Live now
Live now
Masquer
mariage-coree-du-sud
Culture

« I Do ! » : zoom sur le mariage – Carte postale de Corée du Sud

Les traditions entourant le mariage varient énormément selon les pays. Direction la Corée du Sud, avec des usines à mariage, des oies et des entremetteuses (rien que ça) !

Les oiseaux chantent, le soleil brille (ou pas !), le printemps est là ! Et qui dit printemps dit forcément saison des mariages. Alors pourquoi ne pas se pencher sur le « mariage à la coréenne » ?

Auparavant (il n’y a pas si longtemps que ça en fait…), le choix de la future épouse revenait aux parents. Les mariés n’avaient pas vraiment leur mot à dire et devaient suivre aveuglement le choix de leurs aînés en épousant la personne désignée. Aujourd’hui, les choses ont pas mal évolué et les futurs mariés ont le droit de faire leur propre choix.

Line-Up et entremetteuses : trouver sa moitié, c’est compliqué

Bien sûr, avant le mariage il faut trouver l’élu-e de son cœur. Les jeunes Sud-Coréen-ne-s, comme nous, se rencontrent souvent en soirées, chez des amis, etc. Mais pourtant les étudiant-e-s sud-coréen-ne-s ont une autre méthode, le « Line-Up ». C’est tout bête : un nombre égal de garçons et de filles se rencontrent dans un coffee shop ou dans un restaurant et au fil de la soirée, après divers jeux et des votes (on vote pour former les couples !), ils repartent en couple.

Même si ces diverses techniques sont tout à fait « charmantes », la plupart des Sud-Coréen-ne-s (presque la moitié) passent par les services d’une entremetteuse. Nous avons tous des ami-e-s qui jouent parfois ce rôle, mais en Corée du Sud c’est une professionnelle qui organise la rencontre de vos rêves. Tout est arrangé à l’avance et vous rencontrez celui ou celle qui vous est destiné-e dans un salon de thé dans l’après-midi, ou durant le week-end. A priori, dans certains cas, l’entremetteuse est même présente histoire de faciliter le contact entre les deux célibataires (ah oui, ça fait rêver…).

Le mariage, entre tradition et modernité

Ce dernier se passe entre deux étapes : l’une traditionnelle et l’une plus contemporaine, dualité qui est bien représentative de la Corée du Sud de nos jours.

Pour la partie contemporaine, rien de très différent de ce qu’on pourrait trouver de par chez nous : une mariée en robe blanche, un marié en smoking, un officiant et hop, vous voilà en train de dire «

Je le veux » pour la vie. Cette étape manque d’ailleurs un peu de charme dans la mesure où elle se tient généralement dans un yesikjang (littéralement « salon de mariage »), véritable usine dédiée aux épousailles qui voit les mariages se succéder et propose tous les services nécessaires. Pour ce qui est du buffet, les invité-e-s reçoivent même un ticket-repas leur donnant accès au restaurant à l’intérieur du bâtiment !

Les choses se compliquent quand on parle de mariage traditionnel. Son origine tient des croyances confucéennes et il n’est finalement pratiqué de nos jours que dans une version simplifiée. Les deux mariés revêtent le costume traditionnel appelé « hanbok ». La cérémonie en elle-même est ensuite composée de différents rites, tous symboliques et articulés autour du ying et du yang. Les jeunes époux se jurent fidélité à vie, à l’image des oies sauvages qui gardent un seul partenaire jusqu’à leur mort. De ce fait, si vous allez en Corée du Sud, ne vous étonnez pas de trouver dans beaucoup de boutiques des représentations de volatiles en tout genre : ce sont souvent des oies ! (Comme on ne le savait pas, au début, on croyait les habitant-e-s obsédé-e-s par… les canards. Voilà, voilà.)

Citons tout de même un des rites obligatoire de la cérémonie qui est celui de la chevauchée : la mariée doit chevaucher le marié qui fait le tour d’une table remplie de victuailles !

Pour finir, il faut savoir que les Sud-Corén-ne-s se marient de plus en plus tard, en général entre 32 et 35 ans. Après cela, si vous n’êtes toujours pas marié-e vous aurez le droit à un « joli petit surnom » : Nocheonyeo, « vieille fille », ou Nochonggak, « vieux garçon ».

Mais avec un peu de chance, vous aurez trouvé votre moitié avec qui vous pourrez profiter pleinement de votre lune de miel et de votre apprentissage sexuel… Mais cette histoire-là, c’est pour la semaine prochaine !


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

5
Avatar de Tatsue
12 mai 2013 à 18h05
Tatsue
Une amie fiancée à un coréen a été au mariage d'une de ces amies cet été et ça avait l'air moyen top >< au point qu'elle a du en discuter avec son copain pour pas avoir le même lol. C'était un mariage classique, mais ce qui l'a rebuté c'est que en fait y'a un espèce de "concours" qui d’établie entre les parents, qui veulent avoir le maximum d'invités au mariage de leurs enfants et invitent à peu près tout ce qu'ils peuvent trouver, ce qui les engage aussi à aller au mariages des enfants de ces personnes là etc. C'est surtout parce que il y a une cagnotte pour le jeune couple et donc ils veulent beaucoup de gens, et d'argent... c'est un peu louche je trouve

Du coup tu te retrouves à un mariage et tu connais pas la moitié de "tes" invités, super
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

3
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Karl-lagerfeld-série
Culture

Au festival Canneséries, une longue standing ovation pour cette série Disney+

1

La pop culture s'écrit au féminin