J’ai adopté trois chiens rescapés d’Espagne, victimes de mauvais traitements

Par  |  | 29 Commentaires

Maïlis a adopté trois chiens rescapés d'Espagne, et s'est depuis engagée dans la lutte pour la protection animale. Elle vous raconte sa passion pour les canidés et en quoi adopter des chiens traumatisés peut changer la donne.

J’ai adopté trois chiens rescapés d’Espagne, victimes de mauvais traitements

J’ai toujours eu le contact facile avec les animaux et particulièrement les chiens. Vachement plus qu’avec les humains d’ailleurs.

Mais ma mère étant quelque peu maniaque ET allergique aux bêtes, en avoir à la maison relevait de l’impossible. Ça ne restait donc qu’un truc avec les animaux des autres, mais rien qui ne m’interpelle vraiment.

Ce n’est qu’à 18 ans que j’ai eu l’occasion de découvrir un peu plus le monde du chien, lors du stage de découverte qu’on nous proposait de faire en première année de DUT dans l’environnement.

J’ai alors fait appel à toute mon imagination pour trouver un sujet de stage qui me permettrait de bosser dans le refuge/pension où mes parents et moi mettions notre chat en vacances (car on avait quand même réussi à récupérer un chat, ou plutôt disons qu’il nous avait pas trop laissé le choix !).

Le calvaire des chiens d’Espagne

Pendant ces deux semaines de stage, j’ai découvert le calvaire des chiens d’Espagne, particulièrement celui des galgos. Ce refuge remontait alors pas mal de canidés de ce pays, raison pour laquelle j’ai d’abord commencé à m’intéresser au sort de ces chiens plutôt que d’autres.

Comme je suis d’un naturel hyper curieux, je me suis empressée de chercher plus d’informations sur Internet. Je peux vous dire que ce jour-là, j’ai perdu le peu de foi que j’avais encore en l’humanité.

En gros, en Espagne, la chasse aux lièvres avec des lévriers est autorisée. Dans les autres pays de l’Union européenne, cette chasse est interdite pour diverses raisons, notamment parce qu’elle ne laisse aucune chance de s’en sortir au gibier.

Le souci c’est qu’en Espagne, les lévriers (appelés galgos) ne sont pas considérés comme des animaux de compagnie mais comme des bêtes d’élevage, au même titre que les vaches ou les poulets.

Pas besoin de vous faire un dessin pour qu’on comprenne l’horreur que peuvent subir ces chiens au quotidien, étant donné que cette dénomination laisse la porte ouverte aux mauvais traitements.

À lire aussi : J’ai créé Suzi Handicap Animal, une association pour animaux handicapés

Les galgos et podencos en Espagne

Ils vivent neuf mois sur douze enfermés dans des bunkers, sans voir la lumière du jour, nourris de quignons de pain (quand ils sont nourris).

Ils vivent neuf mois sur douze enfermés dans des bunkers, sans voir la lumière du jour, nourris de quignons de pain (quand ils sont nourris), attachés à 30cm de chaîne pour qu’ils ne se dévorent pas entre eux.

Quand ils sortent, c’est pour s’entraîner (lire « se voir attacher derrière un quad ou une voiture et courir jusqu’à ce que mort s’ensuive ») ou chasser.

Si le galgo ne chasse pas bien (s’il ne suit pas exactement la trajectoire du lièvre, par exemple), il sera puni à la hauteur du déshonneur de son propriétaire.

La phrase favorite des galgueros (les chasseurs, donc), c’est « le galgo ne vaut pas la balle qu’il faudrait pour l’abattre ». Et leur technique phare c’est celle du pianiste.

Il s’agit de pendre le galgo de manière à ce que ses pattes arrières touchent encore suffisamment le sol pour qu’il entrevoit l’idée de s’en sortir et le gratte tant qu’il peut… Ça ou d’autres idées qui vont de l’acide au feu en passant par les puits… Bref, ces galgueros sont des individus très aimables.

Plus j’en savais sur la situation, plus j’avais envie d’en apprendre. À un moment, j’ai entendu parler d’une autre race de chien de chasse : les podencos. Grosso merdo, ce sont des lévriers avec de grandes oreilles et une tête vachement moins fine.

Eux ont ce qu’on appelle dans le milieu une double peine : ils souffrent tout autant que leurs compagnons galgos ET ne sont pas ou peu adoptés.

La raison est tout aussi simple qu’elle est bête : quand on cherche à en savoir plus sur cette race, on ne tombe que sur des sites qui la décrit comme étant primitive, fugueuse, indépendante, voleuse, j’en passe et des meilleures.

On s’imagine sans mal la réticence des gens qui souhaitent adopter face à un tel tableau. Mais comme en plus d’être curieuse je suis aussi vachement têtue, je me suis jurée qu’un jour, j’adopterais un pod’.

