Live now
Live now
Masquer
Une femme cavalière en train de monter un cheval // Source : Matthias Zomer de Pexels
Actualités France

« Tu as un beau cul » : la Défenseure des droits fustige le traitement d’une militaire victime de harcèlement sexuel à l’armée

Depuis 2018, une soldate dénonce le chantage sexuel et les violences de son supérieur hiérarchique. 

Dans une décision révélée le 13 mars par Le Parisien, la Défenseure des droits, Claire Hédon, critique la manière avec laquelle l’armée a mené une enquête sur une affaire de harcèlement sexuel dans ses rangs.  

Julie (le prénom a été changé) est engagée le 1er août 2016 au sein d’une section équestre. Dès le début de ses prises de fonction, la recrue subit du harcèlement sexuel de la part de son supérieur hiérarchique. « Tu aimes te la prendre par derrière », « tu as un beau cul », « est-ce que tu as écarté les cuisses pendant les classes ? » lui aurait-il dit. 

L’homme l’aurait également agressé sexuellement en lui mettant la main aux fesses à plusieurs reprises, lui demandant si elle « en voulait encore » . La soldate se plaint également de visites tardives à la porte de sa chambre, vers 23 heures. « Il venait taper (…), me disait : Laisse-moi entrer, je veux te parler (…). Son comportement mettait en évidence son envie d’avoir une relation sexuelle avec moi », comme le rapporte le document initié par la Défenseure des droits.

« Il me parlait de très près en essayant de me faire peur », « il me crachait dessus (…), il m’attrapait la gorge », décrit-elle, en plus de journées de travail harassantes, aux horaires tardifs et sans pause déjeuner.

Des « lacunes » dans l’enquête interne

La jeune femme s’est un temps tournée vers un responsable. Sans réaction de sa part. Deux ans après sa prise de poste, la militaire saisit Thémis, cellule chargée de traiter les cas d’outrages sexistes au sein du ministère de la Défense. Une enquête interne est alors lancée, mais le rapport de janvier 2019, considère comme impossible « d’affirmer avec certitude » que le mis en cause est « coupable ». Ce dernier écope de 10 jours d’arrêt pour un propos, plutôt anodin, retenu à son encontre.

« La façon dont l’enquête administrative a été menée soulève plusieurs difficultés de nature à affaiblir ses conclusions », assure le rapporte de la Défenseuse des droits, effectué le 21 février dernier. 

Pour Claire Hédon, cette sanction « ne peut être regardée comme adaptée ». Les faits « précis et concordants » prouveraient l’existence d’un « harcèlement sexuel » et de « mesures de rétorsion ». Sa décision accable « les lacunes de l’enquête de commandement », allant jusqu’à interroger « l’impartialité de l’enquêteur ». 

Car durant l’enquête interne, les entretiens conduits par un commandant de l’école militaire d’équitation n’auraient donné lieu à aucun procès-verbal. Le mis en cause n’aurait même pas été auditionné. Un simple compte rendu écrit lui permet de donner sa version des faits. Sans contradictoire, il récuse « catégoriquement toutes les accusations » portées contre lui.

Julie a porté plainte contre son supérieur le 30 avril 2019. Celui-ci l’avait lui-même poursuivie pour dénonciation calomnieuse quelques mois plus tôt. En attendant l’avancée de ces dossiers, la Défenseure des droits presse le ministère des Armées de procéder « à la réparation de l’intégralité des préjudices subis », qu’elle juge « considérables ».

En congé maladie depuis 2018, Julie craindrait de ne plus jamais pouvoir reprendre ses fonctions.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

2
Avatar de alice-louve
15 mars 2023 à 11h03
alice-louve
Cette femme est en congé maladie depuis 2018, ce qui veut dire que les agissements de ce mec, c'est la société (cad nous) qui les payons ... Heureusement que la victime a pu être suivie et être en arrêt, mais je me demande dans ce cas si l'Etat ou la Sécu pourrait poursuivre le fautif pour tout l'argent qu'il a coûté par ses agissements ?
6
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Actualités France

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

3
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Actualités France

Grâce à Judith Godrèche, l’Assemblée se dote enfin d’une commission pour protéger les mineurs dans le cinéma et la mode

Un couple d'homme en train de s'occuper de leur bébé né par Gestation pour Autrui // Source : alvarostock
Daronne

Timothée a fait le choix d’une GPA éthique : « si le consentement est éclairé, les femmes ne sont pas exploitées »

bulletin-salaire // Source : URL
Actualités France

Les fiches de paie vont bientôt être simplifiées, et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle

10
Hanny Naibaho festival
Actualités France

Ce festival mythique pourrait bien diparaître (et on est trop triste)

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

16
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1
macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1

La société s'écrit au féminin