Live now
Live now
Masquer
kiss-and-cry-critique
Pop culture

Kiss & Cry, un film sur l’adolescence au goût doux-amer

Kiss & Cry, c’est l’histoire de Sarah, étoile montante du patinage, et de ses tiraillements entre la discipline sportive et sa soif de liberté. Un film très juste sur l’adolescence au cinéma ce 20 septembre !

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec UFO Distribution.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Kiss & Cry, réalisé par Chloé Mahieu et Lila Pinell, est un film doux-amer sur l’adolescence. Je mets au défi quiconque a eu 15 ans de ne pas se reconnaître dans l’une des situations affrontées par Sarah, la jeune fille au cœur de l’intrigue.

Le film sort en salle ce 20 septembre et, en attendant, voici la bande-annonce !

KISS & CRY Bande Annonce (Film Adolescent Français - 2017)

Kiss & Cry, les ambiguïtés d’une adolescence de sportive de haut niveau

Ce film, c’est donc l’histoire de Sarah. Après avoir arrêté le patinage qu’elle pratiquait pourtant à haut niveau pendant un temps, elle fait son retour à Colmar, avec son entraîneur, Xavier, qui peut se montrer sévère, voire cruel.

Là-bas, elle est perçue comme l’espoir du club. Mais être cette étoile montante est à double tranchant : ça signifie devoir supporter la pression que lui met son entraîneur, les humeurs de sa mère qui tient à ce qu’elle réussisse et les jalousies que son talent peut parfois susciter chez ses coéquipières.

Tout ça en continuant à progresser, en allant au lycée et en supportant les aléas inhérents à l’adolescence, à savoir : les hormones qui bouillonnent, l’envie de liberté et de s’affirmer, le besoin d’une vie sociale épanouie

Sarah est en quelque sorte tiraillée, comme ses amies du club de patinage, entre le cocon que leur entourage familial et sportif essaie de maintenir tant bien que mal autour d’elle, et son envie d’émancipation.

Kiss & Cry, l’adolescence au goût aigre-doux

Le film touche à de nombreux sujets sensibles lorsqu’on a 15 ans.

Les problématiques de harcèlement entre ados sont par exemple mises en avant dans le cadre du club où il suffit de peu pour devenir le bouc émissaire d’un groupe. Ce n’est pas évident non plus quand le coach lui-même peut se révéler relativement tyrannique.

Il brusque parfois ses patineuses, à coup de remarques désobligeantes voire carrément insultantes sur leur poids ou leur capacité à atteindre leurs objectifs.

Pour autant le film ne fait pas de Sarah une victime, mais plutôt une ado au tempérament rebelle. L’héroïne et ses potes de patinage se tapent l’incruste en soirée, tentent de pécho des mecs et y arrivent parfois, utilisent Snapchat en permanence…

kiss-cry

D’ailleurs, elles se retrouvent également confrontées au slut-shaming, en particulier de la part des adultes du club qui ne comprennent pas que celles qu’ils perçoivent comme leurs trésors à protéger aient aussi des envies de liberté qui correspondent pourtant à leur âge.

Pour moi, Kiss & Cry est comme une pépite de nostalgie qui rappelle ces sentiments ambivalents, le besoin de s’affirmer, la gêne parfois liée à ces premières fois variées — du premier baiser à la première cuite.

Kiss & Cry, un film plein de justesse

Si le film est si juste, c’est sans doute en partie grâce aux actrices et acteurs qui jouent leur propre rôle.

Sarah Bramms, qui tourne dans son premier long-métrage, interprète Sarah, une jeune ado qui lui ressemble beaucoup : elle est elle-même une jeune patineuse et s’entraîne à Colmar, avec… Xavier, son entraîneur à l’écran comme dans la vraie vie.

Lila Pinell et Chloé Mahieu expliquent leur avoir donné des directives — comme le fait pour l’entraîneur d’être cynique et méchant dans le contexte du film. Le scénario est bien fictif, c’est d’ailleurs une actrice professionnelle qui joue le rôle de la mère de Sarah.

Ce n’est donc pas un documentaire, même si les réalisatrices avaient déjà travaillé sur le patinage sous ce format là auparavant !

Mais le fait que le ton soit si juste doit sans doute beaucoup à la spontanéité des interprètes : c’est ça qui m’a vraiment plu dans ce long-métrage, le fait d’avoir l’impression de revivre des bouts de mon adolescence par bribe, grâce à leur justesse.

À lire aussi : Je suis sportive de haut niveau — Témoignage

Les Commentaires
8

Avatar de cryhouse
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Pop culture

netflix
Pop culture

Paramount+ : une (énième) plateforme de streaming débarque en France

Maya Boukella

02 déc 2022

2
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Humanoid Native
indiana jones 5
Pop culture

Indiana Jones 5 a sa bande-annonce ! Comment on fait pour patienter ?

Maya Boukella

02 déc 2022

1
brune feuillle se marie talents hauts livres pour enfants hongrie
Société

Ce livre de contes a fait un scandale en Hongrie, et il est enfin disponible en France

Maëlle Le Corre

02 déc 2022

nikon film festival
Pop culture

Envoyez vos courts-métrages au Nikon Film Festival !

Maya Boukella

01 déc 2022

Films_Decembre_Netflix_H
Pop culture

Netflix en décembre 2022 : les nouveautés films et séries

Maya Boukella

01 déc 2022

3
ruban rouge VIH – canva
Quizz et Tests de personnalité

Êtes-vous bien informée sur le VIH/sida ? Testez vos connaissances, ça ne fait jamais de mal !

Maëlle Le Corre

01 déc 2022

10
90’s show
Pop culture

That ’70s show : la série culte revient, version années 1990 !

Maya Boukella

01 déc 2022

fumer fait tousser 4
Cinéma

Quentin Dupieux est au sommet de son art avec Fumer fait tousser

Maya Boukella

30 nov 2022

1
selection-meilleurs-livres
Livres

Contes inclusifs, anti-héroïnes de série, faire famille autrement : voici trois livres à ne pas manquer

Pauline Leduc

30 nov 2022

3
Du Japon à l'Occident, regards croisés sur le kimono
Actualité mode

Cette exposition sur les kimonos transcende les frontières et les époques

Anthony Vincent

30 nov 2022

La pop culture s'écrit au féminin