5 fictions qui mettent la solidarité féminine à l’honneur

Et si la sororité était aussi mise à l'honneur dans les fictions ? Découvre 5 groupes d'héroïnes badass, qui mettent la solidarité féminine à l'honneur !

5 fictions qui mettent la solidarité féminine à l’honneur

En partenariat avec Ankama Éditions (notre Manifeste)

J’ai longtemps manqué d’héroïnes badass à l’écran, de modèles auxquels m’identifier. Depuis quelques temps, je commence à en trouver avec beaucoup moins de difficultés.

La prochaine étape, selon moi, ce sont les groupes d’héroïnes.

Parce que la sororité ne me semble pas assez mise à l’honneur dans les fictions qui ont bercé mon enfance et mon adolescence, j’ai choisi de te proposer une sélection de 5 bandes de meufs badass, qui te donneront envie de run the world avec tes potes.

Les Midnight Girls, qui tirent leur pouvoir de leur groupe

Dans la saga Midnight Tales, les Midnight Girls combattent les forces de l’ombre dans des histoires courtes autour du monde.

Ce troisième tome prend place au Japon, où les héroïnes font partie de l’Ordre de minuit.

De l’enfer du 6 août 1954 à Hiroshima, en passant par les mythes des kaiju ou encore des yokai, ces héroïnes aux pouvoirs incroyables combattent ensemble l’adversité et les créatures inquiétantes qui croiseront leur route.

Dans ces histoires courtes se mêlent sorcellerie et épouvante, un mélange de genres parfait pour faire ressortir toute la force des protagonistes de Midnight Tales, comme de leur lien les unes avec les autres.

Et autant te dire que ça me fait plaisir de voir que les super-héroïnes ont aussi leur place dans les BD !

Procure-toi le tome 3 de Midnight Tales

Le tome 3 de Midnight Tales est disponible à compter du 24 mai 2019.

Il s’agit d’une réinvention du mythe de la sorcière, dans une série qui aborde des sujets liés à la place des femmes dans la société.

Si tu rêves de Japon, de pouvoirs inquiétants ou de femmes puissantes, je ne peux que t’inviter à te le procurer dès à présent !

Procure-toi le tome 3 de Midnight Tales pour 13,90€
Sur le site d’Ankama · sur Amazon · à la Fnac · en librairie !

Les prisonnières de Wentworth, solidaires entre elles (parfois)

Si tu aimes Orange Is The New Black, il y a de (très) fortes chances que Wentworth te plaise (au moins) autant.

Le pitch est simple : Bea entre en prison, laissant derrière elle sa fille Debbie. Elle y découvre les lois qui régissent Wentworth, entre gangs, rivalités, domination, histoires d’amour, instinct de survie…

Lorsque j’ai commencé la série, j’ai tout d’abord eu peur qu’elle ne soit qu’une copie d’OITNB. D’autant plus que, particulièrement au tout début, beaucoup de thèmes sont communs, logique.

Toutefois, j’ai été vraiment happée au fil des épisodes !

Je me suis attachée aux personnages comme jamais, je suis tombée amoureuse, j’ai pleuré des larmes de sang (au moins) à chaque rebondissement tragique — il y en a un paquet.

Wentworth est infiniment plus sombre et violente qu’OITNB. Il n’y a pas de place pour l’humour et la légèreté dans cette série prenante.

D’ailleurs, âmes trop sensibles s’abstenir : certaines scènes sont quasi-insoutenables

Cela a eu pour effet d’intensifier mon attachement envers ses personnages, comme le grand huit d’émotions qui me traverse au cours de chaque saison.

Et parlons-en, de ses personnages ! Wentworth est une prison de femmes, prêtes à tout pour survivre.

Chacune d’entre elle possède une puissance incroyable, est capable des pires horreurs envers ses co-détenues, et prête à tout pour cacher ses failles.

Cependant, lorsqu’elles décident de former un groupe, une famille, une équipe unie contre l’adversité, elles sont résolues : gare à celles qui obstruent leur route.

Si tu veux voir des groupes des femmes badass, il faut URGEMMENT que tu découvres Wentworth !

Je te laisse avec mon personnage préféré de la VIE des séries du monde entier (ça n’a aucun sens mais mon amour pour elle non plus), Franky Doyle.

Rien qu’en voyant son sourire, je retombe en amour.

Les Handmaids de The Handmaid’s Tale, la sororité contre l’oppression

Juin 2019 sonne la troisième saison de The Handmaid’s Tale, une série qui, en plus de ses autres qualités, met en avant la sororité dans tout ce qu’elle a de nécessaire.

La République de Gilead opprime les femmes (et les hommes), suite à une crise de la fertilité. Les femmes fertiles y sont réduites au statut de servantes (handmaids), et violées rituellement tous les mois afin de donner un enfant aux puissants Commanders.

