Live now
Live now
Masquer
pokemon-go-lien-social
Culture

Non, Pokémon Go ne crée pas une armée de « zombies asociaux », au contraire !

Pokémon Go conduit-il les joueurs et les joueuses à s’isoler ? Suite à la sortie officielle du jeu, de nombreux internautes se sont posé la question. Lise vous explique pourquoi c’est au contraire un jeu social.

Quand Pokémon Go est sorti, on a toutes et tous pensé aux dérives que le jeu pouvait causer. Normal, puisqu’il s’agit quand même d’un jeu vidéo en réalité augmentée à grande échelle ! À la rédac, on s’est tout de suite amusées à imaginer le monde dans cent ans, après l’apocalypse causée par l’application de Niantic Labs.

À lire aussi : Pokémon Go est enfin disponible en France !

Bien sûr, c’était pour rigoler et au fond, on est nombreuses à sortir le smartphone à la pause pour checker les petits monstres alentours.

Le hic, c’est que quand on ne comprend pas trop l’engouement pour le jeu, le phénomène peut surprendre. Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes (entre autres), s’est fendue d’un tweet plutôt sarcastique sur la question.

Une remarque acerbe qui n’a pas manqué évidemment de lui attirer les foudres de nombreux utilisateurs et utilisatrices de l’application. C’est clair, ce genre de remarques a de quoi énerver ! Mais il faut reconnaître que quand on ne maîtrise pas Pokémon Go, le côté soudain et global de ce phénomène a de quoi inquiéter.

Laissez-moi donc vous expliquer pourquoi il faut arrêter de flipper à tout bout de champ.

Pokémon Go, une application sociale

L’un des buts de sortir des jeux sur mobile, c’est de les rendre accessibles à tou•tes. Relativement peu de personnes ont une PS4 ou un PC gamer, mais beaucoup ont un smartphone ! Ainsi, on élargit et diversifie le cercle des joueurs et joueuses ; du même coup, on parvient à créer un phénomène de masse.

Les jeux vidéo, c’est pour tout le monde et ça devient presque aussi lambda qu’avoir un compte Facebook.

Et surtout, la figure du geek qui reste enfermé dans sa chambre pour jouer sur sa console (ou son ordi) évolue. On a affaire à de nouvelles façons d’aborder le jeu vidéo. Même si, à titre personnel, je prends toujours plaisir à me cloîtrer pour jouer à Overwatch pendant plusieurs heures !

Plein de rencontres en perspective grâce à Pokémon Go

Comment expliquer le sentiment formidable d’avoir une passion en commun

avec la personne à côté de nous devant une arène ? Nous sommes nombreuses et nombreux à avoir des histoires insolites à raconter sur le sujet !

Un soir avec des potes, nous étions installés dans une rue avec un module leurre, ces items qui attirent les Pokémons.

Tout à coup une fenêtre s’est ouverte, on a cru qu’on allait se faire disputer parce qu’on faisait trop de bruit. Au lieu de ça, un mec a passé sa tête par la fenêtre pour nous demander si on avait attrapé l’Evoli qui venait d’apparaître.

À lire aussi : Les madmoiZelles en Pokébalade dans les hautes herbes — Reportage

Des discutions devant les arènes, des coups d’œil amusés lors d’un combat, de petits saluts au détour d’un Pokéstop… Les anecdotes des dresseuses et dresseurs sont inépuisables ! J’ai même eu la chance de rencontrer une lectrice et fidèle vieweuse de notre chaîne Twitch de façon totalement inattendue, lors d’une chasse aux Pokémons au Parc de la Tête d’Or !

On sort de chez nous grâce à Pokémon Go (et on est pas déso)

Je vois d’ici les remarques des sceptiques (genre à tout hasard, mes parents) : « Non mais t’as besoin de ça pour sortir ?! ».

