Chirurgie de féminisation faciale : l’évolution d’un visage en trois ans

Pondu par Jack Parker le 15 janvier 2013     

Si vous vous posiez des questions sur les résultats obtenus grâce à la chirurgie de féminisation faciale, voici une vidéo qui devrait vous éclairer !

Lorsqu’elle était âgée de 21 ans, l’utilisatrice YouTube iiGethii a entamé une procédure de féminisation du visage – une étape très importante dans la transition d’homme à femme. Elle a donc décidé de documenter son parcours pendant trois ans, en prenant un petit millier de photos.

Le résultat est visible dans une vidéo qui enchaîne tous les clichés de façon à ce qu’on puisse constater le changement au fur et à mesure, et il est bien évidemment bluffant.

Mieux encore, Buzzfeed a extrait un paquet de clichés à partir de la vidéo pour qu’on puisse s’y attarder un peu plus longtemps et observer les changements avec un peu plus d’attention.

Pour plus d’informations et de détails sur cette procédure, allez donc lire ça ! (merci à Pilroka pour le lien)

Ça vous a plu ? Partagez !

265 BIG UP
 

Cet article a été pondu par Jack Parker - Tous ses articles

Jack Parker est rédactrice multifonction pour madmoiZelle depuis janvier 2009. Elle aime tout ce qui se rapporte à la pop culture américaine, aux animaux, aux trucs bizarres qu'on trouve dans le monde et se nourrit essentiellement de films d'horreur et de nouilles instantanées.

Plus de Jack Parker sur le web :

Tous les articles Vis ta vie
Les autres papiers parlant de , ,

Les 10 dernières réactions à cet article sur le forum

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !

  1. une.fille.etoileeune.fille.etoilee

    Le 18 janvier 2013 à 22:23

    Posté par shield
    Posté par breizh
    Cette jeune fille est dans la même situation qu'un transsexuel.


    C'est compliqué et je ne m'y connais pas trop, donc je ne me prononce pas, mais je suis vraiment pas sûre que ça soit comparable. Pour une transexuelle, c'est une question identitaire, pas seulement plastique.

    oui, une simple question de reconnaissance dans la société…

    je me suis fait poser des implants mammaires moi, justement, et pas simplement pour changer mon image dans le miroir, mais parce que c'est la première chose que regardent les inconnus afin d'identifier le genre de la personne qu'ils ont en face d'eux…
    je ne dis pas que je n'en tire pas une satisfaction personnelle, mais la raison première a été la…
  2. BreizhBreizh

    Le 19 janvier 2013 à 17:03

    Posté par unefilleetoilee
    Spoiler!
    Cette jeune fille est dans la même situation qu'un transsexuel.
    C'est compliqué et je ne m'y connais pas trop, donc je ne me prononce pas, mais je suis vraiment pas sûre que ça soit comparable. Pour une transexuelle, c'est une question identitaire, pas seulement plastique.

    oui, une simple question de reconnaissance dans la société…

    je me suis fait poser des implants mammaires moi, justement, et pas simplement pour changer mon image dans le miroir, mais parce que c'est la première chose que regardent les inconnus afin d'identifier le genre de la personne qu'ils ont en face d'eux…
    je ne dis pas que je n'en tire pas une satisfaction personnelle, mais la raison première a été la…
    Ne nous voilons pas la face: plus on est joli(e),plus notre physique correspond au canons de beauté actuelle, mieux on est accepté(e) dans la société.
    A 99% les opérations de chirurgie esthétique pure ne sont pas seulement pour les patients mais pour une question d’intégration. Lorsqu'une femme se fait raboter le visage, retoucher, la majeur partie du temps elle tente d' améliorer son physique afin de rentrer dans la norme prescrite par la société. C'est le même acte que les transsexuels.

    Comment peut on ensuite déterminer le niveau de souffrance psychique de ces patients? Comment peut-on leur dire: vous vous êtes jolie, la retouche est mineure, vous ne souffrez sans doute pas; vous il y a beaucoup à faire, votre visage très laid, vous devez être affreusement complexée, on vous rembourse?
    Il y a des gens pour qui des opérations qui semblent mineures sont de véritables nécessitées psychologiques et sociales .

