« Chères Vingtenaires », la lettre de Navie, notre grande soeur

Navie est un peu plus âgée, mais pas suffisamment pour avoir oublié ce que c'est d'avoir 20 ans dans ce monde, dans lequel elle a galéré aussi... et continue de galérer parfois. Lettre d'une grande soeur à toutes celles et ceux qui n'en ont pas, dont les mots guident, et apaisent les tracas.

« Chères Vingtenaires », la lettre de Navie, notre grande soeur

— Article initialement publié le 1er janvier 2016

Chèr•es Vingtenaires,

Pour vous je suis une grande, j’ai 30 ans et trois poussières (une poussière durant une année) je suis mariée, j’ai un enfant. Je n’ai pas l’âge d’être votre maman soyez polie, mais je pourrais être votre grande sœur. Et moi j’ai pas de grande sœur, mais j’aurais bien aimé. En tout cas, j’aurais bien aimé qu’elle me dise tout ça.

Parlez à vos parents

Plus tôt vous dessinerez la relation d’adultes que vous entretenez avec ceux qui vous ont fait venir au monde, mieux ce sera

Après l’enfance et la crise d’adolescence vient l’âge adulte. Vous avez remarqué, quand on commence à prendre du recul sur nos parents, on réalise qu’il y a deux, trois choses qui ne nous vont pas dans le rapport qu’on entretient avec eux. Vous pouvez choisir de ne pas y prêter attention, vous dire « qu’ils sont comme ça, on s’en fout ». Sachez que c’est une erreur, plus tôt vous dessinerez la relation d’adultes que vous entretenez avec ceux qui vous ont fait venir au monde, mieux ce sera. Un des grands problèmes des trentenaires/quarantenaires c’est d’être complètement englués dans des relations malsaines avec leurs proches, qui leur bouffent la vie, qui les rendent aigris. Étranglez ce problème le plus tôt possible.

big-parents-emancipation

À lire aussi : Lettre à mon papa, qui vote désormais FN

On se remet

« À la fin, c’est nous qui gagne » on se répète souvent ça avec Sophie-Marie Larrouy. Quand on chiale dévastée par un problème, on conclue toujours que :

« Au fond, je sais que ça va aller »

Parce qu’on sait, on a l’habitude, depuis nos 20 ans, on vit des périodes de creux. Chagrin d’amour, galère de thune ou parfois des choses plus graves. On a le sentiment que rien ne sera plus comme avant, et pourtant on se relève. Ça s’appelle la résilience, c’est beau, on a un cœur qui souffre, mais un instinct de survie qui nous pousse à avancer, la tête haute, en boitant un peu. Quoiqu’il vous arrive tout de suite, promis, ça ira mieux, bientôt.

big-rupture-parole-psychologie

Consultez un psy

Les psychologues et psychiatres, s’accordent à dire qu’ils regrettent la moyenne d’âge de leurs patients. Tous viennent guérir des maladies qui prennent racines dans leur enfance. Il est parfois un peu tard pour tout changer. Vous avez la vie devant vous alors, soignez vos bleus à l’âme comme on soigne un rhume, en allant voir un professionnel. Un psy c’est pas obligatoirement deux séances par semaines pendant 10 ans. Ça peut être une consultation de temps en temps quand ça ne va pas.

big-bonheur-psychologie-resolutions

Aimez-vous

Pour réussir sa vie, vous pensez parfois qu’il faut des diplômes, être bien né, avoir le bon patrimoine génétique, l’entourage le plus génial. Tout ça aide… Mais rien n’est possible sans la confiance en soi, et cette confiance elle s’acquiert en ayant à la fois de l’amour et du respect pour soi. Plus vous serez bienveillant avec vous-même, plus vous serez fort et alors rien ne sera impossible.

big-lettre-ouverte-corps

Rien n’est impossible

J’ai de la chance, en 13 ans (de mes 20 à aujourd’hui donc) j’ai rencontré des gens qui m’ont aidé à comprendre que quand on veut, très fort, on peut TRES FORT. En étant son propre cheerleader, on se positionne socialement comme un winner. Tu vas réussir, parce que tu le veux, et surtout parce que tu sais que tu le peux.

