Un mémorial pour les victimes de féminicides c’est bien, agir pour empêcher les violences c’est mieux


Le Conseil de Paris a voté la création d'un lieu d'hommage aux femmes victimes de violences. Un symbole fort, certes, mais face à l'ampleur du problème, cela semble bien insuffisant.

Un mémorial pour les victimes de féminicides c’est bien, agir pour empêcher les violences c’est mieuxRODNAE Productions (via Pexels)

Aussi symbolique soit-il, le geste laisse un goût amer. Alors qu’à Douai, Aurélie, 33 ans, a été retrouvée morte après qu’elle a déposé plusieurs plaintes contre son ex-conjoint, le Conseil de Paris a voté à l’unanimité la mise en place d’un « lieu d’hommage aux femmes victimes de violences ».

Le vœu a été porté par le maire du 13e arrondissement, Jérôme Coumet :

Le lieu de mémoire devrait être créé à proximité de la place de la Bergère-d’Ivry dans le 13e arrondissement. Un choix qui ne doit rien au hasard : cette place a été nommée ainsi en 2002 en référence à Aimée Millot, assassinée par Honoré Ulbach en 1827 parce qu’elle avait refusé ses avances. C’est ce qu’on nommerait tout simplement aujourd’hui un féminicide — et non un « crime passionnel », appellation que s’obstinent encore à utiliser certains médias…

Le fait divers a d’ailleurs inspiré la romancière féministe Régine Desforges pour le dernier roman qu’elle a écrit avant sa mort en 2014.

Évidemment, on préfère de loin ce genre de symbole à celui de l’hommage à Claude Goasguen en début d’année. Il y a quelques mois, le Conseil de Paris votait pour que le nom de cet ancien maire du 16e arrondissement, décédé en 2020, soit apposé sur une place de la capitale. Un vote qui a fait bondir une partie des élus : l’ancien édile était connu pour ses engagements aux côtés de la Manif pour tous et ses sorties racistes.

À quand de vrais moyens pour lutter contre les féminicides ?

Un lieu de mémoire pour les femmes victimes de violences a son importance. C’est une façon de contrer le silence autour de ces problématiques, de sortir ce sujet de la sphère privée et d’en faire un enjeu sociétal, qui nous concerne toutes et tous. C’est aussi une manière de ne pas oublier les victimes, de ne pas les effacer.

C’est d’ailleurs là un des moteurs des actions menées par les colleuses, qui en début d’année, avaient affiché les noms de toutes les victimes de féminicides en 2020. 111 noms pour se souvenir, mais aussi pour dénoncer l’inaction du gouvernement.

Les lieux de mémoire ne peuvent cependant suffire à pallier le manque de moyens concrets permettant de lutter contre les féminicides. Alors à quand des financements pour combler les défaillances dans le suivi des auteurs de violences conjugales ? À quand une véritable protection des femmes qui parviennent à quitter un conjoint violent ?

En attendant que ces mesures soient prises, nous risquons malheureusement de voir fleurir bien trop de monuments en hommage aux victimes.

À lire aussi : Pourquoi l’État français a été condamné après un féminicide

Maëlle Le Corre

Maëlle Le Corre


Tous ses articles

Commentaires

Maëlle Le Corre

@Maëlle Le Corre coucou Maëlle, toute petite coquille (mais c'est mon ancien maire donc je suis vigilante) c'est Jérôme Coumet et pas Jérome Courbet qui aurait été utile en cas de gros litige au conseil de Paris éventuellement :yawn:
c'est corrigé, merci de ta vigilance !
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!