Aurélie Filippetti : le passage érotique de son deuxième roman

Aurélie Filippetti, notre ministre de la Culture, est aussi l'auteure de deux romans. Un extrait de son deuxième ouvrage fait parler de lui aujourd'hui pour ses passages érotiques.

Un homme dans la poche raconte l’histoire d’amour entre une jeune femme et un homme marié. Publié en 2006 aux éditions Stock, le roman était écrit par une normalienne qui s’apprêtait à rejoindre le Parti Socialiste avant d’y connaître le succès et l’ascension que l’on sait. Cette normalienne, vous l’aurez deviné, c’est Aurélie Filippetti, notre actuelle ministre de la Culture.

Technikart a décidé de remettre cette fiction sur le devant de la scène via la bien chatoyante description d’un cunnilingus gentiment exécuté sur l’héroïne du roman. Un passage que nous avons découvert grâce à Alexandre Hervaud sur son compte Twitter (dont nous vous parlions dans nos 50 idées de comptes à suivre sur Twitter).

Je répète pour celles qui ont les yeux sensibles et n’ont pas réussi à lire :

« Toi sous moi, dans une chambre volée, ta tête entre mes cuisses et ta langue glissant en moi, lapant ma vulve, accélérant ton rythme avec l’expérience de tes années passées, mais peut-être était-ce déjà un adieu, tant pis, il était bon, tu me léchais et je fondais longuement dans ta bouche, [eutécé eutécé – cette phrase est beaucoup trop longue]« .

Rien de choquant, donc : mais le fait que ce soit un-e de nos ministres qui soit à l’origine de ce passage érotico-cru et qui utilise l’expression « laper la vulve » m’a fait glousser comme une jeune donzelle plus pure qu’un linge lavé avec Ariel. Un peu comme si j’apprenais qu’un de mes anciens professeurs était l’auteur-e de Fifty Shades of Grey, en quelque sorte.

Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Monoi
    Monoi, Le 11 juillet 2012 à 2h16

    OMG !!!!!!!!!!!!

    mais je m'attendais à mieux quand même ! c'est le passage érotique à la mord-moi le noeud de tous les romans pourris, donc j'imagine le reste...

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)