Regarder du porno en navigation privée, est-ce bien utile ?

La navigation privée ne conserve pas tes recherches porno dans ton historique, mais les géants du Web peuvent quand même savoir ce qui te fait mouiller. Alors à quoi bon ?

Regarder du porno en navigation privée, est-ce bien utile ?

À la fin d’un repas dominical chez mes grands-parents, ma sœur a eu le malheur d’ouvrir l’historique de Tonton.

Nous y avons découvert son attrait pour les « petites putes asiatiques » et nous aurions vraiment, VRAIMENT préféré qu’il connaisse la navigation privée.

Pourquoi regarder du porno en privé ?

Quand Internet est arrivé au domicile familial, il est rapidement devenu mon premier support masturbatoire

C’était tout de même plus pratique que rembobiner à l’infini la scène de 5 secondes du Pari dans laquelle Bernard Campan a une panne d’érection (on fait avec ce qu’on a).

À lire aussi : 4 trucs innocents sur lesquels on s’est masturbées, avant Internet

Le problème, c’était que le PC qui me permettait de surfer dans les recoins les plus sombres d’Internet était aussi celui qu’utilisait le reste de ma famille…

J’avais donc pris le réflexe d’effacer soigneusement mon historique à la fin de chacune de mes escapades interdites.

Puis vint la navigation privée.

Lancée par le navigateur Safari d’Apple en 2005 et bientôt rejointe par le mode incognito de Google Chrome, puis Internet Explorer et Mozilla, cette fonction permet notamment de ne pas conserver l’historique de navigation, les cookies et les infos tapées dans d’éventuels formulaires.

Nul doute que tous les pornophiles du Web (sauf Tonton apparemment) y ont rapidement vu le refuge idéal de leurs sessions toucherie. 

Une étude par la fondation Mozilla menée en 2010 montrait que la navigation privée concernait des sessions de 10 minutes en moyenne, au début de la journée, après le travail, après le dîner et en deuxième partie de soirée. Écoutez, ça concorde…

À lire aussi : Et si ta mère réalisait le porno qu’elle aimerait que tu regardes ?

Quand j’ai eu un ordinateur portable à la fac, j’ai continué à utiliser cette fonctionnalité, au cas où une copine m’emprunte mon PC au détour d’une préparation d’exposé…

Aujourd’hui, alors que personne ne peut avoir accès à mon historique, j’ouvre toujours par réflexe la fenêtre « incognito » censée effacer à tout jamais mes tags porno les plus sales.

Mais si la fonction remplit bien son rôle en préservant mes proches de mes recherches obscènes, il semblerait que mes secrets masturbatoires ne soient pas si bien gardés…

Les limites de la navigation privée

La création de la navigation privée répondait à une réalité : sur Internet, toutes nos activités sont publiques d’une façon ou d’une autre.

Alors oui, le chapeau de détective et les lunettes noires du mode incognito de Chrome inspirent indubitablement confiance.

Mais Google rappelle lorsqu’on l’active que les téléchargements et les favoris seront enregistrés et que l’activité pourra rester visible par les sites consultés, l’employeur ou l’établissement scolaire et le fournisseur d’accès Internet.

La plus grande menace viendrait des sites pornos consultés eux-mêmes.

Une enquête de juillet 2019, menée par Microsoft et l’Université de Pennsylvanie, montre que 93% des 22 000 plateformes de streaming X étudiées revendent leurs données à des tiers.

Mytho.

En fait, comme le rapporte MEL Magazine, même Google tracke 74% des sites pornos les plus populaires, rendant largement inefficace son propre outil de navigation privée.

À noter que si Microsoft s’acharne autant sur les failles de Google Chrome, c’est parce qu’il compte bientôt lancer une nouvelle version de son navigateur qui promet une sécurité renforcée !

Est-ce encore réaliste d’espérer cacher des choses au Grand Internet, qui sait déjà à peu près tout sur nous, y compris si l’on se branle plutôt sur des gros pénis ou des chattes qui se frottent ?

Difficile de savoir ce que les géants du Web peuvent faire de ces infos très personnelles. Les optimistes pourront espérer des suggestions de vidéos qui collent à leurs préférences…

Ultime argument pour mater du porno au grand jour : c’est quand même plus simple de retrouver dans ton historique cette fameuse scène qui a fait battre ton cœur la semaine dernière que d’espérer la repêcher en 2 mots-clés dans l’océan du porno en ligne.

Soyons pragmatiques.

En tout état de cause, rien de ce qui se passe sur Internet ne peut être vraiment privé…

C’est juste mieux d’en être conscient avant de se toucher, et de penser à effacer l’historique quand des enfants veulent jouer sur ton PC après un repas dominical !

À lire aussi : Où mater des films pornos de qualité ?

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Sillysally

J'imagine le malaise
C'est ma hantise
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!