    Spoiler!
    unefilleetoilee;3873040
    Posté par breizh
    Je pense qu'il y a une confusion dans l'utilisation médicale du terme "maladie" et la perception par le public.
    Actuellement en France le transsexualisme n'est plus considéré comme une maladie mentale depuis 2009 (c'est d’ailleurs le premier pays à l'avoir reconnu!)
    Par contre elle est bien considérée comme une affection longue durée (comme la grossesse que tu cites une.fille.etoilee ) ce qui permet son remboursement.
    Le terme ne me parait pas très choquant.
    De plus la chirurgie réparatrice s'applique aussi à des affections (apellées maladies par le grand public). Donc ce n'est pas vraiment l’appellation qui est le problème.

    quelques maladresses malheuresement.
    La pseudo annonce de roseline bachelot datant de 2009 disant que la transsexualité n'est plus une maladie mentale n'est que poudre aux yeux. dans les faits, cela n'a changé que le moyen de se faire rembourser ses hormones.
    Dans les faits, il faut toujours aujourd'hui en france passer par la case psychiatre, obtenir son consentement, le convaincre que l'on a bien joué a la poupée quand on etait petite, et autres joyeusetées bourrés de clichés sexistes afin d'avoir une attestation de sa part permettant d'aller voir un endocrinologue.

    dans les faits donc, la transition est toujours non seulement médicale, mais belle et bien considérée, de fait, comme maladie mentale.
    a l'inverse, la nana(biologique s'entend) qui veut se faire poser un bonnet F par un chirurgien, on ne lui demande rien, elle a la libre disposition de son corps elle…

    il n'y a donc pas confusion ou si justement, la confusion induite par cette annonce tonitruante a l'époque qui n'a en réalité rien changé

    Posté par breizh
    Ce non remboursement ne se fait pas par discrimination envers les transsexuels mais tout simplement parce qu'il s'agit de chirurgie esthétique dite "de confort" (attention je suis bien consciente que les trans puissent souffrir moralement de leurs visages et que cela faciliterait leur intégration). Imaginons une jeune femme trouvant ses traits disgracieux et se refaisant le nez, les seins, les pommettes… Pour avoir l'air plus féminine. Quand bien même cette fille était très moche à la base, et pouvait souffrir et être rejetée par son physique, jamais la SECU n'acceptera de la rembourser (sauf rares exceptions). Cette jeune fille est dans la même situation qu'un transsexuel. Si une cagole à poitrine inexistante décide de se faire gonfler la poitrine de deux bonnets, elle ne sera pas remboursée. pourtant elle est dans la même situation que les transsexuels.
    Vu le trou actuel de la SECU et le coût de celles ci, je doute qu'on se décide un jour à rembourser toutes les opérations de chirurgie esthétique en France.

    la ou il faudrait faire des progrès ce n'est pas tant sur la prise en charge médicale mais comme tu l'as dit sur les problèmes juridiques et administratif, ou la il y a des progrès à faire.

    tu qualifie les chirurgies de féminisation du visage par le mot confort…je trouve cela plutot choquant….la ou, chez les trans, la "crédibilité" aux yeux de la société conditionne, non pas un confort de vie, mais bel et bien une integration dans la société, une non stigmatisation, une tranquilité de vie, l'éloignement d'agression, de violences verbales ou physiques….il ne sagit pas de confort, mais bel et bien de sérénité de vie..

    tu fais l'amalgame entre des situations de conforts et des situations empechant de vivre…la fameuse fille "bio" qui voudrait se faire refaire les seins, eh ben elle, personne ne remet en question son identité, personne ne l'insulte de travelo ou de pédale, personne ne veut la violer pour quand meme "se taper un travelo une fois dans sa vie"….
    je ne nie pas la souffrance d'une personne "bio" voulant se faire refaire la poitrine, mais chez les trans, c'est au dela de la simple souffrance….

    J'ai vérifié et la transsexualité est bien considéré comme une ALD hors liste ne relevant plus des maladies mentales. Ensuite le fait qu'en France elle soit encore considéré par certains comme une maladie, une déviance, et bien que veut tu, il faut du temps pour changer les mentalités.
    Que les hormones, le changement de sexe, l'accompagnement soient pris en charge 100 % par la SECU est déjà une bonne chose. Il faut se dire que la France est quand même en pointe par rapport aux autre pays dans la prise en charge de la transexualité. (a part l'Iran mais c'est pour d'autre raisons pas forcément morales:mad:) C'est évident comme tu dis qu'on peut toujours faire mieux et améliorer mais c'est déjà pas si mal.

