Celui qui… ne voulait plus faire d’effort

Il y a ceux qui sont des salauds, ceux qui sont trop collants ou encore ceux qui trompent. Et puis il y a ceux qui sont tout simplement eux-mêmes.

Celui qui… ne voulait plus faire d’effort

semaine-amour

C’est un début de relation classique et plutôt joyeux. Je suis bien célibataire, j’hésite. Et puis je me sens bien avec lui. Alors on fonce en se disant qu’on verra plus tard. Et plus tard c’est maintenant.

Pourtant dès le début, j’avais tous les éléments à ma disposition. Je savais dans quelles conditions tout allait foirer, comment, avec quels mots et pour quelles raisons. Et je sais qu’elles sont nombreuses les relations qui commencent avec une date de péremption, mais comme dit Alfred de Musset, qui avait oublié d’être un idiot :

 « J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. »

Alors moi et plein d’autres gens bourrés de bonne volonté : on fonce. En se disant que peut-être…

Les amoureux sont au départ… 

Comment vit-on une relation avec une épée de Damoclès au-dessus du lit conjugal ? On fait des efforts. Beaucoup d’efforts pour arrondir les angles, proposer une alternative, créer un climat bienfaisant, en se disant qu’avec le temps… Et puis les efforts sont toujours récompensés non ? Ça se passe comme ça à l’école : on fait des efforts et l’on a une bonne note. Et moi j’ai toujours été bonne élève.

Alors on regarde sa moyenne dans les différentes matières : le sexe ? Super. La belle famille ? R.A.S. Les amis ? Apprivoisés. À ce stade de la relation, ça commence presque à ressembler à du bonheur et on rentre dans une nouvelle phase où l’on oublie tous les avertissements qu’on avait pourtant très clairement perçus au départ.

Vient la routine qui semble bétonner toutes nos assurances. On y est, on a pu dépasser ce stade, une nouvelle porte s’ouvre devant ce couple mal engagé, alléchante. Enfin, la récompense. On vire les ceintures de sécurité : on se projette.

Et là c’est le crash parce que, bien sûr, on ne change pas quelqu’un simplement en étant heureux. Et surtout parce qu’à force de faire des efforts, on perd au passage ce qu’on est soi-même, un sacrifice qu’il n’est pas bon de faire pour qui espère voir son couple durer.

Je suis restée en couple pendant deux ans avec une personne qui n’était prête ni pour l’engagement ni pour une relation stable, qui avait besoin que ça bouge, d’avoir l’impression de vivre une vie de roman et de se sentir libre. Un peu immature. Moi aussi.

Je pensais l’apaiser mais on n’apaise pas un angoissé avec de la tendresse, et une petite amie qui doit gérer ses propres soucis est rarement une psy qualifiée pour transformer une personne cyclique en chantre de la relation longue durée.

Il n’y a bien que dans les fictions que ce genre d’histoire peut marcher…

Clairement j’ai aujourd’hui l’impression d’avoir joué, et perdu. Mon temps mais surtout mon énergie.

Proprement, sagement, il m’a quittée. Sans rancoeur ni histoire sale, juste parce que les sentiments n’étaient plus là, et parce qu’il fait beau et que c’est un temps à se barrer à l’aventure plutôt qu’à mater des séries au lit. Il se cherchait alors il a été voir ailleurs s’il y était. 

Cette rupture met fin à deux ans d’un sentiment tenace d’insécurité et dans un sens je suis soulagée. Dans l’autre, je me demande comment l’on peut s’engager dans ce genre d’histoire, et je sais que je ne suis pas la seule.

Il y a des gens qui s’embarquent dans ce genre d’aventure en croyant changer l’autre. Ce n’était pas mon cas. Je pensais qu’accepter totalement une personne était suffisant et que les jours passant feraient leurs affaires, l’âge aussi. Et le sentiment de vivre quelque chose d’assez important pour le privilégier aux dépens d’une malheureuse habitude à l’auto-sabordage.

Mais il faut parfois savoir faire un constat simple : rien, pas même la stabilité, ne change celui qui ne veut pas changer. Ou qui ne peut pas changer. Et ce n’est peut-être pas plus mal.