big-ambition-revelation

À lire aussi : Mes ambitions d’enfant vs. mes ambitions d’adulte

Rien n’est écrit

On est le capitaine de son propre bateau. On n’est pas responsable des tempêtes mais on est à la barre et on peut virer de cap

J’ai fait une fac d’Histoire, j’ai travaillé dans la pub, je suis auteure. J’ai saisi des opportunités, j’en ai loupées, mais toutes mes expériences cumulées (bonnes comme mauvaises) m’ont amené à cette minute mercredi 30 décembre 2015, où j’ai eu envie de vous écrire, comme ça pour rien. J’aime écrire, j’ai décidé de devenir auteure, j’ai frappé la porte des maisons d’éditions et j’ai eu du travail. Pas parce que je suis meilleure qu’un autre, tout simplement parce que j’avais décidé que ce serait ma vie. Je ne répéterai jamais assez qu’on est le capitaine de son propre bateau. Vous n’êtes pas responsable des tempêtes, mais c’est vous à la barre, et vous pouvez virer de cap, n’en déplaise à la terre c’est VOTRE transatlantique à vous.

big-vie-adulte-scenario-film

Aimez

Pour une nuit, pour des années, pour une poignée de secondes ou un moment d’éternité, AIMEZ ! 10 ans plus tard c’est ce qu’il reste. Pas la mauvaise note à un TD, pas l’embrouille avec l’amie d’enfance, ce qu’il reste c’est les moments d’amour : les douloureux comme les plus beaux, toujours l’amour. Ne vous économisez jamais là dessus, promis à 30 piges, votre cœur fera la taille des États Unis.

big-rescapee-bataclan-13-novembre-temoignage

À lire aussi : Rescapée du Bataclan, j’ai envie de dire « merci » à tant de gens

Pardonnez

On reproche souvent « aux jeunes » d’être radicaux, tranchés, impulsifs « la fougue de la jeunesse ». En vieillissant, on réalise qu’il faut lâcher du lest, prendre le temps, et pardonner plutôt que ruminer. C’est du temps de gagné, de la paix intérieure.

big-age-adulte-decouvertes

Vivez

Vous avez vu comme la vie est cruelle. Alors croquez-la à pleine dents

Vous avez vu comme on a flippé pendant les attentats du 13 novembre. Comme la vie est cruelle. Vous avez vu, on est jeunes et on peut mourir, alors qu’on fait la fête, qu’on écoute de la musique, insouciants parce qu’on a la vie devant soi. Je voudrais que vous croquiez la vie à pleine dents (je suis si vieille en écrivant ça), mais la vérité c’est que croquer la vie c’est seulement être toujours en phase avec ce que l’on fait.

big-video-madmoizelle-attentats-13-novembre

À lire aussi : Les attentats du 13 novembre, quand le quotidien vole en éclats

Glander avec sa coloc, dormir l’après midi au lieu d’aller en cours, visiter ses parents le dimanche même si ça nous saoule mais quand même une part de vraie tarte ça fait plaisir. Bref. Vivez. Aimez. Embrassez. Pleurez. Jouez. Travaillez. Votez. Réfléchissez. Riez. Dansez. Baisez. Pensez. Aimez. Je l’ai déjà dit, mais c’est le plus important. Je dirais même plus : aimez-vous. 


Je vous embrasse tous fort, et vous souhaite une très belle année 2016.

motivation-epanouissement

À lire aussi : De bien bonnes résolutions pour 2014

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 42 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Blaiize
    Blaiize, Le 9 janvier 2016 à 15h53

    "Pas parce que je suis meilleure qu’un autre, tout simplement parce que j’avais décidé que ce serait ma vie." Cette phrase m'a beaucoup réconforté. Ayant été élevée avec la phrase "En tant que femme noire de devras être trois fois plus douée pour réussir" ça me fait du bien de me dire qu'être trois fois plus motivée peut suffire. Je ne me sens pas particulièrement brillante et au lieu de me pousser, ce genre de remarque de mes parents m'empêche plutôt de me bouger.
    Merci Navie <3 ça va aller directement dans mon dossier d'écrits motivants avec ceux de Hippie Jack (entre autres).

Lire l'intégralité des 42 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)