5 teen movies sortis après 2010 qui valent le détour

Vous avez déjà écumé tous les teen movies des années 90 et 2000 ? Qu'en est-il de ceux qui sont sortis après 2010 ? Voici cinq films qui pourraient vous plaire si vous appréciez le genre !

5 teen movies sortis après 2010 qui valent le détour

En tant que bonne représentante de la génération Y, les teen movies américains, ça me connaît.

Lolita malgré moi, Freaky Friday, Quatre filles et un jean… De nombreux long-métrages nous ont fait rêver avec leurs bals de promo, leurs activités extrascolaires et autres american dreams.

Et j’entends déjà les « c’était mieux avant ».

Mais pas tant que ça ! Avec la sortie de Power Rangers mercredi 5 avril, je me suis rendu compte que j’aimais toujours ce genre et que certains films étaient aussi chouettes.

Le teen movie, c’est le genre qui permet de montrer les peines adolescentes, la quête initiatique, plein de petites choses qui rappellent notre passé ou notre présent.

Et le choix est vaste. Pour délimiter mes possibilités, j’ai décidé de me concentrer sur les films sortis après 2010 qui se déroulent uniquement au lycée, pas après.

À lire aussi : La série 13 Reasons Why, touchante et poignante, sur les peines adolescentes

Power Rangers, entre nostalgie et actualité

J’avoue, je suis une adepte de l’adaptation américaine des Super Sentai japonais. La franchise Power Rangers, c’était kitsch au possible, avec des costumes flashy, voire en carton, qui faisaient vraiment sourire.

Et ne parlons pas des effets spéciaux : les venins ou autres poisons ressemblaient à de la mousse !

Ce nouveau Power Rangers version 2017 remplit complètement le cahier des charges de ce qu’est un bon teen movie pour moi. On y trouve des personnages attachants et soudés, du fun, une histoire simple et proprement bouclée.

Des lycéens un peu paumés dans leurs vies et rejetés pour diverses raisons trouvent par hasard des médaillons qui luisent d’une couleur différente. Vous avez compris, on a nos élus Rangers.

Les scénaristes ont bien saisi les enjeux pour les adolescent•es, la marginalité, le rejet et tout le côté Breakfast Club. Et il n’y a pas de romance gratuite !

En revanche, la partie Power Rangers et combat en armure laisse un peu à désirer. Coté action, ce nouveau film pèche un peu. Pourtant, la réalisation titille la curiosité dès le départ avec une scène d’accident de voiture d’un point de vue interne.

Mais même si les armures et le morphing sont super chouettes, on ne voit pas assez les Zords, ni de près ni de loin !

Pour vous convaincre, sachez que que Bryan Cranston et Elizabeth Banks font partie du casting !

C’est sûrement parti pour 5 suites supplémentaires, et si cette saga suit le schéma classique des Power Rangers, on peut s’attendre à ce qu’un sixième combattant vienne aider à abattre un ennemi encore plus puissant que Rita.

En tout cas, j’ai eu un gros coup de cœur pour ces ados modernes et réalistes.

This Is Not a Love Story, un titre à prendre littéralement

Sous ce titre un peu romantique ne se cache pas la production à laquelle vous pourriez vous attendre. This Is Not a Love Story — ou en VO Me and Earl and the Dying Girl — est une ode à l’amitié.

Greg passe son temps à réaliser des parodies de films avec son meilleur ami Earl, jusqu’au jour où il est obligé de sympathiser avec Rachel, une amie d’enfance avec qui il avait plus ou moins rompu les liens à mesure que le temps passait.

Vous l’avez deviné, la « fille mourante » en question c’est Rachel, qu’on voit dans la bande-annonce et qui est atteinte du cancer.

À lire aussi : Comment le cancer affecte la vie des jeunes de France

Dans les films où la maladie repose au centre de l’histoire, on est souvent déchiré entre le souhait que les gens guérissent et la possibilité qu’ils décèdent afin de mieux coller à la réalité.

Je peux vous dire que vous serez bien tiraillé•es par la situation de Rachel. Tout comme Greg qui hésite entre l’admiration pour cette fille qui lutte et la pitié car elle est condamnée.

Et visuellement, le réalisateur Alfonso Gomez-Rejon (qui a beaucoup bossé avec Ryan Murphy) réussit à insuffler dans ce film une fraîcheur rare !

Ça tombe bien puisque nos héros sont des apprentis réalisateurs. En tout cas, on ne tombe pas dans le mélo et les émotions sont toujours très justes.

This Is Not A Love Story est une ode au cinéma, à l’amitié, à l’adolescence et à plein de choses qu’on n’oubliera pas.

Coïncidence heureuse, RJ Cyler — qui joue également dans Power Rangers — campe l’un des personnages du trio principal.