    Je suis d'accord avec toi, le suivi psychologique est lourd et sans doute à reconsidérer. Ensuite comme tu l'as dit les transsexuels sont des personnes victimes d'une grande détresse psychologique. Je pense qu'un accompagnement psychologique est bénéfique à ces personnes,(accompagnement d’ailleurs mis en place dans de nombreuses ALD type diabète, MND, etc. Pourtant ce ne sont pas des personnes considérée comme malades mentales!). Ne serai ce qu'avant l'opération de changement de sexe, c'est quand même une procédure très lourde et grave sur le plan psychique.
    (D’ailleurs j'aimerai bien l'avisd'un ou une transsexuel(le) sur ce sujet la.)

    Ensuite tu est choquée car tu prend lemot « confort » par le sens émotionnel du terme, alors que j'ai pourtant bien insisté sur , dans ce cas, son utilisation au sens médical.(Ne tkt pas je suis bien conscient que les trans peuvent souffrir, et que cette opération leur est nécessaire, je ne suis pas un monstre de cruauté inhumain!:taquin:) Les opérations desquelles résultent la féminisation du visage ne peuvent légalement être qualifiées de CP « curative » (sinon cf avant naître homme est une maladie), ni de CP reconstructrice car on répare pas un « traumatisme » entraînant une modification de l’état du corps (J'ai essayé de simplifier au max mais dite moi si vous n'avez pas compris, c'est des notions purement administratives et juridiquespouvant être compliquées!).
    Il s'agit donc de chirurgie esthétique pure, ce qui n'induit pas que la nécessité psychologique ressentie par ces personnes est inexistante. Je te garanti qu'a l’hôpital je vois des personnes dont les « problèmes physiques » d'apparence bénins sont des sources de malaise incroyable (genre une fille qui voulait se dé-scolariser parce qu’elle ne supportait plus les regards vers ses lobes d'oreilles asymétriques:oo:)
    C'est bien embrouillé et assez opaque mais c'est toute la beauté du code de santé civil, on essaye de prévoir et faire rentrer dans les cases tous les cas de figure, donc forcement il faut faire des ajustements parfois de bric et broc. Il y a des maladies enregistrés sous des appellations et des groupes improbables pour pouvoir caser tout ça, et faire une totale refonte (c'est en cours) ça va prendre des années.

    Voila un gros pavé comme d'hab, je pense que j'ai répondu à toute les questions mais si j'ai pas été assez claire/compréhensible mp moi !
  3. une.fille.etoileeune.fille.etoilee

    Le 20 janvier 2013 à 16:26

    Posté par breizh
    Lorsqu'une femme se fait raboter le visage, retoucher, la majeur partie du temps elle tente d' améliorer son physique afin de rentrer dans la norme prescrite par la société. C'est le même acte que les transsexuels.

    Je ne sais pas d'ou tu tire tes certitudes qui m'irritent quelque peu, mais je te garantie que la personne qui démarre une transition a 45 ans avec un passé de rugbyman, 90 Kg, avec un visage d'une virilité sans faille, la pomme d'adam saillante, une peau qui n'a jamais vu de creme hydratante, et qui a passé la majeure partie de sa vie a jouer au mec le plus viril possible, ben celle la aura des problèmes qui seront a des années lumières de ceux d'une femme bio qui certes, se sentira peut etre moche, mais ne se verra pas balancer en pleine poire toute la journée des "monsieur" lorsqu'elle est habillée dans une tenue féminine…
    Posté par breizh
    J'ai vérifié et la transsexualité est bien considéré comme une ALD hors liste ne relevant plus des maladies mentales. Ensuite le fait qu'en France elle soit encore considéré par certains comme une maladie, une déviance, et bien que veut tu, il faut du temps pour changer les mentalités.
    Que les hormones, le changement de sexe, l'accompagnement soient pris en charge 100 % par la SECU est déjà une bonne chose. Il faut se dire que la France est quand même en pointe par rapport aux autre pays dans la prise en charge de la transexualité. (a part l'Iran mais c'est pour d'autre raisons pas forcément morales:mad:) C'est évident comme tu dis qu'on peut toujours faire mieux et améliorer mais c'est déjà pas si mal.
    Que d'erreurs la encore…tu confond l'ald et la reconnaissance étatique.
    D'un point de vue remboursement sécu, en effet, la transidentité a bel et bien été retiré des "maladies mentales" puisque ce n'est plus au titre de la souffrance psychologique que l'on peut prétendre se faire rembourser quoique ce soit.
    Malgré tout, L'état représenté autant par le ministère de la santé que celui de la justice considèrent que nous devions, en bons déviants mentaux, justifier notre état d'esprit, passer devant une évaluation psychiatrique d'au moins 2 ans (rien que ca), afin d'avoir le droit d'approcher les hormones, et puis le ministre de la justice, pareil, pour prétendre a une rectification d'etat civil, il faut la encore, subir diverses "evaluations" psychiatriques et phisiologiques.

