Live now
Live now
Masquer
memorial femmes victimes de violences
Actualités France

Un mémorial pour les victimes de féminicides c’est bien, agir pour empêcher les violences c’est mieux

Le Conseil de Paris a voté la création d’un lieu d’hommage aux femmes victimes de violences. Un symbole fort, certes, mais face à l’ampleur du problème, cela semble bien insuffisant.

Aussi symbolique soit-il, le geste laisse un goût amer. Alors qu’à Douai, Aurélie, 33 ans, a été retrouvée morte après qu’elle a déposé plusieurs plaintes contre son ex-conjoint, le Conseil de Paris a voté à l’unanimité la mise en place d’un « lieu d’hommage aux femmes victimes de violences ».

Le vœu a été porté par le maire du 13e arrondissement, Jérôme Coumet :

Le lieu de mémoire devrait être créé à proximité de la place de la Bergère-d’Ivry dans le 13e arrondissement. Un choix qui ne doit rien au hasard : cette place a été nommée ainsi en 2002 en référence à Aimée Millot, assassinée par Honoré Ulbach en 1827 parce qu’elle avait refusé ses avances. C’est ce qu’on nommerait tout simplement aujourd’hui un féminicide — et non un « crime passionnel »,

appellation que s’obstinent encore à utiliser certains médias…

Le fait divers a d’ailleurs inspiré la romancière féministe Régine Desforges pour le dernier roman qu’elle a écrit avant sa mort en 2014.

Évidemment, on préfère de loin ce genre de symbole à celui de l’hommage à Claude Goasguen en début d’année. Il y a quelques mois, le Conseil de Paris votait pour que le nom de cet ancien maire du 16e arrondissement, décédé en 2020, soit apposé sur une place de la capitale. Un vote qui a fait bondir une partie des élus : l’ancien édile était connu pour ses engagements aux côtés de la Manif pour tous et ses sorties racistes.

À quand de vrais moyens pour lutter contre les féminicides ?

Un lieu de mémoire pour les femmes victimes de violences a son importance. C’est une façon de contrer le silence autour de ces problématiques, de sortir ce sujet de la sphère privée et d’en faire un enjeu sociétal, qui nous concerne toutes et tous. C’est aussi une manière de ne pas oublier les victimes, de ne pas les effacer.

C’est d’ailleurs là un des moteurs des actions menées par les colleuses, qui en début d’année, avaient affiché les noms de toutes les victimes de féminicides en 2020. 111 noms pour se souvenir, mais aussi pour dénoncer l’inaction du gouvernement.

Les lieux de mémoire ne peuvent cependant suffire à pallier le manque de moyens concrets permettant de lutter contre les féminicides. Alors à quand des financements pour combler les défaillances dans le suivi des auteurs de violences conjugales ? À quand une véritable protection des femmes qui parviennent à quitter un conjoint violent ?

En attendant que ces mesures soient prises, nous risquons malheureusement de voir fleurir bien trop de monuments en hommage aux victimes.

À lire aussi : Pourquoi l’État français a été condamné après un féminicide

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

3
Avatar de Maelle Le Corre
3 juin 2021 à 15h06
Maelle Le Corre
@Maëlle Le Corre coucou Maëlle, toute petite coquille (mais c'est mon ancien maire donc je suis vigilante) c'est Jérôme Coumet et pas Jérome Courbet qui aurait été utile en cas de gros litige au conseil de Paris éventuellement
c'est corrigé, merci de ta vigilance !
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Morgan Noam décrypte pour Madmoizelle la proposition de loi transphobe qu'examine le Sénat le 28 mai 2024 // Source : Madmoizelle
Société

C’est quoi la proposition de loi transphobe sur les enfants en France ?

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

7
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10
Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

16
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1

La société s'écrit au féminin