Du stage à l’adoption

Quand j’y repense, dès la première minute qui a suivi la signature de cette convention de stage, j’étais fichue. Encore maintenant, il me serait impossible d’imaginer quitter un jour le monde de la protection animale (PA pour les intimes).

Donc quand, au milieu de ces deux semaines de stage, un petit chien du nom de Pipo est arrivé tout droit d’Espagne pour trouver un foyer en France, mon cœur m’a dit : « Voilà. Ce sera lui, mon premier. »

pipo-refuge

Ça ne s’est pas fait tout de suite, genre dans la seconde : il a fallu que je fasse mon second stage dans la même structure l’année suivante (de deux mois cette fois) pour prendre le traumatisme de Pipo comme un défi personnel.

À lire aussi : Un refuge pour chats et chiens lance « Who needs Who? », une campagne qui touche juste

Personne n’arrivait à mettre la main dessus et quand on arrivait à le bloquer dans un coin pour le récupérer (le nourrir, le soigner, le rentrer au chaud, ce genre de choses), il se tendait comme un arc, la tête basse, la queue entre les pattes, les yeux exorbités de peur et tout son petit corps tremblant.

Les jours passant, j’essayais de l’approcher quand il était allongé au soleil, suffisamment doucement pour qu’il ne se relève pas. Au début, c’était impossible. Il me voyait arriver à trois kilomètres et s’enfuyait.

Puis un jour, j’ai réussi. Alors je l’ai allongé sur le flanc, pour que sa tête repose au sol et je l’ai caressé, caressé et caressé encore. Il s’est tellement détendu qu’il a poussé un profond soupir et s’est assoupi.

Je ne sais même pas comment j’ai fait pour ne pas me mettre à pleurer ce jour-là. Et là, ça a été la révélation.

Quand mon stage s’est terminé, j’ai dit à la patronne que je le réservais. Si personne ne l’avait adopté d’ici à ce que je puisse le prendre avec moi, je l’adopterais.

Je poursuivais alors mes études en alternance, un mois sur Chartres et un autre dans le sud de la France. Pour un chien traumatisé comme lui, c’était juste inenvisageable. Surtout qu’il était extrêmement destructeur, donc il n’était pas possible de le laisser seul la journée dans un appartement.

Pendant toute cette attente, j’ai réussi à retrouver le gars qui avait récupéré Pipo en Espagne. Il avait été trouvé sur une décharge alors qu’il n’avait que neuf mois. Comment avait-t-il atterri là ? Je ne le saurai certainement jamais.

À lire aussi : Le bonheur de ces bénévoles réchauffe le cœur et prolonge l’esprit de Noël

Une adoption particulière

Les semaines, puis les mois, ont passé. Je l’ai réservé le 7 juillet 2013 et je suis venue le chercher le 13 août 2014. Plus d’un an à l’attendre, à pleurer son absence au quotidien.

Lui aussi pleurait d’ailleurs. Quand je retournais dans mon Sud, je passais inexorablement le voir et chaque fois, quand je repartais, il s’asseyait devant le grillage et pleurait en voyant ma voiture s’éloigner.

Ce 13 août-là, je m’en souviendrai toute ma vie. C’était mon anniversaire. C’était à la fois le plus beau jour de ma vie et le plus stressant.

Je n’avais confiance ni en moi, ni en mes capacités.

Je n’avais confiance ni en moi, ni en mes capacités. Pipo était un chien TRÈS traumatisé, du genre à fuir à la moindre peur, à tirer au renard et enlever collier/harnais pour partir.

big-chien-adoption-elevage-conseils

Après cette première semaine difficile, je n’ai pourtant plus fait que profiter de ce truc qu’il y a entre lui et moi. Pipo, c’est comme le prolongement de moi-même et je suis comme le prolongement de lui-même.

On n’a pas besoin de se regarder pour se comprendre, de se parler pour s’entendre. Ce n’est pas facile à décrire, mais il y a une relation humain/chien très particulière.

pipo-maison

Une deuxième chienne au trauma différent

J’avais déjà pour projet d’avoir une meute de trois chiens. Pourquoi trois ? Aucune idée. Peut-être que c’était la limite du raisonnable… ! Toujours est-il que quelques mois plus tard, après avoir emménagé dans un appart, j’ai adopté mon deuxième chien.

Elle s’appelle Mori et elle aussi vient d’Espagne. On sait qu’elle a été trouvée dans une vieille grange alors qu’elle venait de mettre bas, mais on ne sait ni ce que sont devenus ses petits, ni ce qu’elle faisait avant ce jour-là.

