Live now
Live now
Masquer
superstore-serie-critique
Culture

La comédie Superstore, l’essayer c’est l’adopter

Superstore, c’est une série qui parle du quotidien d’employés d’une grande surface avec beaucoup d’humour. Elle changera votre manière de faire les courses.

Fervente militante des comédies, je vous parle aujourd’hui de Superstore. C’est une workplace comedy, car l’histoire se déroule sur le lieu de travail des personnages, à l’image de The Office. Et ça tombe bien car le créateur de Superstore, Justin Spitzer, a servi de producteur et de scénariste à la série culte (version américaine).

À lire aussi : Parks & Recreation – Les séries pas assez connues #1

Superstore et le quotidien des employés d’une grande surface

Avec deux saisons pour le moment à son actif, Superstore est sur le papier tout ce qu’il y a de plus basique. La série relate le quotidien des employés d’une grande surface appelée Cloud 9 (similaire à un Auchan ou un Cora). Et l’histoire commence quand un nouvel employé vient rejoindre l’équipe déjà existante.

Là où les choses deviennent intéressantes, c’est que les personnages vont rentrer dans des stéréotypes comiques, comme dans The Office.

Il y a la ronchonne, le simplet, le boy next door et la manager qui se laisse un peu trop dépasser par les événements.

Selon moi, une comédie fonctionne quand la dynamique de groupe s’équilibre. En gros, quand je pense « ce personnage complète vraiment bien l’autre » plutôt que « oh, quels clichés ».

superstore-vente

Lors d’un entretien avec Justin Spitzer à Monte-Carlo cette année, j’ai demandé au créateur pourquoi il avait pensé son programme dans une grande surface.

Il explique :

« Si tu dois faire une série sur un lieu de travail un peu chiant, pas du tout glamour et pas drôle, ce qui est le but de l’émission, ça semble être le bon endroit. Puis j’ai rarement vu des séries qui se passent dans un supermarché. »

Et effectivement, Superstore exploite les particularités de son lieu : accueillir des nouveaux clients, et d’autres plus réguliers, en remettre une couche sur les blagues de caissière

Le créateur reprend un peu l’idée conceptuelle de The Office. L’environnement le plus ennuyeux du monde peut devenir captivant grâce à l’écriture

des personnages.

La formule magique pour une bonne comédie n’existe pas

J’ai profité de ma rencontre avec Justin Spitzer pour lui demander s’il existait une formule magique pour concocter la parfaite comédie ?

Sans surprise, non.

« C’est une sorte de révélation. Si tu trouves une idée qui t’enthousiasme, et t’arrives à trouver un producteur… et que ça marche. […]

La formule magique serait d’essayer encore et encore. »

Avant de travailler sur Superstore, Spitzer était scénariste pour The Office. Il confirme que dans la writer’s room :

« Même s’il y a des scénaristes vers qui on va plus pour certains personnages en particulier, le propre d’un bon scénariste est de pouvoir exprimer les voix de tous les personnages. »

Il précise :

« Pour moi, on doit se sentir proche d’une bonne comédie. Mais elle doit pouvoir t’étonner. Sans transcender le paysage télévisuel, elle doit être capable de prendre des risques. »

Et nul doute que Superstore, tout en respectant les codes du genre, les brusque aussi un peu. Que ce soit avec des thèmes bien plus acerbes que drôles parfois, ou encore avec des personnages qui ne sont pas là pour rigoler.

superstore-reunion

À lire aussi : Fleabag, une comédie noire anglaise plus subtile qu’il n’y parait

Un casting solide pour Superstore

Je ne vous le cache pas, ce n’était ni le nom de Justin Spitzer ni le fait que ça se passe dans un supermarché qui m’a attirée, hein. C’était la présence d’America Ferrera !!!

Après Ugly Betty, l’actrice n’a pas vraiment eu de rôle à la hauteur de son talent. Alors quand je l’ai vue en tête d’affiche de Superstore, j’ai su qu’il fallait que je regarde cette série.

En bonus, y a Ben Feldman (Drop Dead Diva), Lauren Ash (Super Fun Night) et même Nichole Bloom (Shameless).

Au début, je craignais qu’America Ferrera — dans le rôle d’Amy — soit cantonnée à son rôle de chiante de service. Toujours à réprimander ses collègues, à tenter de filer un coup de main aux autres, la bonne poire, quoi.

Mais non, en deux saisons (la troisième commence le 28 septembre), elle et tous les autres personnages évoluent grandement. Oui, certains peuvent faire un pas en avant et deux en arrière, mais ça semble tout à fait naturel. Comme dans la vie quand il nous arrive de régresser.

Je ne vous cache pas que si c’était pour America Ferrera que j’avais commencé la série, j’ai continué pour toute la bande. Car les personnages sont drôles et solidaires, et qu’il y a quelque chose de parfaitement mignon dans tout ça.

Et dans un monde de cynisme, une touche d’optimisme fait toujours plaisir à voir.

À lire aussi : Les 5 séries comiques du moment, à découvrir au lieu de re-re-re-regarder Friends


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

1
Avatar de Ahn
29 août 2017 à 20h08
Ahn
J'adooore cette série, j'suis tombée dessus par hasard et j'ai adoré! Moi c'est juste le fait que ça se passe dans un super marché qui m'a attiré. Quand j'vais faire mes courses, j'imagine comment ça se passe en coulisse, comme si j'étais dans la série. J'trouve ça trop drôle!!!
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin