Johnny Depp est-il capable de violenter Amber Heard, sa femme ?

Johnny Depp, fantasme de l'enfance d'Anouk, aurait frappé sa femme Amber Heard... Est-ce vraiment possible ? Retour sur une histoire qui en dit long sur le monde dans lequel nous vivons.

Johnny Depp est-il capable de violenter Amber Heard, sa femme ?
Ce week-end, Internet s’est retrouvé ébranlé : Amber Heard accuse son mari, Johnny Depp, de l’avoir frappée. Elle a demandé une mesure d’éloignement à son encontre le 21 mai dernier, lorsque la police a été appelée chez le couple. Elle n’a pas porté plainte à ce jour, mais elle a d’ores et déjà annoncé vouloir divorcer.

Vendredi 27 mai, la mesure d’éloignement qu’elle avait demandée lui a été accordée, et TMZ a révélé l’histoire au grand public, incluant notamment une photo d’Amber Heard avec un bleu à l’œil droit.

Vendredi soir, Johnny Depp était encore l’un des fantasmes de mon enfance. Samedi, je me suis posé des questions…

Ça a commencé par un tweet que j’ai vu passer, contenant la fameuse photo d’Amber Heard avec un bleu sur le visage. Puis ça a continué en voyant défiler dans ma timeline des articles et des réactions sur ce même sujet : l’acteur a-t-il vraiment battu sa femme ?

Que celui qui jouait Jack Sparrow puisse avoir fait ça, ça me fait mal… mais ce n’est pas pour autant que je dois l’innocenter. Amber Heard a dit des choses, je la crois. Ça ne m’empêche pas de respecter la présomption d’innocence, vu que je ne suis ni juge, ni partie au procès.

En fait, ma position rejoint un peu celle de Mymy, qui a cru l’actrice Stoya lorsqu’elle a accusé James Deen, son ex, de l’avoir violée.

Johnny Depp peut violenter Amber Heard (même si j’ai du mal avec l’idée)

Dans notre éducation, qu’elle vienne de nos parents, de l’école ou des médias, nous avons été poussé•es dès le plus jeune âge à nous comporter d’une manière ou d’une autre. Par exemple… on encourage les filles à être douces et les garçons à être forts.

À lire aussi : Socialisation genrée : grandit-on dans un monde sexiste ?

Fin 2015, Clémence Bodoc nous parlait de ce documentaire bouleversant : Sois un homme. On y entendait le témoignage du Dr Joseph Marshall, éducateur :

« Si on vous répète depuis toujours qu’il ne faut laisser personne vous manquer de respect, et que c’est ainsi que vous devez régler vos problèmes, « comme un homme », alors pour vous, le respect est lié à la violence ! »

Aujourd’hui, une gifle donnée à sa femme, ça choque. En comparaison, il y a à peine quarante ou cinquante ans, c’était un acte parfaitement normal. Ce qui est positif, c’est que gérer sa colère et développer un comportement plus sain, ça s’apprend.

Ce que je veux dire par là, c’est que les gens qui battent leur moitié ne sont pas, aux yeux de tou•tes, des monstres : leur violence n’est pas forcément visible. Ils peuvent être tout à fait intégrés dans la société, charmants, agréables, gentils, même.

Et même en 2016, apparemment, c’est toujours une idée en vogue, pour certains…

Johnny Depp, un « monstre » ?

À peine l’information a-t-elle été rendue publique que Vanessa Paradis a réagi par une lettre manuscrite en disant que son ex, Johnny Depp a été un mari et un père aimé et aimant. Ça n’immunise pas l’acteur.

Bien entendu, je comprends sa réaction, car quand on a été si proche d’une personne qui s’est bien comportée avec soi, on a du mal à l’imaginer agir comme cela avec quelqu’un d’autre… pourtant, ça peut arriver.

À lire aussi : Mon couple, de la première insulte à la dernière violence physique

En 2013, madmoiZelle parlait du Tumblr Je connais un violeur. Le principe était de décrire les coupables tel•les qu’ils/elles sont : des gens majoritairement normaux. Statistiquement, si tout le monde connaît une victime de viol, tout le monde connaît un violeur. C’est la même chose avec la violence conjugale.

Le mari violent qui serait nécessairement un homme alcoolique de classe populaire, c’est peut-être l’équivalent du violeur fou dans une ruelle. Bien entendu, cela existe, mais ce n’est pas forcément le cas, il s’agit même d’une minorité. Être bien vu•e par ses proches n’innocente pas une personne. Pire, plus l’accusé•e est irréprochable, plus les risques de victim blaming sont importants !

big-amber-heard-johnny-depp-violences-conjugales-plainte

Tous les hommes ne battent pas leur compagne, mais ce n’est pas parce qu’une personne s’est bien comportée avec quelqu’un qu’elle va forcément continuer sur cette lancée avec d’autres. Si on a déjà du mal à s’imaginer une lointaine star américaine battre sa femme, comment va-t-on faire si, un jour, nos proches se font accuser ?

Johnny Depp/Amber Heard, une « affaire » symptomatique

Ce n’est pas la première fois que des célébrités sont accusé•es de violence conjugale. En 2003, Bertrand Cantat a causé la mort de sa compagne, Marie Trintignant, en la violentant pendant une dispute. Parfois, on se demanderait presque si une célébrité doit aller jusqu’au meurtre pour enfin être accusée par l’opinion publique…

Dans la vie, tout le monde peut potentiellement être victime ou coupable, peu importe les avis extérieurs. Oui, Johnny Depp est capable de violenter sa femme Amber Heard. Ce sera à la justice de trancher le reste.

À lire aussi : Mon mec vient de me frapper pour la première fois, que faire ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 61 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Poney
    Poney, Le 7 juin 2016 à 22h41

    @Estelle
    Toucher le gros lot en inventant une histoire de violence qu elle ne pourra pas prouver ?
    Y avait plus simple : rester mariée 3 ou 4 ans de plus.

    2 de ses ex-compagnes ont dit qu il n avait pas été violent. Rien ne dit que ce soit vrai.

    Vous êtes ici, pour la plupart, trop jeunes pour vous souvenir.
    Mais y a longtemps (non! y avait pas de dinosaures :annoyed:), y a eu une histoire people qui ressemblait beaucoup à celle-ci.
    L homme, alcoolique, drogué, violent avec les journalistes. Quand la femme a parlé de violence conjugale, on l a traitee de ,menteuse.
    Quand finalement, ça s est avéré vrai, on lui a trouvé, à lui, toutes les excuses.
    Et c était tin tin tin : Sean Penn et Madonna

    Alors Madonna , c était pas pour toucher le gros lot, c était pour faire le buzz (mais on disait faire un scandale, pas buzz :d)

    Quand une femme porte plainte, la 1ere chose qui est faite, c est de la discréditer. Et on peut être influencé malgré soi.
    La preuve : on prend pour argent comptant qu il n a jamais battu ses ex.

Lire l'intégralité des 61 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)