Live now
Live now
Masquer
LSAQCS_Eiffel_Horizontal

Même la Tour Eiffel est moins grande que l’écart d’âge entre l’acteur et l’actrice d’Eiffel, sérieux !

Le film Eiffel est actuellement en salles. Si sa plastique est rigoureusement splendide et ses acteurs performants, il y a une couille dans le potage.

Cette semaine, le nouveau podcast hebdomadaire Le seul avis qui compte, dans lequel Kalindi chronique sa mauvaise humeur ciné, parle du film Eiffel. L’article ci-dessous est une retranscription du podcast.

Dans la vie, il y a certaines vérités dont je n’arrive franchement pas à me remettre. Par exemple : le fait que Carlito soit le fils de Guy Carlier ou qu’Elsa Pataky soit sortie avec Michael Youn avant de se marier à Chris Hemsworth.

Et puis il y a certaines vérités dont je ne suis malheureusement même pas surprise qu’elles existent. 

L’histoire derrière le film Eiffel, par exemple, ne me surprend pas le moins du monde et c’est bien dommage, car s’il y a bien un domaine dans lequel j’aimerais voir mon cynisme contrarié, c’est le cinéma… 

La Tour Eiffel, une histoire subjective de désamour profond

Avant de râler sur le film, faut savoir déjà que moi, la Tour Eiffel, c’est pas un sujet qui me passionne, d’autant plus qu’en bonne parisienne je passe devant sans même la regarder. 

Pour moi, la Tour Eiffel évoque deux supplices : 

  • Le premier, c’est quand à 8 ans ma mère m’a forcée à la monter à pieds alors que tout ce à quoi j’aspirais à l’époque c’était de manger des sacs de bonbons chez Gloups en lisant Tom-Tom et Nana
  • Le second c’est bien sûr Tinder, puisque 48% des hommes considèrent qu’il est séduisant de poster un selfie d’eux où on voit que leur front, avec la Tour Eiffel en fond. 

Désolée pour ce pauvre Gustave, mais moi sa tour m’évoque une séance de sport non-consentie et des chauves à lunettes de soleil qui essaient de me ken. 

Aussi, je peux pas dire que je sois une amatrice de la première heure des biopics. Disons même que je peux pas blairer ça.

Donc un biopic sur le gars qui a créé la Tour Eiffel, sur le papier c’est vraiment un pensum pour moi. 

Eiffel, une plastique irréprochable

EIFFEL - Bande-annonce officielle HD

Mais comme il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis, je suis quand même allée voir Eiffel et ce pour deux raisons principales. 

La première s’appelle Emma McKay, la seconde Romain Duris. Plaisir de voir ces deux comédiens dans ce qui ressemblait d’après la bande-annonce à une fresque épique sur l’ambition, sur l’amour, et sur l’ambition qui freine voire empêche l’amour. 

Et la bande-annonce disait vrai ! Eiffel, c’est un récit flamboyant, qui oscille subtilement entre fiction et réalité grâce à une belle écriture et à la superbe réalisation de Martin Bourboulon. 

Là-dessus, rien à redire : Eiffel, est un spectacle à la hauteur des 300 mètres de la Tour, dont les lumières et les effets-spéciaux entre autres ont coûté la modique somme de 26 millions d’euros.

Dommage qu’ils n’aient pas pensé à investir 4€ dans l’éthique — mais j’y reviendrai plus tard. Quoi qu’il en soit le résultat est là : à l’écran, c’est beau à couper le souffle. 

Mais malheureusement, ça ne suffit pas. 

Les dessous d’Eiffel : une sale affaire pour son autrice

Derrière ce projet splendide, il y a un cauchemar : celui de Caroline Bongrand, une écrivaine de 53 ans, qui se trouve être la scénariste du film. 

Je vous la fais courte : Caroline a travaillé des années sur ce projet, en supportant qu’on essaie en permanence de l’évincer de l’affaire ! À commencer par Luc Besson, qui a sans aucune gêne aucune proposé à Caroline de carrément signer son histoire à elle de son nom à lui. Et seulement de son nom à lui. 

Finalement c’est Martin Bourboulon qui s’est vu confier le projet — et qui est lui non plus pas le dernier des culottés puisqu’il a tenu à ce que l’autrice reste une femme de l’ombre en la tenant à l’écart de ce qui était, rappelons-le, son projet à elle. 

Résultat, Caroline Bongrand n’a réussi qu’une fois à aller sur le tournage d’Eiffel, et lorsqu’elle s’est présentée à Romain Duris, il ne savait même pas qui elle était. 

Dans les coulisses infernales d'un scénario français . ITW de Caroline Bongrand

Premier point noir sur la face du long-métrage, dont j’aurais aimé que la morale soit à la hauteur de la plastique. 

Et ça n’est malheureusement pas le seul. 

L’écart d’âge problématique des acteurs d’Eiffel

L’autre problème majeur étant que le film choisit de donner dans le male gaze en formant à l’écran un couple composé d’un vieux beau (pardon Romain, je t’aime) et d’une jeune femme qui pourrait être sa fille. 

Car Romain et Emma ont quelques 22 ans d’écart !

D’aucuns diront que l’acting, comme l’amour paraît-il, n’a pas d’âge, sauf qu’ici l’histoire vient toquer à la porte pour cause de foutage de gueule. Parce que dans la réalité, Gustave Eiffel et Adrienne Bourgès n’avaient que 12 ans d’écart !

Même la Tour Eiffel est moins grande que l’écart d’âge entre l’acteur et l’actrice d’Eiffel, sérieux !