Il s’agit d’une série qui donne beaucoup d’émotions, d’espoir et… de seum.

Les femmes qui y sont opprimées décident, pour certaines d’entre elles, de se rebeller et de résister, chacune à leur échelle.

Ensemble, et même alors que se réunir, parler, échanger d’une quelconque manière leur est quasi-impossible, elles sont puissantes et font vaciller la République de Gilead.

Ce serait difficile de t’en dire plus sans te spoiler, mais garde en tête que le réseau « Mayday » est aussi infiniment fragile que solide, pour le plus grand bonheur de tes glandes lacrymales…

Volver et l’amour filial de ses puissantes héroïnes

Je suis une fan ABSOLUE du travail d’Almodóvar et de sa filmographie. Je n’y apprécie pas tout, et en réalité j’ai même plutôt une relation d’amour-haine avec ce réalisateur.

Toutefois, chacun de ses films m’a marquée, soit parce qu’il m’a touchée, ou dérangée, ou traumatisée, ou extasiée, ou tout cela à la fois.

Volver est assurément un de mes préférés — j’avoue que Penélope Cruz n’y est pas pour rien.

T’en faire un résumé serait une opération complexe, et nécessairement infidèle. L’histoire prend place à Madrid, au sein d’une famille où les femmes sont fortes et ont décidé de se défaire de l’oppression des hommes.

Dans ce film touchant, Almodóvar raconte le parcours de femmes fortes et solidaires malgré leurs différends et difficultés personnelles.

Sa tendresse envers ses personnages comme sa manière de les percevoir, solides et puissantes, me touche toujours énormément.

C’est une figure qui revient d’ailleurs souvent dans son cinéma : Todo sobre mi madre (Tout sur ma mère) en est un autre exemple très marquant.

C’est le film, avec Volver, parmi ceux d’Almodóvar que j’ai étudiés, qui met le plus en évidence la sororité et la puissance de la solidarité féminine.

Rien que d’en entendre à nouveau la musique, j’en ai des frissons !

La sororité illustrée par Sweet/Vicious

Lorsque j’ai parlé de ce projet d’article au sein de la rédaction, nombreuses ont été mes collègues à y aller de leurs suggestions, de beaucoup de fictions que je ne connaissais pas.

En me parlant de Sweet/Vicious, Lucie, notre rédactrice beauté, m’a convaincue, je lui laisse donc ici la parole :

« Sweet/Vicious est une de ces séries qui te donnent envie de te battre et de soutenir les meufs autour de toi.

C’est une histoire qui croise le destin de deux étudiantes qui auraient pu ne jamais se rencontrer.

Jules fait partie d’une sororité comme beaucoup d’Américaines, et malgré son apparence très girly et gentillette, elle cache le lourd secret de son viol par un membre de son entourage proche.

Depuis quelques temps, Jules a décidé de se faire justicière de l’ombre auprès de toutes les étudiantes victimes d’agressions sexuelles dans son campus.

C’est lors d’une de ses « interventions » qu’elle rencontre Ophelia, dealeuse de weed plutôt calée en piratage informatique, avec qui elle finit par collaborer. »

Si le synopsis a suffi à me donner envie, c’est aussi le côté solidarité féminine qui a achevé de me persuader :

« Elles forment un duo explosif, plein d’humour, qui fonctionne à merveille malgré leurs différences.

J’aime cette série parce qu’elle représente des personnages féminins complexes et multiples à côté desquels les hommes paraissent presque insipides et grossiers.

C’est une série qui prône la sororité, la confiance en soi et qui parle du traumatisme avec beaucoup d’intelligence et de profondeur. »

Malheureusement, la série est assez courte. En même temps, ça te permettra de la binger en un week-end pluvieux, et ça, ça fait plaisir.

« Elle ne dure que 10 épisodes malheureusement mais ce sont 10 épisodes intenses, drôles, effroyables, empouvoirants, et par-dessus tout féministes. »

Voilà, mon héroïne du quotidien, j’espère que ces contenus te donneront envie d’entretenir des liens forts avec les femmes qui t’entourent et de propager la sororité autour de toi !

Si tu connais ces contenus, ou d’autres qui mettent aussi en avant la solidarité entre femmes et ses bienfaits, n’hésite pas à venir m’en parler dans les commentaires de cet article, je serai ravie de les découvrir ♥

À lire aussi : 6 séries avec des héroïnes intéressantes à regarder de toute urgence

Mathilde Trg

Mathilde Trg

Relectrice « zéro faute » hors-pair, Mathilde est aujourd’hui l’interlocutrice des maisons d’édition désireuses de faire connaitre leurs œuvres sur madmoiZelle. Elle est aussi obsédée par les e dans l’o (œ) que par Orelsan (à toi de juger ce qui est le plus grave), et prononce les noms espagnols avec l’accent.

Tous ses articles

Commentaires

skippy01

La trilogie Pitch Perfect.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!