Live now
Live now
Masquer
universite-francaise-barometre-2014-unef
Actu en France

Un tiers des étudiants de fac auraient voulu être dans une autre filière

Un tiers des étudiant•e•s à l’université ne sont pas dans la filière qu’ils souhaitaient au départ et 25% voudraient se réorienter. Manque d’encadrement, pédagogie insuffisante ou inexistante… les étudiant•e•s expriment un malaise préoccupant.

Plus de 10 000 étudiant•e•s interrogé•e•s, pour 6 500 réponses exploitées afin de constituer un échantillon représentatif : le baromètre sur les conditions d’études de l’UNEF a été rendu public par l’organisation étudiante, et certains chiffres viennent appuyer concrètement le malaise ressenti par de nombreux jeunes.

  • 62,3 % des étudiant•e•s pensent que leur réussite n’est pas la priorité de l’université
  • 76,8 % pensent que l’université ne prend pas leur avis en compte

Les étudiant•e•s ne se sentent pas suffisamment encadré•e•s, notamment au cours de leur première année. Un sentiment conforté par l’importance des effectifs en amphi et en TD, et accentué par le manque de pédagogie du corps enseignant : près de deux tiers des jeunes qui « sèchent » le font parce qu’ils considèrent que le professeur n’apporte aucune plus-value par rapport aux autres moyens de se procurer le cours.

Le manque d’encadrement et de pédagogie est discriminant

  • 46,7 % des étudiant•e•s de première année ne se sentent pas suffisamment encadré•e•s
    • dont 50,6 % de ceux confrontés à des amphis d’au moins 200 personnes
    • et 56,7 % des enfants d’ouvriers
  • 24,5 % des premières années sont plus de 600 en amphi et 32,2 % sont plus de 40 en TD.
  • 57,6 % des étudiant•e•s trouvent que les enseignant•e•s ne sont pas suffisamment formé•e•s à la pédagogie
  • 68,1 % des étudiant•e•s qui n’assistent pas à l’ensemble des cours le font parce que l’enseignant•e n’apporte pas de plus-value par rapport aux cours qu’ils et elles peuvent se procurer autrement.

Les cours magistraux sont abondamment critiqués par les étudiant•e•s, qui les trouvent « trop ennuyeux » (40 %), « trop théoriques » (40 %), « trop difficiles à comprendre » (20 %), globalement « pas assez interactifs » (52 %).

indie-cours-magistral

Le manque de pédagogie est jugé particulièrement discriminant envers les enfants des classes populaires, qui ne disposent pas nécessairement du même bagage culturel que les enfants des classes moyennes et aisées. L’UNEF souligne cette disparité dans l’accession aux connaissances à l’université :

« Être étudiant à l’université consiste trop souvent à rester passif pour ingurgiter les connaissances. Cette pédagogie suggère des prérequis dont les jeunes des catégories populaires disposent rarement.

58 % des étudiant•e•s de première année dont l’un au moins des deux parents est ouvrier sont critiques vis-à-vis de la pédagogie de leurs enseignant•e•s. […]

Au-delà de l’organisation des cours et du niveau d’encadrement, la manière d’enseigner constitue un obstacle supplémentaire aux jeunes des catégories populaires. Sans réforme de ses méthodes pédagogiques, l’université restera fermée à tous ceux qui ne profitent pas d’un fort capital culturel. »

Un quart des étudiant•e•s souhaitent se réorienter

  • 30,6 % des premières années ne sont pas dans la filière qu’ils souhaitaient au lycée, et cela est dû à la sélection et au manque de places selon 68,1 % des interrogé•e•s.
  • 49,9 % expriment que leur filière ne correspond pas à l’image qu’ils s’en faisaient au lycée
  • 25,3 % souhaitent se réorienter.