    Tes certitudes et ton air de "c'est quand meme pas si mal en france" sont d'une violence inouie a entendre pour les personnes qui justement sont regardées de haut par les medecins et les juristes. Je connais des personnes qui ont attendus des années et des années avant de se faire lourder au principe meme qu'elles n'etaient "pas assez convainquante en femme"….tu te rend peut etre pas compte, mais cela revient a dire a une personne qu'elle devra vivre dans sa prison intérieure simplement parce qu'elle n'es pas assez féminine..simplement par exemple parce qu'elle peut choisir de ne pas se conformer a tel ou tel stéréotype sexiste…
    Posté par breizh
    Je suis d'accord avec toi, le suivi psychologique est lourd et sans doute à reconsidérer. Ensuite comme tu l'as dit les transsexuels sont des personnes victimes d'une grande détresse psychologique. Je pense qu'un accompagnement psychologique est bénéfique à ces personnes,(accompagnement d’ailleurs mis en place dans de nombreuses ALD type diabète, MND, etc. Pourtant ce ne sont pas des personnes considérée comme malades mentales!). Ne serai ce qu'avant l'opération de changement de sexe, c'est quand même une procédure très lourde et grave sur le plan psychique.
    (D’ailleurs j'aimerai bien l'avisd'un ou une transsexuel(le) sur ce sujet la.)
    tu as mon avis : aujourd'hui, aucune des equipes hospitalières qui se disent "spécialistes" des trans ne proposent de suivi psychologique. Il demandent seulement des évaluations psychiatriques afin de pouvoir justifier de selectionner ou d'écarter une personne dont ils ne se disent pas "convaincus". cet abus de position dominante n'a pas lieu d'etre quand les gens sont en réelle souffrance en face d'eux.

    Posté par breizh
    Les opérations desquelles résultent la féminisation du visage ne peuvent légalement être qualifiées de CP « curative » (sinon cf avant naître homme est une maladie), ni de CP reconstructrice car on répare pas un « traumatisme » entraînant une modification de l’état du corps (J'ai essayé de simplifier au max mais dite moi si vous n'avez pas compris, c'est des notions purement administratives et juridiquespouvant être compliquées!).
    Il s'agit donc de chirurgie esthétique pure, ce qui n'induit pas que la nécessité psychologique ressentie par ces personnes est inexistante. Je te garanti qu'a l’hôpital je vois des personnes dont les « problèmes physiques » d'apparence bénins sont des sources de malaise incroyable (genre une fille qui voulait se dé-scolariser parce qu’elle ne supportait plus les regards vers ses lobes d'oreilles asymétriques:oo:)

    ah bon….la chirurgie n'est prise en charge en france qu'en cas de chirurgie curative ou reconstructrice apres traumatisme….j'aimerais savoir d'ou tu sors cela…

    ce sont les enfants qui sont nés avec un pied bot, un bec de livre qui vont etre content alors de savoir qu'ils n'entre dans aucune des 2 catégories.

    les intersexués aussi, que l'on opère de force a la naissance simplement pour que papa-maman soit rassuré de la case dans laquelle mettre le petit dernier…
    non, sincèrement, tu formule ici beaucoup de tes certitudes avec une formulation de "j'y connais".

    je t'en prie, un peu d'humilité avant de balancer des choses comme ca, et demande a des personnes qui ont une vision un peu plus éclairée et surtout large du sujet….
  4. BreizhBreizh

    Le 20 janvier 2013 à 18:24

    Posté par unefilleetoilee
    Spoiler!
    Lorsqu'une femme se fait raboter le visage, retoucher, la majeur partie du temps elle tente d' améliorer son physique afin de rentrer dans la norme prescrite par la société. C'est le même acte que les transsexuels.