Elle a vécu avec Pipo tout du temps qu’elle était au refuge. Ils se connaissaient bien et s’entendaient tout aussi bien. Quand on sait que Mori était une chienne sauvage, c’est un détail important à prendre en compte. Surtout que son esprit de meute est très développé : Pipo a vraiment un effet de pilier sur elle.

pipo-afra

Mais contrairement à Pipo, avec Mori, ça a été plus compliqué. Déjà, la relation que j’avais (et ai encore un peu) avec elle n’est pas autant fusionnelle qu’avec Pipo. Mori, je l’ai adoptée parce que sinon personne ne l’aurait fait. C’était un sauvetage, un vrai, pas un coup de cœur.

Et puis son traumatisme est différent : c’est plus comme si elle n’avait jamais vraiment eu de contact avec l’humain et que le peu qu’elle en ait eu, c’étaient pas des trucs cool.

Il fallait qu’on lui mette une couverture sur la tête pour l’attraper, au risque de se faire mordre.

Au refuge, il fallait qu’on lui mette une couverture sur la tête pour l’attraper, au risque de se faire mordre. Chez moi, je lui ai juste attaché une laisse au collier pour éviter d’avoir à lui courir après pendant vingt minutes au moment des sorties et qu’on se traumatise toutes les deux.

Ça n’a duré que quelques jours parce que Mori s’est révélée encore plus intelligente que ce que je pensais. Au refuge déjà, elle avait très vite compris ce qu’on attendait d’elle et obéissait au doigt et à l’œil.

Une fois adoptée, il a fallu une semaine pour que j’enlève la laisse, deux pour que je puisse la toucher vraiment et trois pour qu’on arrive à une relation plus ou moins cool.

Aujourd’hui, elle ne mange pas si je suis dans la pièce ou si quelqu’un la regarde et elle sort de son panier si un humain passe trop près. Mais elle fait des progrès tous les jours.

Elle joue avec moi, fait des bisous à mon père quand il vient nous voir, me met son pied sur la tronche quand on fait des câlins dans le lit le matin.

Actuellement, notre relation est toujours un peu conflictuelle, mais je pense que c’est juste une chienne qui restera à jamais distante avec l’humain.

Pas qu’elle ne m’aime pas, ou qu’elle n’aime pas les gens en qui elle a confiance, mais elle préfère rester en retrait, tranquillement dans son panier quand les autres sont des pots de colle. C’est ma chienne au caractère de chat : elle est indépendante.

afra

À lire aussi : La vie avec un chien et ses petits éléments marquants

Une troisième chienne facile à vivre

Et la troisième alors ? Elle est arrivée un mois après Mori, je n’ai pas fait les choses tranquillement et posément. Elle s’appelle Afra et contrairement aux deux autres, elle est remontée directement d’Espagne.

Pour résumer, il existe deux façons d’y adopter un chien : dans un refuge français qui travaille avec des bénévoles espagnols pour faire remonter les animaux dans des structures françaises, ou via une association française qui bosse avec des refuges espagnols et fait remonter les chiens directement dans les familles d’adoption.

Pipo et Mori ont été adoptés selon la première méthode et Afra selon la seconde.

Là aussi, j’ai choisi cette chienne par esprit de sauvetage. Elle vivait dans un refuge qui tenait plus de la fourrière (donc euthanasies à la pelle, tout ça, tout ça), où s’entassaient des dizaines de chiens qui finissaient par s’entredévorer à cause du surnombre.

De plus, étant une croisée podenco, plus toute jeune et d’une couleur « banale », elle était en tête de liste pour la prochaine vague d’euthanasies.

Puis elle était triste… Tellement triste. Debout au milieu de son bloc de béton, les yeux dans le vague, comme résolue à ne plus rien attendre de la vie.

Afra n’est pas une chienne trauma, loin de là. Elle n’aime juste pas quand trop de gens se massent autour d’elle, et les enfants aussi, bien qu’elle n’ait jamais eu un seul geste agressif envers eux. Ce sont bien là ses seules peurs, c’est une chienne parfaite.

afra

À lire aussi : Les cahiers de Mya, la chaîne YouTube qui parle chiens, queue qui frétille et truffe humide

Elle te montrerait presque ce qu’il faut faire. « Là, c’est l’heure de manger. Si tu veux, tu peux me donner ma gamelle. » « Là, il faudrait que j’aille faire pipi, mais te presse pas, ça peut attendre encore un peu. » J’ai tiré le gros lot quand j’ai adopté Afra !

Pourtant, la vie a été autrement plus difficile pour elle. Chienne de chasse destinée à n’être qu’un ventre, une usine à portée, son chasseur a dû finir par juger qu’il n’avait plus besoin de ses services et s’en est débarrassé.

