Amber Rose s’attaque au slut shaming avec « The Walk of No Shame »

Dans une vidéo pleine d'humour, Amber Rose montre que les femmes n'ont pas à avoir honte d'une relation sans lendemain !

La mannequin et actrice Amber Rose est très douée pour dénoncer le sexisme avec humour. Dans une nouvelle vidéo, elle s’attaque à « the walk of shame » (la marche de la honte), expression américaine populaire qualifiant une personne qui retourne chez elle après avoir passé la nuit avec un inconnu.

Ce terme est généralement utilisé à l’encontre des femmes qui rentrent à leur domicile au beau matin, décoiffées et avec les vêtements de soirée de la veille. Cette qualification sexiste culpabilise les femmes qui auraient un « coup d’un soir » en leur faisant comprendre qu’elles devraient avoir honte de leurs actes.

Dans la vidéo The Walk of No Shame, Amber Rose montre aux femmes qu’elles ont aussi le droit d’avoir des relations sexuelles sans lendemain. On la voit sortir de chez son amant, sourire aux lèvres, fière de dire à tout le monde qu’elle vient de coucher avec quelqu’un !

Dans ce sketch de Funny or Die, on retrouve également l’acteur Matt McGorry (Orange is the new black, How to get away with murder) qui interprète le rôle de la conquête d’un soir d’Amber à qui elle ne voudra finalement pas donner son numéro pour qu’il puisse la rappeler.

À lire aussi : Le Walk Of Shame d’Harvey Nichols

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 13 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Oh
    Oh, Le 16 septembre 2015 à 22h05

    Je n'ai jamais dit que c'était une connasse. J'ai dit :

    Oh
    Et la fin ne m'a pas du tout choquée, elle ne comptait pas ni l'appeler ni le revoir, je vois même pas le problème en fait. Elle ne lui doit rien!
    Vous avez dit ça, donc j'ai supposé que vous trouviez son comportement inacceptable, aka "c'est une connasse". C'est mon interprétation, vous n'avez peut-être pas voulu dire ça :
    Whiskie
    ...sauf la fin à mon sens. Son attitude méprisante gâche un peu tout je trouve :hesite: C'est cool les relations sans lendemain&sans donner son 06, mais n'oublions pas qu'il y a(vait) un être humain en face :lunette: Vive le respect mutuel :highfive:
    Whiskie
    C'est pas parce qu'elle ne lui doit rien qu'elle peut envoyer bouler la personne en la regardant de haut en bas avec condescendance :hesite: Il me semble que la base du sex-positivisme, c'est le respect, dont le respect de l'autre.
    Su2534
    c'est un peu nul pour le mec. Apparemment ce n''etait pas un "coup" d'un soir pour les deux. C'est un peu l'utiliser comme défouloir à pulsions sexuelles. Si les deux sont partants ok, mais là, c'est assez ambigue... ce n'est pas très respectueux envers son partenaire (même s'il est temporaire). Du coup on retombe dans le cliché : une femme qui s'assume est forcément une bitch qui dénigre les hommes. Dommage.
    Je ne vois pas où tu vois qu'elle lui a manqué de respect ou qu'elle avait du mépris pour lui, qu'elle l'a objectifié? Ne plus vouloir de lui n'est pas un manque de respect.
    Je ne vois pas non plus une mode où on doit avoir du mépris et du dégoût pour son partenaire d'un soir?
    J'ai vu 100000 fois pire dans la vraie vie, je ne vois rien de choquant dans son comportement à elle (ni à lui d'ailleurs :cretin:)

    Quand je parlais de politique de respectabilité, sur le papier ça paraît bien. C'est une stratégie où les oppressés (femmes, LGBT, racisés, etc) montrent patte blanche aux oppresseurs (hommes, hétéros cis, blancs, etc...) pour être écoutés, respectés, perçus comme légitimes.
    Pour les femmes, il s'agit de ne pas paraître agressive, émotive, en colère, pas épilée...
    Pour les LGBT, de ne pas paraître extravagants, effeminés, agressifs sexuellement...
    Pour les racisés, de ne pas paraître "sauvages", trop "exotiques", trop "communautaristes" et on peut continuer comme ça.
    On peut trouver encore beaucoup de prétextes pour ne pas être écouté(e)s.
    En gros il faut jouer un rôle pour avoir le droit d'être écouté(e)s.
    Sauf que...
    Les gens et leurs luttes pour l'égalité sont légitimes et respectables en soi, il n'y a rien à quémander, et de toute façon ça ne marche pas.
    Les oppresseurs ne voient jamais les oppressés comme assez respectables, assez crédibles. Il y a toujours une bonne raison de ne pas les écouter.
    Les oppresseurs n'accordent jamais de bonne grâce des droits aux oppressés, ce n'est pas comme ça que ça fonctionne. Donc on ne vas pas attendre leur bon vouloir. Les oppressés se battent, c'est pas toujours joli joli, mais c'est efficace.

    Dans le cas d'Amber Rose, elle est légitime dans sa lutte contre le sexisme et le slut-shaming. Elle défend quelque chose qui lui tient à coeur à elle et à beaucoup d'autres femmes, se faire respecter quand on a une sexualité "libre" on va dire. Je ne vois pas où elle manque de respect à cet homme.

Lire l'intégralité des 13 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)