qui m’avait embauchée pour que je donne des cours d’anglais à ses deux fils, qui préparaient l’IELTS.

Enfin… le Bon Marché c’était sympa mais très peu épanouissant. J’en profitais toutefois pour lire plein de bouquins et commencer à écrire un roman.

Mon arrivée chez madmoiZelle

Et puis un jour, une pote m’a écrit pour m’apprendre que madmoiZelle cherchait une journaliste cinéma et séries. J’avais déjà entendu parler du site, mais je ne l’avais jamais lu.

Je pensais ne pas en être la cible, et craignais de tomber dans un environnement très cucul la praloche. Je suis quand même allée à l’entretien…

Et ça a été une évidence.  J’ai été prise après avoir passé un test d’écriture et avoir pas mal discuté avec la rédaction de l’époque.

Ça fera deux ans cet été que je travaille chez madmoiZelle. Deux années radieuses à exercer le travail qui me plait tout en développant d’autres compétences.

Un jour actrice ?

Aujourd’hui, je rêve toujours d’être actrice.  Je n’arrêterai jamais d’en rêver.

Être sur scène, rien ne m’a jamais autant fait vibrer. Mais je pense m’inscrire dans une troupe de théâtre amateur pour assouvir ce besoin comme on assouvit une passion, pas un métier.

En attendant, je continuerai à t’écrire des articles juste ici. Parce que c’est ici que je me sens le mieux !

À lire aussi : Comment je suis devenue rédac sexo chez madmoiZelle ?

Commentaires

ClemBouBou

Oh lala mais t’as l’air super intelligente pour avoir fait tout ça! :worthy:
En tout cas bravo pour ton parcours et je suis bien contente que tu sois épanouie chez MadmoiZelle :)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!