Live now
Live now
Masquer
volunteer-student-experience
Témoignages

Ma vie à aider des animaux sauvages en Afrique du Sud

Kalindi est cheffe de rubrique cinéma/séries. Mais dans une autre vie, le temps d’un été, elle était apprentie ranger en Afrique du sud. Chaque semaine, elle te raconte un morceau du plus beau voyage de sa vie.

Le 3 mars 2018

En 2014, j’ai pris une décision qui allait bouleverser ma vision du voyage.

Pour la première fois, je partirais seule. J’avais 22 ans et un besoin d’aventure en solitaire. Je profitais d’un stage imposé par mon école pour élargir les horizons qui m’avaient jusqu’alors été imposés, et OSER.

La meilleure nouvelle au monde

Au détour d’une conversation avec ma mère, lors de laquelle j’évoquais mon envie de côtoyer les bêtes, les vraies, pas celles qui ronronnent honteusement sur mon canapé, elle m’a regardé d’un air plein d’intéret.

Après un coup de fil à un de ses amis, un chirurgien qui opère bénévolement des fauves en Afrique du sud pendant son temps libre, elle m’a glissé :

« Tu pars dans 3 semaines en Afrique du Sud, t’occuper de bébés guépards. »

guépard savane centre réhabilitation

Les cris assourdissants se sont bien évidemment succédés pendant une bonne demi-journée. Fuck les voisins.

Quelques semaines plus tard, j’embarquais pour un vol de 11 heures, direction Johannesburg.

Dans l’avion, l’excitation montait, en même temps qu’une crainte inévitable.

Mais l’écran placé devant mon nez et les milles propositions de films qui défilaient ont très vite eu raison de mon stress.

Bien sûr, pour nager dans le cliché sans aucune vergogne, j’ai choisi Out of Africa. Au moment d’atterrir, je me sentais l’âme d’une Meryl Streep.

Sauf que l’air de l’avion m’avait cramé les cloisons nasales, asséché la peau, et fait enfler les chevilles. J’étais un poil moins fraiche que Meryl, quoi.

Mais peu importait, j’allais passer plusieurs semaines avec des animaux sauvages. Le style attendrait.

Quelques jours auparavant, j’avais fièrement été chez Décathlon, faisant des achats qui pour une fois me serviraient à quelque chose.

Affublée d’un sac à dos plus grand que moi, d’un pantalon de ranger, d’un chapeau d’Indiana Jones, de 3 tubes de crème solaire indice 50 et d’une bonne humeur très rare, je débarquais donc à Johannesburg.

Et là, panique. Mon vol suivant était dans 30 minutes. L’aéroport était immense. Un quart d’heure plus tard, j’arrivais essoufflée à la porte d’embarquement. Le vol n’était pas clos, mon voyage était sauf, mon palpitant beaucoup moins.

Ça n’est qu’en regardant l’Afrique cavaler sous l’avion que j’ai senti les prémisses du dépaysement. Le continent ne m’était pas inconnu. J’avais parcouru le Togo et le Gabon, entre autres, avec ma mère.

Mon premier voyage en solitaire

Elle, elle est hôtesse de l’air, et a arpenté le monde pendant 35 ans, au service d’Air France. Depuis toujours, elle me traîne un peu partout, à la rencontre de populations, de gens, et de territoires, qui ne me quitteraient jamais, et qui nourriraient mon besoin constant de partir.

Quand je suis rentrée au CP, elle m’a fait rater l’école plusieurs fois, pour m’emmener ailleurs. Peu importait où, du moment que c’était loin. Dépaysant.

Elle m’a trimballée partout, des favelas perchées en haut des collines brésiliennes aux marchés surpeuplés d’Afrique subsaharienne. Elle m’a fait goûter aux piments rouges, aux verts, aux jaunes, et a ri quand ils m’ont brûlé la langue.

Elle s’est foutue de moi quand j’avais peur de traverser des village paumés, et encourageait toujours plus ma témérité.

Elle était mon pilier partout et tout le temps.

Et pour la première fois j’étais sans elle.

J’allais envisager l’altérité sans aucune protection.

Et puis la crainte a disparu. Ou plutôt non, mais elle s’était transformée en quelque chose d’excitant.

Dans l’avion qui partait de Johburg, j’ai eu à manger. Un plat simple mais réconfortant qui venait asseoir mon plaisir.

Le bonheur du dépaysement

Tout doucement, l’avion a piqué du nez, me rapprochant un peu plus de l’expérience tant attendue. Doucement, il a entamé sa descente. Et là, le spectacle.

Les animaux couraient, de part et d’autre de la piste d’atterrissage. Des girafes et des phacochères. Je n’avais même pas atteint le Centre, que la vie sauvage envahissait déjà les paysages.

girafes afrique du sud savane

J’ai eu du mal à ne pas pleurer, tant il y avait de choses à voir, qui m’avaient toujours fait rêver. Elles étaient maintenant très proches, si accessibles.

En sortant de l’avion, la chaleur m’a envahi la gorge, déliant ma langue.

Yann était là, qui m’attendait. Yann (lis Yön) était le grand ranger de l’aventure. C’est lui qui s’occupait du bon déroulement des activités effectuées par les Volonteer Students. Ce que je m’apprêtais à devenir.

