Live now
Live now
Masquer
femme portant un hijab de sport avec un ballon de foot
Actu en France

Les Hijabeuses privées de match par la préfecture de police, vautrée dans un argumentaire islamophobe

L’équipe des Hijabeuses se voit interdire de mener une action par la préfecture de police, qui aligne les arguments islamophobes pour justifier sa décision. Les footballeuses sont bien décidées à ne pas se laisser intimider.

« Une fois de plus, on nous empêche de jouer. »

Les Hijabeuses n’en sont pas à leur première tentative d’intimidation, mais la décision de la préfecture de police hier marque indéniablement un tournant.

Pour s’opposer à un amendement actuellement discuté au Sénat qui vise à interdire le port du voile pendant les compétitions sportives, les Hijabeuses, équipe féminine de football qui se mobilise notamment pour le droit des femmes qui portent le voile à participer aux compétitions sportives mènent régulièrement des actions.

Pour se faire entendre, elles font ce qu’elles savent faire : jouer au foot ! Devant la FFF, ou comme récemment à proximité du Sénat :

La préfecture interdit le match des Hijabeuses

Une nouvelle action était prévue aujourd’hui, mercredi 9 février, cette fois sur l’Esplanade des Invalides. Sauf… que la préfecture de police en a décidé autrement et a interdit le rassemblement.

Quels sont ses arguments ? Le préfet de police Didier Lallement estime que le rassemblement est « de nature à troubler l’ordre public » ; chose plus grave, que l’on peut lire dans l’arrêté, c’est qu’il émet un jugement et un commentaire sur les revendications portées par les Hijabeuses.

Courtesy of Les Hijabeuses
Courtesy of Les Hijabeuses / @charlotteabramow

Ainsi, les revendications des Hijabeuses font :

« l’objet d’un vif débat et d’un clivage important au sein de la société entre partisans de l’affirmation d’un islam politique, qui prône le port du voile par les femmes, et partisans des valeurs républicaines d’égalité entre les femmes et les hommes et d’émancipation contre toute forme de patriarcat, notamment religieux ».

Les Hijabeuses en défense

Le collectif a déposé un recours. Reste que cette décision de la préfecture de police envoie un signal catastrophique en mettant son grain de sel et en prenant parti de façon explicite dans son communiqué.

Il n’est pas juste question de sécurité. D’ailleurs, cette raison n’est pas invoquée quand les manifestants sont des militants d’extrême-droite ou des groupes réactionnaires opposés à l’IVG, comme c’était le cas en janvier dernier.

La préfecture de police aligne des arguments éminemment politiques et cela n’est en aucun cas son rôle.

Oui, on continue de sortir l’argument des femmes afghanes ou iraniennes comme s’il s’agissait d’un joker pour pouvoir empêcher des femmes de pratiquer en France une activité sportive en portant le voile si elles le souhaitent.

Oui, on continue de porter un regard suspicieux sur ces femmes, les faisant passer pour les agents d’une menace islamiste sur notre société.

La journaliste Sihame Assbague, ainsi que l’élue Alice Coffin et la militante Caroline De Haas ont aussitôt dénoncé la manœuvre de la préfecture de police.

L’équipe des Dégommeuses, soutien de longue date des Hijabeuses, a aussi apporté son soutien et dénoncé les « arguments dignes de l’extrême-droite » de la préfecture de police.

Que l’interdiction soit annulée ou non par le tribunal, les Hijabeuses ont fait savoir qu’elles maintiendraient leur action.

À lire aussi : Quelle place pour les Françaises musulmanes dans une campagne présidentielle où l’islamophobie est banalisée ?

Crédit photo : RF._.studio via Pexels

Les Commentaires
24

Avatar de PingouinMasque
11 février 2022 à 21h43
PingouinMasque
@PingouinMasqué je ne suis pas sûr de comprendre ton exemple avec le billard : si je comprends bien, un femme voilée ne peut pas concourir, du coup pour moi on revient au point de départ, qui est que des femmes veulent faire du sport en portant un voile.
Un sport ça obéit à des règles, et le dress code en fait partie. Si le dress code du sport interdit le port de bijoux, alors les chrétiens devront poser leur croix.
C'est la raison pour laquelle je pose la question du dress code de la FFF : c'est à elle de définir ça.
0
Voir les 24 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Pancarte de manifestation
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : réelle avancée ou mesure symbolique ?

Sihem Belouahmia
Société

Féminicide de Sihem Belouahmia : pourquoi les mots sont importants

Elisa Covo

03 fév 2023

1
Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

darmanin
Actu en France

Le non-lieu pour viol de Gérald Darmanin a été confirmé en appel

Manon Portanier

24 jan 2023

1
women-protesting-together-for-their-rights
Société

L’accès à l’IVG est loin d’être acquis dans les campagnes françaises

Élodie Potente

24 jan 2023

1
pexels-markus-spiske-3671136
Société

Le sexisme a encore de beaux jours devant lui en France, selon le HCE

La société s'écrit au féminin