3 déclinaisons, Maurel

Les 3 déclinaisons, ce sont eux. D’abord, c’est l’histoire d’un mec. Un mec normal, une vie normale. Et pas de boulot. La galère normale, quoi. Sauf qu’en plus d’être chômeur, il voit des drôles de choses, notre mec. Une jungle, en fait. Des hallucinations de végétation touffue et envahissante, dans le métro, dans sa salle […]

3 déclinaisons, Maurel

Les 3 déclinaisons, ce sont eux.

D’abord, c’est l’histoire d’un mec. Un mec normal, une vie normale. Et pas de boulot. La galère normale, quoi. Sauf qu’en plus d’être chômeur, il voit des drôles de choses, notre mec. Une jungle, en fait. Des hallucinations de végétation touffue et envahissante, dans le métro, dans sa salle de bain, partout. Et peu à peu, cette végétation grignote son monde, sa réalité, sa vie…

Ensuite, il y a cette fille. Elle est embauchée en CDD dans une librairie qui lui fait miroiter la promesse d’un CDI. Elle a appris à courber l’échine, à courir après sa carotte, sagement. Puis à rentrer dans son foyer de jeunes travailleurs, sagement. Parce que d’appartement, elle n’en a pas, bien sûr. Pense-tu, avec un CDD ! Et puis elle fait la connaissance de cette association, qui se bat pour les droits des travailleurs. Avec de drôles de moyens, quand même…

Enfin, il y a eux. Un jeune couple. Elle travaille dans la même librairie que notre héroïne précédente, à son poste même.  On n’en saura pas plus. Lui enchaîne les stages ANPE. Et le soir, sur leur canapé miteux, ils se prennent à rêver d’évasion. Parce qu’au changement, ils n’y croient plus du tout.

Une Broderie sur fond de précarité

En noir et blanc et dans un trait simple et expressif, le quotidien banal de ses quatre personnages nous prend peu à peu à la gorge, de la même façon qu’eux sont étranglés par leurs soucis, leurs vies, les promesses éteintes d’une société qui a oublié l’individu. Ils ne se rencontrent pas vraiment, nos quatre fantômes qui n’ont pas de noms. Tout au plus ils se frôlent, comme les spectres qu’ils sont.

Des dialogues simples, des histoires ordinaires, mais tellement ancrés dans notre réalité que ces trois récits ne peuvent nous laisser indifférent.

Entre malaise et désillusion, on traque la moindre lueur d’espoir. Viendra, viendra pas ?

Croira, croira pas ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre au seul commentaire !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 25 février 2009 à 17h15

    Ça donne envie :)

Aller sur le forum pour lire le seul commentaire

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)