C’est le personnel de la prison de la ville où elle a été trouvée qui a appelé le refuge parce qu’un chien en mauvais état errait depuis plusieurs jours. « En mauvais état » ouais… Elle était couverte de puces, de tiques et maigre à faire peur.

Parfois, quand je la regarde, je me demande comment elle fait pour n’en tenir aucune rigueur à l’humain. Je crois que c’est le propre des animaux : pardonner même quand c’est difficile.

La vie avec trois chiens anciens traumas

Quand je prends du recul sur ce que je vis avec ma meute, je me dis qu’en fait, ça n’est pas difficile de vivre avec trois chiens, même si deux d’entre eux sont plus compliqués.

meute

Pipo a arrêté de tout détruire le jour où j’ai adopté Afra. Entre eux, ça a été l’amour au premier regard. Mori a fait et fait encore tellement de progrès qu’elle est presque aussi gérable que n’importe quel chien. Et Afra, bon, pas besoin de vous faire un dessin : elle est très facile à vivre.

Le plus difficile, c’est de voir à quel point leur passé a des répercussions sur leur présent.

En fait, le plus difficile, pour moi en tout cas, c’est de voir à quel point leur passé a des répercussions sur leur présent, les voir souffrir à cause de quelques individus qui n’ont pas l’intelligence ou la présence d’esprit de remettre en question des traditions barbares.

Mori a vécu dans la peur tellement longtemps qu’il a fallu près d’une dizaine de séances d’osthéopathie pour débloquer son dos et deux mois de traitement anti-acide pour soigner son estomac.

Afra a dû être opérée pour qu’on lui enlève toutes ses dents — ou presque. Les années de non-hygiène générale ont eu raison de son système immunitaire buccal et la moindre couche de plaque sur ses dents agissait comme un allume-cigare.

À la fin, elle avait les joues et les gencives bourrées d’ulcères si bien qu’elle ne pouvait même plus boire tant elle avait mal.

Le reste, ce ne sont que de nouvelles habitudes à prendre. Penser à ranger ses peluches sous la couette si on ne veut pas qu’elles finissent éventrées. Sécher les pieds de tout le monde en rentrant d’une balade pluvieuse parce que passer la serpillère tous les jours, c’est chiant.

Mettre un plaid en plus sur le canapé parce que c’est plus facile à secouer que de devoir aspirer les poils à même le canap’.

C’est sûr que des fois, je donnerais cher pour ne pas avoir à les sortir à 23h, un soir de février, quand il fait -8000 dehors. Je kifferais aussi me réveiller sans avoir trois débiles qui me sautent dessus parce que « C’EST LE MATIIIIIIIN !! ».

meute-ete

Mais quand je les laisse en pension parce que je pars quelques jours, j’ai à peine fermé la portière de ma voiture qu’ils me manquent déjà.

Parce qu’avec de la patience et de l’amour, franchement, je vous le dis avec mon cœur et mes tripes : on arrive à tout.

À lire aussi : Je suis famille d’accueil pour les futurs chiens guides d’aveugles

– Pour suivre les aventures de Maïlis et sa meute, vous pouvez visiter leur page Facebook !


Melissa

Mélissa fait les témoignages, mais ce n'est pas elle qui vit toutes les histoires qu'elle raconte - et heureusement parce que sa vie serait un peu compliquée ! Elle aime les pois et s'empiffrer de Kinder en sirotant son thé.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Ewillyon
    Ewillyon, Le 21 juin 2017 à 3h05

    @BigPurpleUnicorn Hello, bon j'arrive une semaine après héhé mais si tu es toujours intéressée.
    Alors tout dépend de ce que tu veux "faire" dans le bénévolat et auprès de quel genre ?
    Je te conseille déjà de lire cet article sur le bénévolat en général -pour les animaux. Ils te donnent aussi une première piste dans ta recherche qui te sera sûrement très utile.
    http://www.30millionsdamis.fr/jagis/je-mengage-sur-le-terrain/devenir-benevole/?L=0

    Par exemple dans le 92 il y a une SPA ainsi que d'autre dans le 77, 78 donc après à toi de voir et te renseigner (un conseil, regarde éventuellement grâce à Google, les commentaires de personnes qui ont visité le refuge : je sais qu'un dans le 78 d'ailleurs est très mal noté).

    Si tu veux en avoir d'autre je te laisse l'annuaire de 30 millions d'amis qui pourra t'aider dans ta quête.
    http://www.30millionsdamis.fr/annuaire-de-la-protection-animale/ (sur le côté gauche tu pourras choisir ton département, ou alors le code postale, ou encore la catégorie vers laquelle tu veux t'engager).

    Voilà voilà, j'espère que j'ai pu t'aider, et avec un peu de chances tu trouveras ton bonheur. Si tu as d'autres questions ou autre, n'hésite pas !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!