    Je ne sais pas d'ou tu tire tes certitudes qui m'irritent quelque peu, mais je te garantie que la personne qui démarre une transition a 45 ans avec un passé de rugbyman, 90 Kg, avec un visage d'une virilité sans faille, la pomme d'adam saillante, une peau qui n'a jamais vu de creme hydratante, et qui a passé la majeure partie de sa vie a jouer au mec le plus viril possible, ben celle la aura des problèmes qui seront a des années lumières de ceux d'une femme bio qui certes, se sentira peut etre moche, mais ne se verra pas balancer en pleine poire toute la journée des "monsieur" lorsqu'elle est habillée dans une tenue féminine…
    J'ai vérifié et la transsexualité est bien considéré comme une ALD hors liste ne relevant plus des maladies mentales. Ensuite le fait qu'en France elle soit encore considéré par certains comme une maladie, une déviance, et bien que veut tu, il faut du temps pour changer les mentalités.
    Que les hormones, le changement de sexe, l'accompagnement soient pris en charge 100 % par la SECU est déjà une bonne chose. Il faut se dire que la France est quand même en pointe par rapport aux autre pays dans la prise en charge de la transexualité. (a part l'Iran mais c'est pour d'autre raisons pas forcément morales:mad:) C'est évident comme tu dis qu'on peut toujours faire mieux et améliorer mais c'est déjà pas si mal.
    Que d'erreurs la encore…tu confond l'ald et la reconnaissance étatique.
    D'un point de vue remboursement sécu, en effet, la transidentité a bel et bien été retiré des "maladies mentales" puisque ce n'est plus au titre de la souffrance psychologique que l'on peut prétendre se faire rembourser quoique ce soit.
    Malgré tout, L'état représenté autant par le ministère de la santé que celui de la justice considèrent que nous devions, en bons déviants mentaux, justifier notre état d'esprit, passer devant une évaluation psychiatrique d'au moins 2 ans (rien que ca), afin d'avoir le droit d'approcher les hormones, et puis le ministre de la justice, pareil, pour prétendre a une rectification d'etat civil, il faut la encore, subir diverses "evaluations" psychiatriques et phisiologiques.

    Tes certitudes et ton air de "c'est quand meme pas si mal en france" sont d'une violence inouie a entendre pour les personnes qui justement sont regardées de haut par les medecins et les juristes. Je connais des personnes qui ont attendus des années et des années avant de se faire lourder au principe meme qu'elles n'etaient "pas assez convainquante en femme"….tu te rend peut etre pas compte, mais cela revient a dire a une personne qu'elle devra vivre dans sa prison intérieure simplement parce qu'elle n'es pas assez féminine..simplement par exemple parce qu'elle peut choisir de ne pas se conformer a tel ou tel stéréotype sexiste…
    Je suis d'accord avec toi, le suivi psychologique est lourd et sans doute à reconsidérer. Ensuite comme tu l'as dit les transsexuels sont des personnes victimes d'une grande détresse psychologique. Je pense qu'un accompagnement psychologique est bénéfique à ces personnes,(accompagnement d’ailleurs mis en place dans de nombreuses ALD type diabète, MND, etc. Pourtant ce ne sont pas des personnes considérée comme malades mentales!). Ne serai ce qu'avant l'opération de changement de sexe, c'est quand même une procédure très lourde et grave sur le plan psychique.
    (D’ailleurs j'aimerai bien l'avisd'un ou une transsexuel(le) sur ce sujet la.)
    tu as mon avis : aujourd'hui, aucune des equipes hospitalières qui se disent "spécialistes" des trans ne proposent de suivi psychologique. Il demandent seulement des évaluations psychiatriques afin de pouvoir justifier de selectionner ou d'écarter une personne dont ils ne se disent pas "convaincus". cet abus de position dominante n'a pas lieu d'etre quand les gens sont en réelle souffrance en face d'eux.

    Les opérations desquelles résultent la féminisation du visage ne peuvent légalement être qualifiées de CP « curative » (sinon cf avant naître homme est une maladie), ni de CP reconstructrice car on répare pas un « traumatisme » entraînant une modification de l’état du corps (J'ai essayé de simplifier au max mais dite moi si vous n'avez pas compris, c'est des notions purement administratives et juridiquespouvant être compliquées!).
    Il s'agit donc de chirurgie esthétique pure, ce qui n'induit pas que la nécessité psychologique ressentie par ces personnes est inexistante. Je te garanti qu'a l’hôpital je vois des personnes dont les « problèmes physiques » d'apparence bénins sont des sources de malaise incroyable (genre une fille qui voulait se dé-scolariser parce qu’elle ne supportait plus les regards vers ses lobes d'oreilles asymétriques:oo:)

    ah bon….la chirurgie n'est prise en charge en france qu'en cas de chirurgie curative ou reconstructrice apres traumatisme….j'aimerais savoir d'ou tu sors cela…

    ce sont les enfants qui sont nés avec un pied bot, un bec de livre qui vont etre content alors de savoir qu'ils n'entre dans aucune des 2 catégories.