Cette différence notable est donc symptomatique d’une société malade qui veut qu’une femme — et dans ce cas-là une actrice — passée 30 ans est bonne à jeter à la poubelle, et qu’on continue de filer des rôles de trentenaires voire de quarantenaires à des femmes qui femmes qui ont 20 ans.

Je vous invite à écouter le dernier numéro du podcast Affichées, qui parle justement d’âgisme au cinéma avec deux actrices : Catherine Pifareti et Marina Tomé. 

Eiffel cumule donc non pas un, mais deux poncifs misogynes. Parce que finalement, pourquoi choisir ? 

Que les machos se rassurent, le sexisme a encore de belles heures devant lui !

Crédits

Le seul avis qui compte est un podcast de Madmoizelle écrit et présenté par Kalindi Ramphul. Réalisation et édition : Mathis Grosos. Rédaction en chef : Mymy Haegel. Direction de la rédaction : Mélanie Wanga. Direction générale : Marine Normand.

Abonnez-vous au podcast Le seul avis qui compte

Sur Apple Podcast • Sur Deezer • Sur Spotify

À lire aussi : Le seul avis qui compte (sur James Bond) : notre nouveau podcast ciné et 100% Kalindi

Les Commentaires
35

Avatar de LadyOscar
30 octobre 2021 à 12h37
LadyOscar
Sinon concernant l'invisibilisation des femmes jeunes, je trouve ça tellement débile financièrement parce qu'en fait, certaines actrices de plus de 40 ans sont hyper bankables, notamment parce que le public de plus de 40 ans les connait depuis très longtemps et parce que les femmes de 30 ans et plus apprécient d'avoir des modèles dans lequel se projeter pour l'avenir. Je ne m'en rendais pas compte quand j'avais 20 ans mais maintenant que j'ai 30 ans passés, je réalise que ça me plait vachement de voir des Jennifer Aniston, Drew Barrymore ou Reese Witherspoon jouer dans des comédies romantiques ou des séries dont elles sont l'héroïne. Je suis aussi triste que des actrices comme Cameron Diaz aient décidé d'arrêter de tourner! Je les aimais quand elles avaient 20 ans et je les aime toujours aujourd'hui quand elles approchent les 50 ans, et ça me fait plaisir de voir des scénarios sur des femmes qui ont atteint un niveau avancé dans leur carrière, qui ont des enfants âgés et vivent une vie amoureuse plus mûre. Je trouve ça vraiment dommage que le marché représenté par les héroïnes de 35+ soit si sous-estimé par les producteurs de fiction!
Je plussois. J'ai regardé les dossiers Warren 3 récemment (film d'horreur mais c pas le titre exact du volet 3). Le couple Warren est joué depuis le volet 1 par deux acteurs nés tous deux en 1973. Ils ont donc commencé aux alentours de 40 ans et pour le 3, ils approchent les 50 et je trouve que ça apporte énormément aux films car le principe c'est qu'ils forment un couple ultra soudé qui se sont rencontrés très jeunes et ont décidé ensembles de tirer partie des dons de voyance de la femme pour aider les gens en galère avec des esprits, etc. Outre que les acteurs dégagent qq chose de très bienveillant et qu'ils semblent remplis de compassion pour leurs prochains (je pense que c'était pas du tout le cas des vrais époux Warren mais ce n'est pas le sujet ici), le fait qu'ils aient le même âge renforce vraiment cette idée de couple qui a traversé des tonnes de choses grâce à leur amour (oui, c'est cucul, ne me jugez pas). J'aurais bcp moins accroché si il y avait une différence d'âge visible entre eux ou si les deux faisaient trop jeunes...
1
Voir les 35 commentaires

Plus d'Épisodes Le seul avis qui compte

[Podcast] Le seul avis qui compte
le_seul_avis_qui_compte

E7 8 min

Drama à souhait mais douloureux pour les oreilles, House of Gucci n’a que ses accents « italiens » à se reprocher (et Jared Leto)

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

[Podcast] Le seul avis qui compte
le_seul_avis_qui_compte

E6 7 min

Aline, le film gênant mais sincère sur notre Céline adorée

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

[Podcast] Le seul avis qui compte
le_seul_avis_qui_compte

5 5 min

Portraits crachés de tous les connards qui peuplent les cinémas

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

le_seul_avis_qui_compte
le_seul_avis_qui_compte

E4 5 min

C’est con mais c’est drôle : Barbaque hache menu des végans pour la survie de l’humour noir

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

[Podcast] Le seul avis qui compte
le_seul_avis_qui_compte

E3 7 min

Venom 2, ou le pire film qu’on a vu cette année (et Dieu sait que la concurrence est rude)

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

LSAQC (1)
le_seul_avis_qui_compte

1 5 min

Le seul avis qui compte (sur James Bond) : notre nouveau podcast ciné et 100% Kalindi

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

affichees-agisme
le_seul_avis_qui_compte

56min

« Les acteurs vieillissent, pas leurs conquêtes » : quand l’âgisme et la misogynie se croisent à l’écran

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

affichees-harry-potter
le_seul_avis_qui_compte

E14 00:55:37

Pour les 20 ans des films, on fait le procès d’« Harry Potter » : surcoté ou toujours merveilleux ?

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

affichees-grossophobie
le_seul_avis_qui_compte

E13 00:54:54

On déconstruit la grossophobie (plus ou moins) latente véhiculée par les films et les séries

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

visuel article podcast
le_seul_avis_qui_compte

E12 00:41:15

On fait le procès de « La Reine des Neiges » : la sororité triomphera-t-elle sur l’illogisme du Disney ?

Le seul avis qui compte

Lire l'épisode

Vous aimerez aussi

1 2 3 4 5 6 7 8 9
10