Live now
Live now
Masquer
sex-and-the-city-critique-moderne
Série télé

J’ai revu l’intégrale de Sex & the City en 2017, voici ce que j’en ai pensé

19 juil 2017 8
Sophie adorait Sex & the City quand elle était ado. Puis, elle l’a détestée. Récemment, elle s’est lancée dans un nouveau visionnage, et son avis n’est plus aussi tranché qu’avant.

Il y a quelques jours, ou plutôt quelques semaines, j’ai eu envie de regarder à nouveau Sex and the City.

Ça m’a prise comme une envie de pisser.

J’étais en train de passer de réseaux sociaux en réseaux sociaux, persuadée que je n’aurais aucune inspiration ce jour-là pour bosser, quand j’ai vu un post d’un compte Instagram « années 80, 90 et 2000 ».

C’était une capture d’écran d’un épisode de Sex & the City, sur laquelle Carrie est en sous-vêtements, l’air songeur, en train de se demander si elle aime Big ou « la douleur exquise de vouloir quelqu’un d’impossible à atteindre ».

https://www.instagram.com/p/BVphcZ3nl2U/?taken-by=80s_90s_00s

C’est tellement le genre de questionnements qui reviennent dans les conversations de fin de soirée que j’ai eu envie de regarder l’épisode. Et je l’ai trouvé pas con, alors foutue pour foutue, autant se refaire la série depuis le début.

Pour voir comment ça a vieilli !

Sex & the City, le féminisme et moi

Sex & the City, on va pas tortiller, j’ai chié dessus en masse. J’ai adoré quand j’étais ado, parce que ça m’apparaissait avant tout comme une série où les gens forniquent et les femmes disent des gros mots. C’était rigolo.

Et puis, une fois jeune adulte, au tout début de ma découverte du féminisme, ça m’a rendue dingue.

C’était pas assez progressiste, gnagnagna les filles adorent les chaussures, gnagnagna ça réussit même pas le Bechdel Test, elles sont toujours en train de parler des bonhommes nan mais sérieusement quoi.

Les moments qui me saoulaient le plus, c’était dès que le personnage de Charlotte ouvrait la bouche. Ça me hérissait les poils de rage à croire au prince charmant et à balancer des principes dignes des années 50 quatre fois par conversation.

Pour moi, Charlotte est à Sex & the City ce que Ross est à Friends : un truc qui gâche sacrément le plaisir.

Le fait qu’un personnage aussi rétrograde, aux idées aussi archaïques, soit présenté comme quelqu’un de sympa, ça me mettait dans une colère profonde.

Sex & the City, produit progressiste de son époque

Et puis là, ce mois-ci, en revoyant les épisodes, j’ai compris. J’ai compris qu’à la fin des années 90, cette série était précieuse.

Moi si j’avais été Carrie et si Big m’avait relancée après s’être marié avec une autre (ouais je sais, là c’est Samantha, mais qu’y puis-je si je la trouve plus drôle du faciès ?)

Pour l’époque, c’était fou, Sex & the City !

Ça a aidé des milliers de femmes à se sentir plus à l’aise avec leur libido, leur célibat, leur vie professionnelle, leurs potentielles ambitions.

Cette teuteute de Charlotte, finalement, est là pour nous rappeler les idées bien plus moralisatrices qui venaient casser les couilles de tout le monde jouer les rabats-joies.

Sex & the City, série imparfaite

Bien sûr, il y a MILLE CHOSES perfectibles dans cette série.

Là par exemple, dans l’épisode qui tourne en fond, les quatre meufs sont en train de se demander si leur pote qu’elles croyaient gay et qui a roulé une pelle à Charlotte est, je cite, un gay assumé ou un hétéro hésitant.

Au-delà de la lourdeur ultime du débat, personne n’envisage le fait qu’il puisse être, par exemple… bisexuel !

À lire aussi : Le jour où j’ai essayé de coucher avec un garçon… alors que je suis lesbienne !

En plus, si elles le croyaient homosexuel, c’est parce qu’il aime la mode, la cuisine et écoute Cher. Et le dénouement de cette histoire, bordel…

J’ai attrapé ma taie d’oreiller et j’ai mordu très fort dedans.

Y a aussi le fait qu’on ne voit que des personnages à la réussite sociale éclatante, ce qui n’aide pas tellement à s’identifier aux protagonistes.

Et bien d’autres soucis, que je ne vais pas m’amuser à recenser, parce que ça a déjà été fait mille fois et que vous avez pas que ça à faire.

Si seulement Sex & the City était un peu plus… et moins…

Je sens que la série aurait tellement plus d’impact, aurait vraiment bien vieilli avec un peu plus de vraie vie dedans.

Dans l’idée, ça me fait un peu le même effet que Friends : ils ont fait l’effort, mais j’aurais aimé qu’ils aillent un peu plus loin.

Je ne comprends pas pourquoi nous emmerder à remettre Carrie dans les pattes de Big, par exemple. Il ne serait pas passé pour le pire des goujats s’il en était resté à son mariage avec Natacha !

Il a aimé Carrie, ils se sont séparés, il a rencontré une autre femme. C’est cruel mais c’est la vie. Ça arrive à des millions de gens.

Bye bye, Sex & the City, et merci

Je ne pense pas que je finirai de revoir tout Sex & the City. Parce que c’est pas ma génération. Mais je suis reconnaissante pour tout ce que cette série a pu apporter comme ouverture au sujet de la sexualité des femmes, par exemple.

