Lena Dunham revient, cette fois avec une ligne de vêtements grande taille qui lui ressemble


Lassée par le manque d'offre de vêtements grande taille, Lena Dunham sort une collection capsule allant du 42 au 56 qui interroge le rapport de l'industrie de la mode aux femmes qui dépassent des tailles mannequin standardisées.

Lena Dunham pose dans la chemise en soie qu'elle a dessiné pour sa collab' avec 11 HonoréCourtesy of 11 Honoré

Réalisatrice, actrice, productrice, scénariste à la télévision (sa série Girls la révèle au grand public en 2012) et au cinéma (Tiny Furniture en 2010, et Sharp Stick prévu pour cette année 2021) : Lena Dunham s’est imposée dans tous les rôles. Des couvertures de magazines féminin au business de newsletter (Lenny Letter, débuté en 2015), elle a su capitaliser sur son influence de #girlboss.

Dans cette veine, elle revient avec une nouvelle carte à jouer : celle de styliste, un passage presque obligé pour les célébrités américaines.

Lena Dunham sort une collection capsule de vêtements grande taille

Ce projet est une collaboration avec l’eshop de marques qui proposent des vêtements grande taille 11 Honoré (baptisé ainsi parce que cette boutique en ligne ne propose que des vêtements au-dessus de la taille 10, soit tout ce qui dépasse un 40 français).

Lena Dunham était déjà une cliente régulière de l’eshop quand elle a rencontré son fondateur, Patrick Herning, en 2019 alors qu’il développait une marque en propre. C’est comme ça qu’elle a saisi l’occasion de développer sa vision d’une mode grande taille en sortant une collection capsuel exigeante, d’ores et déjà disponible dans des tailles allant du 12 au 26 (soit du 42 au 56 français).

Créer des vêtements chics et pas si basiques introuvables en grande taille

Inspirée d’une balade imaginaire dans ses coins préférés du quartier de Soho (dans l’arrondissement de Manhattan, à New York), cette collection capsule de 5 pièces signées 11 Honoré x Lena Dunham n’a rien de vraiment basique ! Elle comprend un tailleur-jupe à ourlet festonné, une robe fluide à l’imprimé fleuri stylisé (dessiné par le père peintre de l’actrice, Carroll Dunham), un débardeur en maille côtelée et col montant ou encore une longue chemise en soie.

Ce sont plutôt des vêtements que Lena Dunham a du mal à trouver de manière bien coupée dans le commerce traditionnel. Car les designers auraient une fâcheuse tendance à ignorer les problèmes des personnes qui ne sont pas minces, selon elle… Auprès du New York Times qui l’a interviewée à propos de cette collab’, Lena Dunham cite ainsi les jupes qui manquent de tissu à l’arrière et finissent souvent par en révéler plus qu’il n’en faut, ou les hauts à l’emmanchure toujours trop étroite pour être confortable.

Elle n’a pas eu besoin de développer des vêtements décontractés, car l’offre grande taille du commerce traditionnel en déborde déjà, pour le coup. C’est ce qui permet à l’artiste d’ajouter auprès du grand quotidien américain :

« Je trouve intéressant de voir à quel point des gens peuvent se mettre en colère pour ce que je porte. Ce n’est pas “Oh, je n’aime pas cette robe”. Mais “Comment oses-tu ?” Et c’est fascinant de voir que ça vient surtout d’autres femmes dont le corps ressemble plutôt au mien. Et non de mecs body-buildés.

Ce sont d’autres femmes, qui semblent avoir été endoctrinées par un même message : “Tu n’as pas eu le mémo ? On doit toutes faire pareil. On doit toutes porter des gaines.” »

Avoir un corps plus size ne devrait pas être un « challenge » pour la mode

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lena Dunham (@lenadunham)

Sur Instagram, Lena Dunham vient d’ailleurs de poster une photo d’elle habillée dans des vêtements de cette collection capsule, qu’elle a longuement légendée :

« Sur les tapis rouges, j’ai été d’une taille 4 à une taille 16. J’aurais adoré pouvoir dire que l’expérience de m’habiller a été la même, mais ce n’était pas le cas.

Quand vous êtes mince, c’est comme si tout le monde approuvait votre capacité à entrer dans les vêtements taille mannequin et jouer ainsi votre rôle de starlette d’Hollywood. Même si certains designers ont embrassé mon corps plus size, c’est toujours perçu par les autres comme s’il s’agissait d’un “challenge” (et comme si j’étais courageuse d’oser sortir avec ce corps, habillé d’une manière qui ne cherche pas à me cacher dans la honte).

Je me demande aussi souvent si les tenues que j’ai pu porter, qui ont tant été moquées, n’auraient pas été célébrées si elles avaient été arborées par des personnes au corps plus standard (après tout, beaucoup de ces tenues ont pu être aperçus dans des magazines de mode prestigieux avant).

Cette collab’ avec 11 Honoré est une tentative de cultiver un espace où avoir un corps grande taille n’est pas un problème. Où les vêtements ne pousseraient pas les femmes à se cacher.

[…] Que cela soit traité comme un fashion statement me brise le coeur, mais trouver une manière d’exprimer ma gratitude envers les femmes grosses, qui m’ont inspirée à me sentir bien dans mon corps, c’est un cadeau. »

Les prix commencent à 83€ le débardeur blanc, dont ça fait cher le cadeau… Mais c’est un pas de plus dans la bonne direction : celle d’une mode plus inclusive.

À lire aussi : Le Covid est-il en train de tuer les tapis rouges, et tout le business qui va avec ?

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!