L’intégralité de l’enquête est disponible sur le site de l’UNEF, qui en a résumé les conclusions dans cette vidéo :

 

L’insertion professionnelle préoccupe les étudiant•e•s

  • 68,3 % des étudiant•e•s interrogé•e•s pensent que l’université ne prépare pas suffisamment à l’insertion professionnelle.
  • Parmi celles qui font un stage, 49,9 % des personnes interrogées le font pour une durée inférieure à neuf semaines (et sans rémunération).
La moitié des étudiant•e•s seulement déclarent avoir accès à un module d’insertion professionnelle dans leur cursus. Pourtant, ces modules sont appréciés à 55%, et jugés utiles, notamment dans les IUT (72 % de satisfaction). Ces chiffres illustrent une demande d’accompagnement forte à la sortie des études. Plus de 40 % des étudiant•e•s se trouvent un stage par eux-mêmes, et ne connaissent pas l’existence des bureaux de stages qui pourraient les aider dans leurs démarches, toujours selon le baromètre :
« Les formations où les modules d’insertion professionnelle sont les moins présents (droit, économie, gestion, sciences humaines et sociales) sont également celles où les dispositifs sont jugés les moins pertinents. La préparation à l’insertion professionnelle ne se résume pas à parler du monde de l’entreprise à l’université, il faut former les jeunes à la mise en pratique de leurs connaissances théoriques pour leur assurer des qualifications qui peuvent être utiles sur le marché du travail. »
Ces critiques rejoignent celles formulées sur les cours magistraux, « trop théoriques » : les étudiant•e•s jugent les TD plus pertinents dans la réussite de leurs études. L’UNEF préconise une réforme en profondeur de la pédagogie et de l’encadrement des étudiant•e•s à l’université, tout en insistant sur le fait que c’est à l’État de pallier les difficultés budgétaires que rencontrent les établissements et qui limitent leur marge de manoeuvre : 92 % des étudiant•e•s sont opposés à toute augmentation des frais d’inscription, et 62 % sont prêt•e•s à se mobiliser si une telle mesure était annoncée. Et toi, que penses-tu de ton expérience universitaire ? Partages-tu les conclusions de ce baromètre ? Quelles sont tes doléances d’étudiante ? 

 Pour aller plus loin :

Les Commentaires
49

Avatar de Sewouenn
24 juin 2014 à 22h44
Sewouenn
@Cocoeau,

Le truc c'est que j'habite en pleine campagne, en Bretagne Mais la faculté est à quoi... 20/30 minutes de chez moi, et en plus je covoiture avec ma mère qui travaille dans l'hôpital de la même ville du coup
0
Voir les 49 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

24
Actu en France
Affaire PPDA, des plaintes s’ajoutent, mais l’impunité continue

Affaire PPDA  : les plaintes pour violences sexuelles s’accumulent, mais l’impunité persiste

Anthony Vincent

21 sep 2022

Actu en France
Corinne Masiero s’exprime sur l’inceste, au micro de France Inter

Corinne Masiero sur l’inceste : « C’est sous couvert d’amour qu’on t’agresse »

Anthony Vincent

20 sep 2022

1
Actu en France
Capture d'écran de « L'Œil du 20h » France 2.

Vous souffrez d’un cancer ? « Arrêtez votre chimio », rétorque la naturopathe controversée Irène Grosjean

Anthony Vincent

14 sep 2022

13
Actu en France
adrien quatennens

Le député LFI Adrien Quatennens visé par une main courante pour violences contre son épouse

Daronne
education-sexuelle-ecole

Parler de sexualité à l’école, c’est une obligation, n’en déplaise à Eric Zemmour

Chloé Genovesi

13 sep 2022

2
Cinéma
Jean-Luc Godard contre une grosse caméra

Jean-Luc Godard s’est éteint à 91 ans et son cinéma questionne encore les féministes

Anthony Vincent

13 sep 2022

1
Actu en France
Nicolas_Hulot_Generations_climat

MeToo : l’enquête qui visait Nicolas Hulot pour viol et agression sexuelle classée sans suite

Maëlle Le Corre

12 sep 2022

4
Daronne
contraception-masculine

La contraception masculine, grande oubliée des institutions ?

Chloé Genovesi

02 sep 2022

4

La société s'écrit au féminin