Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Sainte Futile (Alix Girod de l’Ain)

Au Livre de Poche

Pauline Orman-Perrin est journaliste pour le prestigieux magazine Modelle. Elle y signe des billets d’humeur drôles et légers de son diminutif, POP. Quand les journalistes des pages Société s’inquiètent de la crise au Darfour, elle allège le ton avec ses considérations sur le retour du poil de nez chez l’acteur hollywoodien. Mère de deux enfants et épouse comblée, Pauline profite de tout ce que lui permet une existence facile.

Mais un jour, alors que – comble de la branchitude – elle prend un verre chez Colette, le bar à eau lui tombe sur le nez. Elle se réveille au paradis, face à Dieu, qui lui apparaît sous les traits de Karl Lagerfeld ! Complètement halluciné par la frivolité de sa nouvelle invitée, ce dernier décide de la renvoyer sur Terre, avec pour mission de donner du sens à sa vie personnelle et professionnelle.

Si tu es une lectrice de ELLE, tu l’auras compris, POP est le double romancé d’Alix Girod de l’Ain, alias le Dr AGA, qui officie chaque semaine dans le prestigieux magazine.

Vous reprendrez bien un peu de chick lit

Il fallait une intrigue accrocheuse pour me faire ouvrir un énième bouquin de chick lit. Et même si, à la sortie du livre, l’éditeur s’en est défendu, il s’agit bien de littérature pour poulettes. Du glamour, de l’humour, de l’amour… A 40 ans, POP cumule tous ces trucs en « -our » qui préoccupent nombre de madmoiZelles. Mais l’overdose guette… C’est donc sceptique que j’ai ouvert Sainte Futile.

Et bien, je l’ai refermé séduite, d’abord par le caractère enjoué de l’héroïne, ensuite par la succession de scènes hilarantes. Car, évidemment, la conversion de Pauline va mettre sa vie et celles de ses proches sans dessus dessous. Imagine la réaction de sa famille lorsqu’elle décide d’héberger une famille colombienne douteuse et celle de ses rédac’ chefs lorsqu’elle se met à faire du prosélytisme en édito d’un magazine de mode… On n’échappe pas à quelques longueurs (tu te doutes bien que la vie d’une sainte, même s’il s’agit de celle de POP, n’est pas toujours des plus passionnantes…)

C’est un divertissement plaisant qu’offre Sainte Futile, une fable qui illustre, avec humour, la lutte entre une futilité épanouissante et une charitable austérité. Je ne sais pas pour toi, mais Pauline et moi avons choisi notre camp !

Les Commentaires

1
Avatar de Lesti
30 avril 2007 à 17h04
Lesti
Pour avoir lu le livre j'aouverai qu'en fait à mes yeux c'est loin d'être le meilleur bouquin pour se dorer la pilule au soleil...
Le début de l'histoire est incroyablement long et ennuyeux, il manque d'humour et de piquant... Cependant la fin est très jolie et bien agencée ce qui sauve le livre...
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Source : Flammarion
Livres

Dès que sa bouche fut pleine : le délicieux roman de Juliette Oury explore les liens entre désir et appétit  

1
Culture

Irrésistible (série) : c’est la nouvelle comédie romantique à ne pas manquer à la rentrée

Humanoid Native
Source : Ketsia Mutombo & Laure Salmona
Société

« L’espace numérique est une toile de dominations » : interview de Ketsia Mutombo et Laure Salmona

1
Rose Lamy crédit Marie Rouge
Féminisme

Rose Lamy : « Le patriarcat n’a pas disparu, il a juste pris des formes différentes »

livres-jeunesse
Livres

Les 10 albums jeunesse à ne pas louper en août

Copie de [Image de une] Horizontale-18
Culture

Sous les strates : On a discuté d’adoption transraciale et de quête d’identité avec Lou Eve

1
Copie de [Image de une] Horizontale-9
Livres

Rentrée littéraire : 3 romans incontournables à dévorer

1
Copie de [Image de une] Horizontale-5
Culture

Rentrée littéraire : trois nouvelles plumes à savourer

3 livres à ne pas manquer ce mois-ci ! // Source : Unsplash
Livres

Rentrée littéraire 2023 : 5 romans qu’on a hâte de lire

2
livre-jeuneese-rentree
Daronne

8 livres jeunesse pour aborder la rentrée le cœur léger 

Source : Creative Commons
Livres

« Des mains de la mer s’emparèrent de moi » : Amélie Nothomb évoque le viol collectif qu’elle a subi à 12 ans

1

La pop culture s'écrit au féminin