Live now
Live now
Masquer
Personne tenant des préservatifs dans sa main
Actu sexe

La pénurie de capotes est réelle, mais pas pour les raisons que vous imaginez

Au début de la pandémie, tous les voyants annonçaient une pénurie de capotes face à la libido grimpante des confinés. Deux ans plus tard, le plus gros fabricants de préservatifs est à ça de mettre la clé sous la porte. Que s’est-il passé ?

Pendant les confinements successifs, cloîtrés dans nos appartements, parfois sans job, et souvent sans interactions sociales, on avait le choix : se trouver une nouvelle passion pour le tricot, déprimer ou bien niquer comme des lapins.

Gros hic, en attendant, les fabricants de préservatifs étaient, comme tout le monde, eux aussi paralysés par les restrictions sanitaires, et s’étaient préparés à de grosses difficultés — voire à une pénurie.

Visiblement, pas assez. Puisque deux ans après le début de la crise sanitaire, le plus gros producteur de capotes mondial, Karex Berhad, ne se relève pas. Mais pour pour les raisons que l’on croit…

Préservatifs ouverts

Une pénurie de préservatifs parce qu’on ken davantage ?

Naïfs et naïves que nous étions, on pensait même bêtement que les isolements feraient décoller notre libido, à tel point qu’on anticipait un baby boom post-confinements. France 24 revient sur ces pronostics de l’époque :

« […] de nombreux internautes pronostiquaient une importante hausse des naissances à venir, inondant les réseaux sociaux de blagues en tous genres. La “génération Covid” était née. Confinés chez eux pendant deux mois entiers à partir de la mi-mars puis encore quatre semaines à la toute fin octobre, d’aucuns imaginaient en effet que les couples profiteraient de cette situation inédite pour se rapprocher et concevoir un bébé. 

Une hausse des ventes des tests de grossesse de 37% un mois plus tard et une baisse de 26% des ventes de contraceptifs au cours de la même période semblaient soutenir cette théorie. »

Et même pour celles et ceux qui ne souhaitaient pas devenir parents, après un léger coup de mou, on voyait se profiler une augmentation des rapports sexuels pendant les confinements qui pouvait laisser présager une hausse de l’usage des moyens de contraception.

À l’époque, tout le monde était unanime : il fallait s’attendre à une pénurie de capotes !

Sauf que les préservatifs sont majoritairement fabriqués en Malaisie mais aussi en Chine, en Inde ou encore en Thaïlande — des pays qui ont été, eux aussi, partiellement ou totalement confinés. C’est donc l’ensemble de la production mondiale qui était menacée…

La pénurie est bien arrivée, au point que la fabricant a dû se reconvertir dans la production de gants en latex.

Eh ben non !

Karex Berhad, le producteur d’un préservatif sur cinq dans le monde qui avait anticipé une forte augmentation des demandes — au point d’annoncer une possible pénurie — n’a pas eu tort, mais s’est bien planté sur la cause.

La pénurie est bien arrivée, au point que la fabricant a dû se reconvertir dans la production de gants en latex, mais pas à cause d’une rupture de stock déclenchée par une hausse des rapports sexuels due à l’ennui et l’incertitude de la pandémie. C’est même plutôt le contraire !

Augmentation du niveau de stress, baisse du nombre de moments intimes… On a beaucoup moins ken pendant les confinements et tout au long de la crise. Courrier International précise :

« Partout dans le monde, un certain nombre d’études ont révélé que l’activité sexuelle avait diminué à mesure que la pandémie s’installaitLa fermeture des hôtels et des motels a mis un coup d’arrêt aux amours de vacances, aux infidélités et à d’autres pratiques sexuelles hors domicile. »

Cette pénurie s’explique aussi non seulement par la chute des activité des travailleurs et travailleuses du sexe, mais aussi par la baisse de la demande des associations et organismes comme les centres de santé sexuelle, ce qui a porté un coup de grâce aux fabricants.

Et oui, car certains établissements, comme les plannings familiaux, qui commandent des Eh de préservatifs, ont été jugés non essentiels et ont été contraints de fermer leurs portes, mettant en danger les publics les plus à risque…

Rassurez-vous cependant : la pénurie n’est pas au point de vous empêcher d’acheter des capotes (remboursées par la Sécu ou non) dès que vous en avez besoin. Alors protégez-vous !

À lire aussi : Le coronavirus va-t-il causer une pénurie de préservatifs ?

Crédits photos : Klaus Nielsen et cottonbro (Pexels)

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu sexe

Actu en France
Charles Deluvio / Unsplash

Le premier rapport parlementaire sur le porno en France s’appelle l’enfer du décor, et ses constats sont glaçants

Aïda Djoupa

30 sep 2022

14
Daronne
education-sexuelle-ecole

Parler de sexualité à l’école, c’est une obligation, n’en déplaise à Eric Zemmour

Chloé Genovesi

13 sep 2022

3
Daronne
contraception-masculine

La contraception masculine, grande oubliée des institutions ?

Chloé Genovesi

02 sep 2022

4
Actu sexe
Fauxceste

MILF, DILF, et autres fauxcestes : pourquoi les scénarios porno « en famille » fascinent les tubes ?

Pauline Ferrari

18 mai 2022

2
Actu sexe
De TikTok à Oscar Isaac, le spit kink entre sur le terrain glissant du mainstream

« Je veux qu’Oscar Isaac me crache au visage » ou comment le spit kink sort de l’ombre

Anthony Vincent

06 avr 2022

22
Sexo
Par une collab’ de sextoys, Lelo et Diesel affirment que sexe et mode vont de pair

Par une collab’ de sextoys, LELO et Diesel affirment que sexe et mode vont de pair

Anthony Vincent

06 avr 2022

Santé sexuelle
Préservatif

Le premier préservatif certifié « sexe anal » n’est pas si absurde qu’il en a l’air

Eva Levy

24 fév 2022

Sexo
Une femme dénudée allongée dans son lit, en train de consulter son téléphone portable

Faut-il être narcissique pour aimer sextoter ? C’est la vraie question que posent des psy

Anthony Vincent

15 fév 2022

Travail
femme devant un ordi

Vous aidez vos potes à faire leurs profils Tinder ? Elle en a fait son métier !

Aïda Djoupa

12 fév 2022

Actu sexe
Ludivine-Sagnier-et-Nicolas-Bedos-dans-le-film-Amour-Turbulences

Niquer dans l’avion mais à l’aise ? C’est évidemment un business, évidemment made in Las Vegas

Anthony Vincent

09 fév 2022

10

La sexualité s'écrit au féminin

1 2 3 4 5 6 7 8 9