    les intersexués aussi, que l'on opère de force a la naissance simplement pour que papa-maman soit rassuré de la case dans laquelle mettre le petit dernier…
    non, sincèrement, tu formule ici beaucoup de tes certitudes avec une formulation de "j'y connais".

    je t'en prie, un peu d'humilité avant de balancer des choses comme ca, et demande a des personnes qui ont une vision un peu plus éclairée et surtout large du sujet….
    Je ne vais même pas me donner la peine de répondre à tes attaques, puisque selon toi je n'ai pas "une vision éclairée et large du sujet". Mais qui alors, toi peut être?

    Tu ne me connais pas, ne connais pas ma situation. Je te recommande donc de faire attention lorsque tu parles aux gens.Tu est comme moi et tu n'as donc pas la science infuse.(en particulier lorsque tu vise le personnel soignant, sache que nous ne sommes pas du tout tel que tu  nous décrits mais des êtres humains comme tout le monde .)

    Il est dommage que tu t'enflamme contre des gens avec ce qu'il me semble être une mauvaise interprétation de mes propos.
    Je n'ai montré ni mépris, ni dégoût, ni haine envers les transsexuels. Ces gens que je croisent régulièrement dans le cadre de ma profession sont pour moi des personnes comme les autres. C'est une situation compliquée et je pense que personne n'as une vision complète et juste sur le sujet, ni toi ni moi.

    Nous aurions pu avoir une discussion constructive, et compléter nos expériences.J'ai essayé d’être sympa et non agressive dans mes messages, j'aurais aimé que tu fasse de même .

    Je te laisse donc à ton interprétation personnelle de ce sujet, bonne chance!
  5. une.fille.etoileeune.fille.etoilee

    Le 20 janvier 2013 à 19:01

    Posté par breizh
    Je ne vais même pas me donner la peine de répondre à tes attaques, puisque selon toi je n'ai pas "une vision éclairée et large du sujet". Mais qui alors, toi peut être?

    Tu ne me connais pas, ne connais pas ma situation. Je te recommande donc de faire attention lorsque tu parles aux gens.Tu est comme moi et tu n'as donc pas la science infuse.(en particulier lorsque tu vise le personnel soignant, sache que nous ne sommes pas du tout tel que tu  nous décrits mais des êtres humains comme tout le monde .)

    Il est dommage que tu t'enflamme contre des gens avec ce qu'il me semble être une mauvaise interprétation de mes propos.
    Je n'ai montré ni mépris, ni dégoût, ni haine envers les transsexuels. Ces gens que je croisent régulièrement dans le cadre de ma profession sont pour moi des personnes comme les autres. C'est une situation compliquée et je pense que personne n'as une vision complète et juste sur le sujet, ni toi ni moi.

    Nous aurions pu avoir une discussion constructive, et compléter nos expériences.J'ai essayé d’être sympa et non agressive dans mes messages, j'aurais aimé que tu fasse de même .

    Je te laisse donc à ton interprétation personnelle de ce sujet, bonne chance!


    et pourtant tu y répond.
    et aucune attaque de ma part, juste une mise au clair des raccourcis et inexactitudes que tu avance.

    aucun mépris pour le personnel soignant…quoique, certains psy peut etre, mais il n'y a rien a soigner donc bon.

    je m'enflame parce que tu répand quelque chose de faux et que tu fais des amalgames douloureux pour certaines personnes qui se voient jugées de haut (sisi, relis, tu mélange transsexualité et troubles de son image)

    je te laisse moi aussi a tes certitudes de "personnel soignant", je retourne quand a moi a celles que l'associatif d'aide aux trans m'a apportée…

    Bonne fin de journée, et hugs non rancuniers
  6. ShrapnelShrapnel

    Le 19 février 2013 à 17:07

    Posté par wildfire
    Posté par unefilleetoilee
    je suis encore ahurie de lire de telles choses, de voir qu'il existe des gens qui n'y connaissent rien, prétendent tout savoir, prétendent savoir ce qui est acceptable ou non, et qui n'ont aucun scrupules a juger avec condescendance la vie des autres….leur combat simple pour vivre dans ce monde si normatif….