Résumer la fin d’une histoire à une erreur de timing a quelque chose d’assez sadique, et c’est pourtant peut-être juste ça. Car il n’avait rien à me reprocher, en fait ces derniers temps étaient paisibles, sans histoire. Mous ? Peut-être…

Peut-être que la prochaine fois je choisirais un quinquagénaire, pas sûre que ça marche bien mieux… Peut-être que le prochain sera roux, qu’il me trompera ou qu’il sera espagnol. J’espère juste que je pourrais vivre quelque chose de simple.

Et en même temps je me demande : à l’heure du zapping, pourquoi s’entêter à faire des efforts quand on peut tout simplement arrêter et recommencer quelque chose, l’émotion des débuts en supplément ?

On se sépare facilement aujourd’hui, et c’est sans doute une bonne chose, mais qu’est-ce qui nous déterminera alors à persévérer ? Des enfants ? Cet argument qui pouvait être suffisant à l’époque de nos parents ne l’est plus. L’argent ? Ce serait bien triste. En période de crise économique les soucis au travail, les soucis d’argent, incitent à s’installer ensemble plus vite, pas forcément pour les bonnes raisons.

On remet en question la notion même d’amour, qu’il dure trois ans, qu’il soit chimique ou simple construction sociale basée sur l’homogamie, le fait de se mettre avec un partenaire du même rang social que soi-même, toujours est-il qu’aucune réponse ne nous est donné en échange et que la question de la raison d’être même du couple devient bien plus cinglante à la première difficulté.

Alors à côté de ça on improvise : on fait des efforts mais sans savoir vraiment pourquoi. On multiplie les positions sexuelles, on achète des dessous sexy pour éviter la routine, on s’organise un rituel au restaurant, on devient libertin. On se résigne, peut-être ?

N’ayant jamais dépassé la date fatidique des deux ans, je n’ai aucune réponse plus concrète à apporter, juste le constat étrange d’avoir été trompée sur la marchandise devant chaque comédie romantique.

J’aimerais bien des explications sur ce qu’il se passe après le : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Par curiosité… 

Bienvenue dans la vraie vie.

Sommes-nous devenu feignants ou au contraire trop exigeants ? Je ne sais pas. Toujours est-il que lui ne voulait plus en faire, des efforts. Et il est parti sans que j’ai eu le temps de me rendre compte de l’instant critique que nous vivions, sans que je puisse réagir, parler, tenter de trouver une solution.

Je me sens aussi soulagée que frustrée face à un échec que j’avais vu venir mais que j’avais cru résoudre. Sur mon bulletin amoureux la phrase « peut mieux faire » vient condamner une relation qui était pourtant belle. Et qui aurait pu durer. Avec quoi, un peu plus d’efforts ? De temps ? De sexe ? De passion ? Lui-même ne le sait pas : je ne le saurai donc jamais et plus que de l’avoir perdu, c’est bien ça qui aujourd’hui me ronge.

Cette notion d’effort qu’on retrouve partout, des magazines féminins au système scolaire, systématiquement attachée à la notion de récompense dans une société qu’on souhaiterait méritocratique, atteint ici ses limites : on ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut. Mais si on essaie, on peut avoir ce dont on a besoin…

Alors à l’heure de faire les comptes, je crois bien que tout ça… Ça m’a changé ! Et pour mon bien. Parce que j’en avais besoin. 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 44 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Minguinho
    Minguinho, Le 14 juillet 2014 à 23h45

    endless;4821574
    L'histoire de ma viiiiiie :yawn:!


    Comme le dit @.-Anaïs-.  , pour ma part il y avait sûrement cette peur d'accepter l'échec.

    Attention, pavé :shifty: (ne pas citer :fleur:)



    Spoiler

    Mais je me reconnais TELLEMENT dans ce que tu dis! Je trouve ça horrible quand la personne te dit "tout est parfait, mais il n'y a pas le petit truc". Pourquoi, POURQUOI? Je crois qu'il ne faut pas chercher plus loin. La personne ne nous correspond pas. C'est dommage, ça aurait pu être beau, mais ça ne sert de se battre quand l'autre s'est déjà résigné.

Lire l'intégralité des 44 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)