Live now
Live now
Masquer
mort-dobby-excuses
Culture

J.K. Rowling s’excuse pour la mort de Dobby (et c’est pas dommage)

J.K. Rowling a causé de très nombreux traumatismes liés aux décès de certains de ses personnages dans Harry Potter. Aujourd’hui, elle s’en excuse.

Si la saga Harry Potter a eu autant de succès (et continue d’en avoir), c’est sans doute parce qu’elle parvient à susciter en nous un éventail d’émotions toutes plus vives les unes que les autres : la fascination, l’enthousiasme, la peur, le rire, mais aussi la peine.

Impossible de ne pas s’attacher aux protagonistes, aussi sombres soient-ils. Alors chaque perte est douloureuse. Certaines plus que d’autres.

J.K. Rowling s’excuse pour la mort de Dobby

J’en veux très fort à J.K. Rowling pour deux morts : celle d’Hedwige, et celle de Dobby.

Si la première a été vite expédiée, la seconde est tout simplement terrible – surtout dans le film.

Alors qu’il a permis à Harry, Hermione et Ron de s’échapper des griffes de Bellatrix en transplanant, cette dernière a le temps de lancer un couteau dans leur direction. Malgré leur téléportation, Dobby est touché, et pousse son dernier souffle sur la plage.

https://www.youtube.com/watch?v=Wy_kJu-UV28

HORRIBLE !

Hier, le 2 mai 2018, était un jour de célébration funeste : il célébrait les 20 ans de la bataille de Poudlard. Celle-ci aura vu de nombreux personnages laisser leur vie pour protéger celle des autres.

J.K. Rowling a, une fois de plus, pris la parole sur Twitter. L’année dernière, elle culpabilisait d’avoir ôté la vie de Severus Rogue

. Cette année, elle a souhaité rendre hommage à un personnage qui, lui, n’est pas mort pendant cette bataille mais dont le courage demeurera exemplaire : Dobby.

C’est une fois de plus cet anniversaire. Cette année, je présente mes excuses pour avoir tué quelqu’un qui n’est pas mort pendant la bataille de Poudlard, mais qui a sacrifié sa vie pour sauver des gens qui l’ont gagnée. Je fais bien entendu référence à Dobby, l’elfe de maison.

Si l’année dernière, la mort de Rogue suscitait le débat, celle de Dobby fait l’unanimité :

Il était si innocent ! Tout ce qu’il voulait c’était sauver Harry Potter, et tu l’as récompensé en le tuant ! POURQUOI JO. POURQUOI.

https://twitter.com/beauty_jackson/status/991611753791414272

La mort de Dobby est celle qui m’a fait le plus de mal. Il était loyal et sincère. DOBBY ÉTAIT UN ELFE LIBRE !!!

J’ai encore la migraine à force d’avoir pleuré au cinéma.

Allez, faute avouée à demi-pardonnée.

Pardonneras-tu à J.K. Rowling d’avoir tué Dobby ?

À lire aussi : Harry Potter ne reviendra pas, il est temps de l’accepter


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

25
Avatar de Milliepop
4 mai 2018 à 02h05
Milliepop
Alors, en dehors du running gag de l'hommage de l'année que je ne remarque de toute façon jamais, juste préciser en étant une "vieille" que, rapport à l'homosexualité de Dumbledore, en plus de ne pas être pertinente à l'histoire, faut pas oublier qu'il y a 20 ans la société était pas aussi ouverte qu'à présent.
Dites bonjour à la Section 28
La Section 28 ou l'article 28 de l'acte de gouvernement local de 1988 était un amendement controversé à l'acte de gouvernement local de 1986 au Royaume-Uni, abrogé le 21 juin 2000 en Écosse et le 18 novembre 2003 dans le reste du Royaume-Uni par la section 122 de l'acte de gouvernement local de 20031. L'amendement prescrivait que l'autorité locale « ne devait pas promouvoir intentionnellement l'homosexualité ou publier de documents dans l'intention de promouvoir l'homosexualité » ou « promouvoir l'enseignement dans aucune école publique de l'acceptabilité de l'homosexualité en tant que prétendue relation familiale »
.[...]
(et on sait bien qu'abrogé ne veut pas dire forcément accepté)

D'un point de vue personnel, j'ai grandi en même temps que les héros et que j'en avais rien à canner de la vie personnelle des enseignants. Sans compter que beaucoup de personnages n'ont pas de sexualités affichées et que la série est très désexualisée par ailleurs. Donc oui, la représentation est importante, sans doute tardive vu la popularité de l'oeuvre mais même rétroactivement, je préfère garder l'image de l'homme stratège et mystérieux que d'en savoir trop sur sa vie personnelle. Remettons donc l'église au milieu du village, déjà quand on sait qu'ils ont fait "changer" son nom à l'auteure à l'époque sous prétexte que ça risquait de faire fuir les garçons (hello sexisme) et ne pas tout déformer par le prisme actuel.

A chacun de vivre son fandom comme il l'entend, et se rappeler que notre ère prouve plus que jamais la maxime "die hero or live long enough to become villain" (meurs en héros ou vis assez longtemps pour devenir le méchant)
5
Voir les 25 commentaires

Plus de contenus Culture

[PR] Image de une • Verticale
Culture

5 anecdotes sur Virgin Suicides, de la plus cool à la plus glauque (comme le film)

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

3
Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

1
Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

La pop culture s'écrit au féminin