Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Pinocchio (Winshluss)

Pinocchio vous connaissez… Mais pas comme ça ! L’auteur égratigne (voir un peu plus) le conte avec un plaisir non dissimulé. On pourra aimer ou détester cette très (très) libre adaptation de l’histoire, mais on pourra difficilement y être indifférent…(pour public averti cependant)

Le pitch alors ?

Pinocchio est ici un robot, créé par un certain Gepetto…qui dès qu’il a finit sa création va s’empresser d’aller voir l’armée pour vendre son pantin comme une arme parfaite. Pendant ce temps là, un certain Gimini (mais ici point de criquet, plutôt un cafard SDF bien trash) va s’installer tranquillement dans la tête de Pinocchio, trop content de se dégotter un appart gratos. Se faisant il fout un bordel monstre dans l’esprit du robot, qui après avoir fait des choses pas très recommandable à Madame Gepetto (qui n’est pas contre d’ailleurs) se barre visiter le vaste monde. Et ce n’est pas que Pinocchio, mais aussi de nombreuses autres oeuvres (Blanche Neige, Moby Dick…) que l’auteur va trashiser au passage de ce robot déglingué.

Juste du trash ?

Voilà, le pitch est fait, et en même temps c’est peu vous en dire. Winshluss se joue des codes narratifs, change de style graphique sans qu’on ait le temps de reprendre son souffle (toujours avec virtuosité) et dresse un portrait décapant de notre société, avec un humour noir génial. Je pourrais vous dire de faire attention mais au vu de son succès je me dis que finalement on aime ça, le sexe, la violence, et se prendre en pleine face tous nos vilains défauts. Bien sûr après vous ne regarderez plus les septs nains de Blanche-Neige pareil, mais est-ce que c’est grave ?

A vos risques et périls cependant…

Clairement, tout le monde n’aimera pas, parce que c’est crade, c’est politiquement incorrect, et que parfois c’est vraiment choquant. Mais l’auteur le fait avec tant de talent que personnellement, j’ai adoré. (et pourtant je suis une fille qui rêve de Jimmy Choo comme quoi). Parce que si c’était gratuit clairement je l’aurais refermé au bout de dix pages, mais là, l’objet en lui-même est très beau, le dessin est juste superbe, et si on accepte d’en rire, et bah on en rit beaucoup beaucoup.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

4
Avatar de AnonymousUser
2 février 2009 à 16h02
AnonymousUser
Mon mec le lit en ce moment, quand il aura fini je lui piquerai, les dessins sont très chouettes en tout cas (et l'objet est joli)

Tu as de la chance de l'avoir à dispo, apparemment il a été en rupture de stock un peu partout en janvier... Je suis passée au Furet du Nord ce midi, il ne l'avait plus non plus.
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Livres

ode-calvin-et-hobbes
Culture

Ode à Calvin et Hobbes, la lecture-doudou par excellence !

6
« Comment redécouvrir votre sexualité ? » : Lisa Demma, autrice du livre qui décomplexe le sexe // Source : DR
Sexo

« ​​Quand on parle de libido, l’insécurité est toujours dans les parages » : Lisa Demma

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en février 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en février 2024

Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Kendall Jenner // Source : URL
Culture

« Reading is sexy » : comment la génération Z et les stars reviennent aux livres papier

10
Copie de [Image de une] Shopping • Horizontale (1)
Culture

8 livres à découvrir en ce début d’année 2024

1
Copie de [Image de une] Horizontale (1)
Culture

On a discuté polyamour et réalité virtuelle avec les autrices de la BD « Le Champ des possibles »

Recommandations librairies livres féministe // Source : MonsteraProduction / Pexels
Culture

Nos puissantes amitiés, un essai qui replace l’amitié au cœur de nos vies 

COUV 3D
Livres

Le roman « 17 millimètres » aborde l’IVG à hauteur d’ado, et c’est essentiel

Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

La pop culture s'écrit au féminin