Et même si j’étais un peu jeune, Sex & the City m’a apporté des choses. J’ai dévoré tous les épisodes quand j’étais ado, et je me demande si j’aurais été différente en regardant une autre série à la place…

Est-ce que j’aurais été aussi à l’aise avec la sexualité dans son ensemble, la mienne, mais aussi celle des autres ?

Est-ce que j’aurais réussi à me poser les bonnes questions au bon moment pour éviter de tomber amoureuse de tel mec, si je n’avais pas vu ce panel énorme d’échecs amoureux dans ma télé ?

Est-ce que j’aurais été consciente qu’il n’y a pas plus grosse erreur que de cacher quelque chose à ses amis alors qu’il est important d’avoir leur soutien ?

Est-ce que j’aurais eu une si forte conscience amicale si j’avais pas biberonné cette série toute mon adolescence ?

J’ai adoré Sex & the City à un âge, je l’ai haïe à un autre. Je crois que maintenant, j’arrive à prendre du recul pour rester quelque part au milieu, et voir cette série pour ce qu’elle est.

Une sorte de divertissement qui prend doucement des airs de document historique, et a probablement, à son époque, fait du bien à de nombreuses femmes.

Est-ce que les séries extrêmement progressistes qu’on voit aujourd’hui auraient toutes pu exister sans l’impact de Sex & the City, diffusée il y a bientôt vingt ans ? J’suis pas sûre, Arthur.

Sur cette belle rime, je retourne dans ma lecture de King Kong Théorie, parce que l’un n’empêche pas l’autre. Pouet pouet les rageux !

À lire aussi : Comment le féminisme a changé mon rapport à la pop culture (vol. 2)

Les Commentaires
8

Avatar de NeroliReglisse
20 juillet 2017 à 08h10
NeroliReglisse
Pour le romantisme de Charlotte je le trouve dommage car cliché. Le romantisme ce n'est pas la nunucherie totale, on peut être romantique sans être gnangnan...

Moi ce qui m'agace c'est l'impact que cette serie a encore sur beaucoup de de femmes, je traîne plus dans une sphere 30 ans et plus et si nous n'avions pas le même age que les actrices nous avons intégrés qu'une soiree entre fille c'est forcement chiffons et cocktails

La série Sex and the City peut nous faire croire que les soirées entre filles, c'est chiffons et cocktails... mais c'est réducteur. C'est juste ces 4 filles qui aiment bien parler chiffons et cocktails et qui nous dit qu'elles ne parlent pas d'autre chose ? On ne voit que 5 minutes par déjeuner, or elles doivent bien y rester une heure, non ? Tout comme on pourrait croire que quand elles sont entre elles, les femmes ne parlent que de sexe, ce qui est faux. C'est juste le thème de la série qui est comme ça.
Et puis il ne faut pas prendre ces bonnes femmes-là en exemple de style de vie. Comme je l'ai dit plus haut, vivre à New York en ayant 2 dollars le mot et 25 000 dollars sur les livres, tout en faisant ses courses chez Manolo Blahnik, c'est déraisonnable.

Malgré tout cela, je trouve que cette série est d'une qualité bien supérieure à la plupart d'autres séries.

Par contre, les films, je ne les ai pas aimés. On est dans la frivolité à l'excès. J'ai revu récemment Sex and the City 2 et je l'ai détesté. C'est bling-bling à mort et il n'y a aucune profondeur pour compenser. Entre Carrie qui offre une Rolex vintage et Charlotte qui se balade en jupe Valentino vintage dans sa cuisine avec ses filles qui font de la peinture... Placement de produits à fond !
2
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Série télé

critique-le-flambeau-canneseries
Série télé

Oh non, Le Flambeau est l’incarnation même de l’expression « tirer sur la corde »

Kalindi Ramphul

21 jan 2023

outlander-saison-8
Série télé

Fan d’Outlander ? On a une bonne et une mauvaise nouvelle

Manon Portanier

20 jan 2023

1
buffy contre les vampires sarah michelle gellar
Pop culture

Buffy : Sarah Michelle Gellar avait « mauvaise réputation » parce qu’elle défendait les acteurs

Maya Boukella

19 jan 2023

2
Anne Hathaway, Meryl Streep et Emily Blunt dans Le Diable s'habille en Prada
Pop culture

Only Murders in the Building : Meryl Streep rejoint le cast de la saison 3 !

Maya Boukella

18 jan 2023

the-lesson-critique
Série télé

Vous ne sortirez pas indemne de la série politique israélienne The Lesson, on vous le promet !

Kalindi Ramphul

14 jan 2023

capture d'écran de Maya and the three
Série télé

Voici les 4 meilleures séries d’animation à voir en streaming (d’après un avis biaisé et partial)

Aïda Djoupa

14 jan 2023

4
lost-saison-1
Série télé

Alerte coup de vieux : que devient le casting de Lost ?

Manon Portanier

10 jan 2023

5
séries disney
Pop culture

Les 8 meilleures séries à voir sur Disney+

Maya Boukella

08 jan 2023

noah schnapp coming out
Pop culture

Noah Schnapp (Stranger Things) fait son coming-out gay

Maëlle Le Corre

06 jan 2023

1
parks and recreation noel
Pop culture

Quand Noël s’invite dans nos séries feel good, de Friends à Brooklyn Nine Nine

Maëlle Le Corre

25 déc 2022

La pop culture s'écrit au féminin