    "Leur combat simple"….leur combat inutile.
    Je ne suis pas condescendante, ni persuadée de mon intelligence, mais je trouve régulièrement que la société devient, non pas tolérante, mais égocentrique, toute dans la passionnalité. Tiens exemple: chaque fois qu'on a un sujet de société "sensible" sur ce forum, la plupart des réponses sont motivées par la sensiblerie, pas par des propos réfléchis. Alors forcément, il est plutôt bien bon d'asticoter le bien pensant!

    Wildfire tu me fais rire. Tu parles de propos réfléchis alors que tu affirmes de but en blanc qu'il s'agit d'un combat inutile. Où est la réflexion là dedans ?
  7. MayMay

    Le 20 février 2013 à 00:18

    Posté par unefilleetoilee
    le fais est, que beaucoup de trans ont besoin du recours a la medecine pour les accompagner dans leur transition. Mais ce n'est en rien ni un syndrome, ni une maladie. cette position est un abus de position dominante de la part d'un corpus de medecin qui a fais des trans leur fond de commerce. ils peuvent ainsi publier ce qu'ils veulent  et ont une mainmise presque dogmatique. rien qu'a voir le fameux "que-sais-je" rédugé par un medecin pour qui les trans ne sont que des pervers qui ; je la cite : "sont des caricatures, pathétiques, des travelos sans talents".

    cette mainmise n'est, et c'est la le drame de la comunauté trans, meme pas dénoncé par l'ensemble des trans qui, pour certains, ont intégré cette transphobie médicale pour mieux se sentir en conformité avec ce que la médecine attend d'eux…

    Mais, clairement, tu proposes quoi? Parce que le suivi médical, c'est la case obligée. Alors quoi? Hormones en libre service? Qu'en pratique le suivi médical ne soit pas top, je veux bien le croire, mais il me semble primordial.

    Posté par unefilleetoilee
    Malgré tout, L'état représenté autant par le ministère de la santé que celui de la justice considèrent que nous devions, en bons déviants mentaux, justifier notre état d'esprit, passer devant une évaluation psychiatrique d'au moins 2 ans (rien que ca), afin d'avoir le droit d'approcher les hormones, et puis le ministre de la justice, pareil, pour prétendre a une rectification d'etat civil, il faut la encore, subir diverses "evaluations" psychiatriques et phisiologiques.

    tu as mon avis : aujourd'hui, aucune des equipes hospitalières qui se disent "spécialistes" des trans ne proposent de suivi psychologique. Il demandent seulement des évaluations psychiatriques afin de pouvoir justifier de selectionner ou d'écarter une personne dont ils ne se disent pas "convaincus". cet abus de position dominante n'a pas lieu d'etre quand les gens sont en réelle souffrance en face d'eux.

    Là encore, je comprends que l'évaluation psychiatrique soit douloureuse mais (si elle est bien faite) permet d'éviter de nombreux désagréments. C'est un traitement lourd qui découle de cette évaluation, il est donc légitime de s'assurer que cela ne va pas décompenser une pathologie psychiatrique sous jacente…

    Mais tu sais, ce passage obligatoire par la psychiatrie n'est pas le propre des transgenres. Par exemple, TOUS les patients potentiellement candidat à une chirurgie de l'obésité doivent avoir plusieurs consultations avec un psychiatre qui peut décider de contre indiquer une chirurgie. Et c'est normal, ça entraine une perturbation profonde de l'image du corps.

    Après, tu affirmes donc connaitre TOUTES les équipes spécialisées afin de dire qu'aucune ne propose un suivi psychologique?
  8. une.fille.etoileeune.fille.etoilee

    Le 20 février 2013 à 03:45

    Posté par profile
    Je trouve qu'elle a quand même un visage masculin.
    Maintenant, en parlant de chirurgie pour accentuer les traits du "nouveau sexe", beaucoup de filles "bio" (pour reprendre un terme que je viens de lire ici) ont peu de poitrine et on un visage peu féminin (cf. une fille de ma classe). Donc moi aussi je vois la chirurgie un peu par confort, pour paraître plus "jolie": car la fille "bio" qui a la machoire un peu trop carrée, n'est plus une fille?

