Live now
Live now
Masquer
question de laura macron lyceenne gaillac
Actu en France

Laura, la lycéenne qui a interpellé Macron sur les violences sexuelles, sermonnée par la gendarmerie

Au lendemain de sa question fort pertinente adressée à Emmanuel Macron, Laura, lycéenne à Gaillac dans le Tarn, a reçu la visite de la gendarmerie directement dans son lycée. Aurait-elle contrarié à ce point le président avec sa question sur la présence de Gérald Darmanin et Damien Abad au gouvernement ?

L’histoire aurait pu s’arrêter là : la question pertinente d’une jeune féministe pour mettre un chef d’État face à ses responsabilités dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et un bain de foule contrarié pour le président de la République.

Mais en demandant le 9 juin 2022 à Emmanuel Macron pour quelles raisons celui-ci met « à la tête de l’État des hommes accusés de viols et de violences sur les femmes », Laura, lycéenne de 18 ans, a visiblement mis en difficulté le pouvoir.

question de laura gaillac macron

Une « leçon de morale » pour Laura après sa question à Emmanuel Macron

Le 10 juin, soit le lendemain de l’affaire, des gendarmes se sont rendus à son lycée et ont demandé à la voir. En plein cours, Laura a donc dû quitter la salle de classe. Elle a raconté à La Dépêche les raisons de cette visite :

« Ils m’ont précisé d’abord qu’ils étaient là parce que j’avais dit avoir été victime d’une agression sexuelle. Ensuite, j’ai senti qu’ils me donnaient comme une leçon de morale. Genre : on ne parle pas au Président comme ça. Il vaut mieux lui écrire »

Le problème est-il vraiment dans la manière de faire ? N’est-ce pas le jeu du bain de foule que d’être justement pris à partie ?

Que des gendarmes n’aient rien de mieux à faire que d’aller questionner une lycéenne engagée apparaît terriblement disproportionné, et surtout démocratiquement inquiétant.

Car comment l’interpréter autrement qu’un coup de pression déguisé en tentative de recueillir la plainte de la jeune femme ? Une façon d’intimider Laura, voire de museler toutes celles qui seraient tentées de mettre en difficulté la figure présidentielle en posant des questions qui le gênent ? La question de Laura sur la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, mais surtout sur le maintien de deux hommes du gouvernement Borne accusés de viols, posée devant les médias était-elle à ce point intolérable pour le Président ?

La manœuvre a en tout cas déclenché un vif tollé en ce week-end de législatives.

Sur Twitter, une large vague de soutien à Laura, mais aussi une reprise massive de sa question à travers le hashtag #LaQuestionDeLaura, ont déferlé tout le week-end.

Les excuses de la gendarmerie après la visite au lycée de Laura

Du côté des gendarmes, un post sur Facebook a voulu éteindre la colère en affirmant que les gendarmes avaient à cœur de recueillir une « éventuelle plainte ». Car Laura avait déjà mentionné qu’une des motivations de son interpellation du président de la République venait du fait qu’elle avait subi une agression il y a quelques années.

Si telle était leur véritable motivation, n’aurait-il pas été plus opportun de contacter la jeune femme pour lui proposer un accompagnement, plutôt que de faire irruption dans son établissement scolaire, en plein cours, pile au lendemain de l’incident ?

« Oui la présomption d’innocence, c’est important, mais on se doit aussi de protéger les citoyens du moment qu’il y a un doute » affirme Laura à La Dépêche, quand on lui demande ce qu’elle a pensé de la réponse faite par Emmanuel Macron. Celui-ci avait, comme à son habitude, joué la carte de la présomption d’innocence.

Dans le climat actuel, avec un président qui persiste à ignorer les voix des féministes, la méthode employée ressemble à une menace à peine voilée en direction de toutes celles qui n’iraient pas dans son sens après la question de la lycéenne.

Cette simple question, factuelle, limpide, devient une marque de courage et de détermination :

« Emmanuel Macron, vous mettez à la tête de l’État des hommes accusés de viols et de violences sur les femmes. Pourquoi ? S’il vous plaît répondez-moi ».

À lire aussi : On fait le bilan sur l’égalité femmes-hommes, « grande cause du quinquennat » Macron (mdr)

Crédit photo de Une : Capture d’écran vidéo de La Dépêche.

Les Commentaires
18

Avatar de Sakuto
20 octobre 2022 à 14h27
Sakuto
Si il restait une infime part de doute quant aux motivations des forces de l'ordre.......
3
Voir les 18 commentaires

Plus de contenus Actu en France

La masculinité, facteur aggravant dans les accidents de la route.
Société

Comment la masculinité toxique aggrave les risques d’accidents de la route

Elisa Covo

08 fév 2023

Lifestyle

Changer les codes de la Saint-Valentin ? Mélodie, 23 ans, m’a donné sa vision du 14 février

Humanoid Native
[Site web] Visuel horizontal Édito (22)
Société

PPDA : pourquoi la publication du livre « Le Prince noir » pose problème

Pancarte de manifestation
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : réelle avancée ou mesure symbolique ?

Sihem Belouahmia
Société

Féminicide de Sihem Belouahmia : pourquoi les mots sont importants

Elisa Covo

03 fév 2023

10
Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

darmanin
Actu en France

Le non-lieu pour viol de Gérald Darmanin a été confirmé en appel

Manon Portanier

24 jan 2023

1

La société s'écrit au féminin