Alors pour info, ma passion c’est les jeux vidéo. Si un jeu se joue à l’intérieur, je jouerai à l’intérieur. Genre, je vais pas me promener dans les champs avec ma Wii U sous le bras. Si un jeu se joue à l’extérieur, je jouerai à l’extérieur. Capiche ?

Plus sérieusement, oui Pokémon Go nous fait sortir, et c’est tant mieux ! Avant, je passais mes week-ends dans mon appart à mater des séries avec mon mec, et j’assume totalement. Alors plutôt que d’y voir quelque chose de négatif, voyons ça comme un effet positif.

Un effet positif qui paradoxalement, nous fait lever le nez. J’ai remarqué des sculptures, des portes et des plaques commémoratives dans ma rue auxquelles je n’avais jamais fait attention.

Et quand les gens prennent peur parce que tout le monde court pour attraper un Aquali à Central Park ou un Leviator à Bordeaux, moi je trouve juste ça chouette ! Parce qu’on se marre en essayant d’être premier•e sur le coup, parce qu’on est super excité•e, et parce le jeu est fait de telle façon que tout le monde pourra l’attraper.

https://twitter.com/B3zero/status/757300241070645248?ref_src=twsrc%5Etfw

Les Pokémons sont là à durée limitée, mais pas en quantité limitée. À ce sujet, Thomas Hercouët s’est d’ailleurs exprimé sur Facebook et je n’aurais su mieux dire ! Je lui laisse donc le mot de la fin.

hercouët pokemon go

620-ARTICLES-POKEMON-GO


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

27
Avatar de Grenouillette_
4 août 2016 à 19h08
Grenouillette_
Bon je réponds cinq siècles après (oui j'aime bien faire comme ça :cretin mais oui @Solène. je pense qu'il y a de ça, on peut aller plus "loin" dans les questions soulevées par le jeu je pense (surtout qu'il y en a à plein de niveaux je trouve) ; mais bon après c'est vrai que ce n'était peut-être pas le but de l'article non plus .
Il y a quelques pistes de réflexion assez intéressantes dans cet article : https://reporterre.net/Les-Pokemon-nous-rapprochent-ils-de-la-nature. J'avoue ne pas être d'accord avec toutes, car si je n'avais pas encore eu l'occasion "d'approcher" le phénomène plus tôt, je dois dire maintenant que quand je sors et que je vois toutes ces personnes à fond sur leur téléphone, ça me mine assez le moral, je trouve ça triste en fait (voire pas mal flippant...). C'est personnel bien sûr et je tiens à redire que je n'incrimine personne, je comprends qu'on puisse trouver ça cool, mais je sais pas, ça me laisse assez perplexe en fait... c'est peut-être lié aussi au fait que je me sente assez étrangère aux jeux vidéos de façon globale, je sais pas .
1
Voir les 27 commentaires

Plus de contenus Culture

Interview de María Riot, performer X et coordinatrice d'intimité // Source : Photo by @monica_figueras
Sexo

« Être performeuse X fait aussi de moi une meilleure coordinatrice d’intimité » : María Riot

Nora Hamzawi // Source : C à vous
Culture

Jacques Doillon : Nora Hamzawi s’oppose à la sortie du film CE2, dans lequel elle joue

le consentement // Source : jean paul rouve kim higelin
Culture

Calendrier, révélations : tout savoir sur les César 2024

1
ode-calvin-et-hobbes
Culture

Ode à Calvin et Hobbes, la lecture-doudou par excellence !

6
Source : Madmoizelle
Culture

Violences sexuelles dans le cinéma : enfin un MeToo en France ? Pour les César, 50/50 nous a répondu

« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Chloë Gervais // Source : URL
Société

Squeezie, Chloë Gervais et Abrège Frère : c’est quoi cette histoire de cyberharcèlement ?

7
L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

Judith Godrèche revient sur l'émission de Laure Adler en 1995 - C Ce soir du 12 février 2024 // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« On s’en fiche bien que j’y aille ou pas » : Judith Godrèche balaye les rumeurs sur sa présence aux César 2024

La pop culture s'écrit au féminin