À lire aussi : Sept teen movies à (re)découvrir

DUFF : le faire-valoir, un vent de fraîcheur

The DUFF est probablement l’un des plus grands héritiers de films comme Lolita malgré moi, Elle est trop bien, John Tucker doit mourir, de ces purs produits avec des reines du lycée.

Souvent, dans ce genre de teen movie, les filles se tirent dans les pattes sans s’accorder un regard.

Ce que je trouvais pas mal dans John Tucker doit mourir, c’était la coalition que les ex avaient formée — certes dans le but de détruire John Tucker, de prime abord, mais elles avaient réellement sympathisé par la suite.

Dans The DUFF, l’amitié entre filles est mise à mal mais existe bel et bien.

Bianca, Casey et Jess représentent le trio de meilleures amies par excellence, jusqu’au jour où la première réalise qu’elle porte le signe de la DUFF : designated ugly fat friend, l’amie moche et grosse qui sert de faire-valoir aux autres.

Elle va alors demander à son voisin et ami d’enfance, le mec super populaire du lycée, de la relooker et de l’aider à mieux présenter pour se placer au même niveau que ses amies qui l’ont trahie selon elle.

Mae Whitman est excellente, sarcastique à souhait, attachante et drôle. The DUFF ne fonctionnerait pas aussi bien si l’héroïne avait été interprétée par quelqu’un d’autre.

Elle assume sa personne, réussit à s’accepter, et rappelle que la solidarité féminine, c’est un concept fort chouette.

À lire aussi : Les meilleures scènes de relooking du cinéma

The Edge of Seventeen, dialogue à double niveau

Le cynisme des deux personnages principaux de The Edge of Seventeen est parfois insupportable.

Mais c’est normal : Nadine, l’héroïne du film, est dépressive. Son prof, M. Bruner, a abandonné tout espoir du bonheur. Je vous laisse donc imaginer les deux ensemble.

Il faut dire que la vie de Nadine ne s’écoule pas tranquillement.

Elle n’a pas vraiment d’amis à l’école sauf Krista, sa meilleure pote. Elle fait partie des gens chelous alors que son frère aîné est ultra populaire. Son père, le seul type à trouver grâce à ses yeux, meurt soudainement d’une crise cardiaque.

Le spectateur se délecte des discussions entre Nadine et M. Bruner et leur ping-pong de répartie.

Et Hailee Steinfeld et Woody Harrelson se complètent parfaitement. Leurs questions existentielles remettent en perspective tes opinions dans ta propre vie, ce qui est le but recherché.

Bien sûr, il n’y a pas qu’eux dans l’histoire. La réalisatrice se focalise sur toutes les relations qu’essaye d’entretenir Nadine, et c’est pas toujours évident de naviguer dans les eaux troubles de l’adolescence.

The Edge of Seventeen est très drôle, même s’il ne faut pas toujours le prendre au premier degré.

The Spectacular Now, la fin de l’adolescence

Tout le monde connaît Nos étoiles contraires, mais peu de gens ont entendu parler de The Spectacular Now. La similitude ? Shailene Woodley !

Sauf qu’elle forme un couple non pas avec Ansel Elgort mais avec Miles Teller. Autour d’eux, on trouve Mary Elizabeth Winstead, Kyle Chandler et même Brie Larson. Niveau casting, on approche de la perfection.

Sutter finit sa terminale et fait partie de la clique des gens qui font la fête toutes les semaines et qui se saoulent régulièrement.

Il fait la connaissance d’Aimee, qui symbolise tout de la fille un peu coincée et conservatrice, après une soirée particulièrement arrosée. Et cette rencontre va changer leurs vies à tous les deux.

Il y a un ton super juste dans ce film pour ados et un thème très important : le rapport à l’alcool.

Je me suis souvent demandée si notre génération n’était pas plus alcoolique que les précédentes car elle allait plus dans les excès. Peut-être que j’ai cette vision erronée à cause d’Internet qui semble crier partout que les gens s’amusent en buvant.

À lire aussi : Suis-je alcoolique ? — Carnets de sobriété #1

Ensuite, bien entendu, The Spectacular Now parle aussi d’amour, mais différemment comme les scénaristes de 500 jours ensemble savent si bien le faire.

L’épanouissement des personnages fait vraiment plaisir à voir et, encore une fois, le film raconte avec réalisme des situations universelles.

Il y a tellement d’autres excellents teen movies qui sont sortis après 2010 ! Quels sont vos favoris ?

À lire aussi : Drazic, Seth Cohen et autres fantasmes datant de ma douce adolescence

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cryhouse
    Cryhouse, Le 18 avril 2017 à 23h00

    Le monde de Charlie? Simon Werner a disparu?

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)