Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Livres

Love, etc (Julian Barnes)

Aux éditions Gallimard (Folio)

Stuart et Oliver, malgré leurs nombreuses dissemblances, sont amis depuis des lustres. Le premier est aussi terne et coincé que le second est extraverti et brillant – tous domaines confondus. En dépit de son statut d’éternel loser, Stuart présente un jour à son vieux pote la jolie Gillian, restauratrice d’art, qu’il épouse dans la foulée.

Stuart, Oliver, Gillian, ça fait trois et c’est pile le bon nombre pour un triangle amoureux : dingue, non ?

Eh oui : Oliver, viré de façon peu glorieuse de l’établissement minable où il enseignait, touche le fond. Doutes, remise en question et épiphanie : Oliver est amoureux de Gillian, et, meilleur ami ou pas, il compte bien dérober à Stuart sa récente épousée.

Love, etc est un roman à voix multiples : chacun des protagonistes se confie à un même individu. Trois voix principales, donc, plus quelques autres intervenants. On imagine que cette méthode cherche à atteindre une certaine sincérité. Ca fonctionne plutôt bien jusqu’aux deux-tiers du roman, après quoi l’auteur se livre à une jonglerie de personnages qui n’apportent pas grand chose. Certains effets de style confinent au ridicule, et on a la désagréable impression que Barnes veut simplement se distraire de l’ennui dans lequel l’a plongé la rédaction de son bouquin… D’où quelques interventions totalement gratuites.

Heureusement plusieurs passages sauvent la mise : la séduction qu’Oliver déploie vers Gillian et la progressive capitulation de cette dernière, les interventions d’Oliver en général : pédantes, truffées de références culturelles, flamboyantes et creuses, elles forgent un vrai personnage. Les autres figures sont moins pittoresques.

Ecrivain réputé brillant et drôle, Julian Barnes semble pourtant un peu à côté de la plaque sur Love, etc. Le roman a pourtant reçu le prix Fémina Etranger en 1992 (ah bon ?). Les fans de l’auteur conseillent de lire en priorité Le perroquet de Flaubert.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

2
Avatar de coco_business
10 août 2006 à 12h08
coco_business
Bizarrement je croyais que ça allait être pleins d'histoires d'amours qui allait s'entrecroiser e tout ce qu'implique la vie de couple.

Un peu comme dans Love Actually ?
Bon ok c'est pas un bouquin, mais quand on me parle d'histoires d'amour qui s'entrecroisent je pense direct à ça !
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Livres

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Source : Juliette Leigniel
Livres

Relations amoureuses : comment la ville a « uberisé » l’amour ?

3
Maryse Condé photographiée lors du Calabash Literary Festival 2007 // Source : Creative Commons : Georgia Popplewell via Flickr
Livres

Maryse Condé, grande autrice guadeloupéenne, aura-t-elle un hommage national ?

6
Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024
Livres

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en mars 2024

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Éditions Atelier de la Belle Étoile
Daronne

Et si vous souteniez le livre jeunesse « Zaza, queen de la bibliothèque » ?

livres_feministes // Source : URL
Livres

Les cinq essais féministes à lire absolument ce printemps

Couverture du livre "Couper la douleur" de Lisa Dayan // Source : Éditions Marabout
Livres

Douleurs vaginales intenses : « Quand on te demande de jauger ta douleur de 1 à 10, c’est dur de dire 10 »

1
Annie Ernaux sur le plateau télé de La grande librairie // Source : Capture d'écran YouTube
Culture

« Si tu parles, t’es morte » : 400 autrices dénoncent un monde littéraire violent et misogyne

La pop culture s'écrit au féminin