Une rencontre solennelle

Yann, c’est pas un rigolo. Il a ses heures, mais la plupart du temps, il n’a pas le temps, justement. Alors il a l’air froid, mais gère tout d’une main de maître. C’est tout ce qu’on lui demande, finalement.

Après avoir essayé de lui décrocher un rire, au détour d’une conversation, j’ai compris très vite que nos échanges se cantonneraient à quelque chose de cordial, de légèrement amical tout au plus.

Pourtant, la route était encore longue, qui nous séparait du centre. J’en profitais pour lui poser plusieurs questions, auxquelles il répondait toujours, placide.

En percevant une forme rigide et foncée se découper dans le lointain, je comprenais que nous approchions du portail qui ouvrirait la voie à mon séjour.

Moholoholo Rehabilitation Center

Soulagée de couper court à la discussion avec le propriétaire de la Jeep, je profitais enfin de la vue. Je laissais le grand ranger taciturne dans ses pensées, et regardais les miennes courir dans la savane.

Savane afrique du sud

Mon impatience inquiète augmentait.

Que se passerait-il de l’autre côté ?

Sans que j’ai le temps de m’auto-rassurer, le portail s’est ouvert sur l’un des plus beaux séjours de ma vie. J’arrivais au Moholoholo Rehabilitation Center.

Un endroit unique

Un drôle d’endroit, délimité par des grillages, qui s’endort tôt aux pieds des collines. Un endroit où, l’hiver, il fait très chaud le jour et très froid la nuit.

moholoholo center

Là-bas, j’apprendrais que la vie des hommes est rythmée par les sacrifices, mais qu’elle est mue par la passion.

J’apprendrais que le bonheur des hommes peut tenir à un rugissement, à une empreinte dans le bush desséché.

Et que tous ces hommes ont un même combat : continuer à faire vivre la nature, coûte que coûte…

La semaine prochaine, tu en sauras beaucoup plus sur les habitants du Moholoholo.

Je te présenterai Danny le bébé rhinocéros, et de jeunes guépards dont j’ai oublié les noms. Tu rencontreras les autres Volunteer Students, et je te filerai des conseils, si toi aussi tu souhaites tenter l’aventure.

Mais il faudra patienter.

En attendant, je te tease un peu ! La semaine prochaine tu trouveras un très gros serpent, la recherche d’un hippopotame, le sauvetage d’un vautour, et un écureuil devenu mon meilleur ami…

écureuil

Allez, je te laisse sur cette photo extrêmement flatteuse, qui démontre deux choses : cet écureuil est vraiment un individu sans gêne, et à l’époque je m’épilais trop les sourcils.

Passe un merveilleux samedi !

À lire aussi : Comment j’ai appris la valeur du dur labeur… dans une ferme de l’Himalaya !

Témoignez sur Madmoizelle !

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
11

Avatar de Nefertitii
18 mars 2018 à 10h53
Nefertitii
Est-ce possible de faire ça hors cursus scolaire ? C'est un peu le rêve de ma vie et je lâcherai bien tout pour faire ça pendant un ou deux mois

Cette démarche est vraiment sérieuse et je n'ai malheureusement pas de contact pour ce genre de job donc ça m'intéresse énormément

Pareil pour moi ! Je suis fan d'animaux, je suis d'ailleurs ostéopathe animalier, et serais plus que partante pour aller m'occuper d'animaux en Afrique pendant un certain temps. Je me demandais combien de temps minimum peut on être bénévole dans ce type de refuge ? malheureusement je ne peux pas quitter mes patients équins et canins pendant trop longtemps.. Je suis en train je chercher les infos

Tu nous fais rêver Kalindi, j'ai hâte de lire la suite de ton aventure de ranger <3
2
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages
marre-evjf

Quand les EVJF deviennent un enfer : « La moindre notif me donnait envie de fuir »

Aïda Djoupa

27 nov 2021

16
Témoignages
nanowrimo-4-journal-de-bord

NaNoWriMo, journal de bord d’un échec programmé #4 : l’essentiel c’est de participer

Kalindi Ramphul

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Règlement de comptes
femme en train de faire des travaux

Gwendoline, 3900€ par mois à deux : « Mon conjoint n’achète rien à part des caleçons une fois par an »

Aïda Djoupa

25 nov 2021

3
Témoignages
meeko

Confession : je me masturbe devant les dessins animés de mon enfance

Une madmoiZelle

18 nov 2021

11
Règlement de comptes
Couple en train de discuter

Laurine, 2 577€ par mois à deux : « Je suis très mauvaise gestionnaire »

Aïda Djoupa

18 nov 2021

83
Témoignages
etudiante-prostitution-temoignage

Étudiante, je me prostitue pour rembourser mes dettes

Océane Viala

16 nov 2021

322
Témoignages
peur-gynéco

« Après avoir lu des témoignages de violences gynéco, je me suis dit : “Je n’irai jamais chez le gynécologue“ »

Aïda Djoupa

15 nov 2021

33
Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

13 nov 2021

8
Livres
journal-de-bord-challenge-nanowrimo

NaNoWriMo, journal de bord d’un échec programmé #2 — Autosabotage et mauvaises critiques

Kalindi Ramphul

12 nov 2021

4

La société s'écrit au féminin