    Il y a une différence entre la personne qui a un visage peut etre masculin a ton gout, c'est subjectif en effet, mais qui ne verra pas son identité propre remise en cause simplement a cause de ses traits de visage.

    il faut etre clair; une personne trans pars deja avec des traits physiques qui ne lui sont pas favorables dans son acceptation et qui sont irreversibles. Alors certaines opé ne sont pas des opé de confort, mais belles et bien des opé d'insertion sociale…
  9. une.fille.etoileeune.fille.etoilee

    Le 20 février 2013 à 04:06

    Posté par may-2
    Là encore, je comprends que l'évaluation psychiatrique soit douloureuse mais (si elle est bien faite) permet d'éviter de nombreux désagréments. C'est un traitement lourd qui découle de cette évaluation, il est donc légitime de s'assurer que cela ne va pas décompenser une pathologie psychiatrique sous jacente…

    Mais tu sais, ce passage obligatoire par la psychiatrie n'est pas le propre des transgenres. Par exemple, TOUS les patients potentiellement candidat à une chirurgie de l'obésité doivent avoir plusieurs consultations avec un psychiatre qui peut décider de contre indiquer une chirurgie. Et c'est normal, ça entraine une perturbation profonde de l'image du corps.

    Après, tu affirmes donc connaitre TOUTES les équipes spécialisées afin de dire qu'aucune ne propose un suivi psychologique?



    Ce que je propose n'est ni plus ni moins que ce que demandent certaines asso. L'acces aux soins (hormones ou chirurgie) ne devrait etre soumise a rien d'autre qu'a une demande de consentement éclairé. Comme c'est le cas il me semble pour une IVG

    ensuite, concernant l'évaluation psy, il a été démontré depuis le nombre d'années qu'elle est éxigé, qu'elle est biaisé et donc inutile, simplement infantilisante et moralement violente.
    pourquoi biaisée? parce que si tu veut obtenir de ton psy ton attestation, tu va lui dire ce qu'il veut entendre, tu va lui dire que oui, tu joue a la poupée depuis que t'es enfant, que oui, tu va bien devenir une fille hétéro (et autre horreurs moyennageuses qu'ils aiment entendre/exigent)
    un accompagnement psyCHOLOGIQUE, je suis pour
    une evaluation psyCHIATRIQUE, je suis contre.
    la personne qui emmet une telle demande sais pourquoi elle est la, et n'a pas a convaincre un psy en lui disant ce qu'il veut entendre.

    et donc, comme je le disait au dessus, un simple concentement eclairé, eventuellement on pourrait proposer un accompagnement psychologique, mais cela devrait suffire…les personnes ont le droit a l'autodetermination(devraient avoir le droit) sans que la médecine ne cherche a avaliser ces vies

    pour conclure, je ne connais pas TOUTES les équipes hospitalières gérant les trans en france, mais etant donnée qu'elles sont peu nombreuses (une a paris, une a bordeau, une a lyon, et celle de marseille n'a pas de chirurgien) et que la comunautée trans a fait circuler depuis longtemps les exigences de ces équipes, je peut affirmer qu'aucune n'offre de suivi psychologique; le psychologue participe comme ses confreres au collège d'éligibilité d'une personne a la transition. Une fois opérée, la personne est livrée a elle meme. rien ne l'empeche cependant de se trouver un psychologue elle meme, mais la n'est pas la question

    Si cela vous interesse de savoir la réalité des équipes hospitalières(un petit peu) et de la transition en france : 2 militants en parlent tres bien

    http://www.dailymotion.com/video/x9kocv_sophie-transgenre_news?start=1#.USQ7uqVLOm0

    http://www.dailymotion.com/video/x9kq5n_david-transgenre-ftm_news#.USQ8_KVLOm0

    j'aime bien le discours tenu par ces 2 militants que je connais bien parce qu'il n'exclu je pense a priori aucune personne, il ne cherche surtout pas a dire qui est trans et qui ne l'est pas…il prend en compte la réalité des diversités…
  10. une.fille.etoileeune.fille.etoilee

    Le 06 août 2013 à 08:57

    tiens, en relisant ce sujet, une phrase me dérange…

    "une procédure de féminisation du visage – une étape très importante dans la transition d’homme à femme"

    c'est donc une étape importante dans la transition…mince alors, moi qu'en ai pas fait, j'ai l'impression d'avoir raté quelque chose…

    plus sérieusement, c'etait peut etre (ou pas d'ailleurs) important pour elle, ca n'est en rien obligatoire ou important pour les autres…

    penser que tous les trans veulent subir une opération de chirurgie génitale est du meme ordre…c'est une affirmation fausse et qui fait beaucoup de tord aux trans qui ne souhaiteraient pas forcément passer par cela mais qui se sentent un peu obligés par ce genre de croyance…

Tu dois être inscrite pour lire l'intégralité des réactions ou commenter !
Identifie-toi ou clique ici pour t'inscrire, c'est gratuit !